Des survivants de l’Holocauste du Moyen-Orient pourraient être poursuivis
Rechercher

Des survivants de l’Holocauste du Moyen-Orient pourraient être poursuivis

Contraints par les avocats, les survivants des pogroms d'Irak, d'Afrique du Nord ont accumulé des frais juridiques

Les immigrants juifs en provenance d'Irak arrivant au camp de transit d'Atlit, en uin 1951 (Crédit : GPO)
Les immigrants juifs en provenance d'Irak arrivant au camp de transit d'Atlit, en uin 1951 (Crédit : GPO)

Des centaines de survivants juifs des pogroms d’Irak et d’Afrique du Nord sont confrontés à la menace de poursuites judiciaires en Israël et pourraient voir leurs biens ou leurs revenus repris par l’Etat après avoir échoué à payer les frais juridiques des avocats qui les ont aidés à obtenir des compensations de l’Etat.

Les survivants de la violence, considérés comme faisant partie de l’Holocauste, ont déclaré que les avocats ont accumulé des frais « excessifs » lors de la négociation de l’aide financière mise à leur disposition par le ministère des Finances l’an dernier.

Les familles des survivants ont déclaré que leurs parents ont été contraints de signer des procurations aux avocats sans comprendre pleinement les documents.

L’année dernière, le ministre des Finances, Moshe Kahlon, a annoncé que les Juifs israéliens en provenance d’Irak, du Maroc et de l’Algérie qui ont souffert de la persécution durant la période de l’Holocauste et pourraient recevoir une subvention monétaire annuelle, une décision qu’il a appelée « une réparation d’une injustice historique ».

Les compensations devraient être attribuées aux Juifs d’Algérie et du Maroc qui ont souffert de l’antisémitisme entre 1940 et 1942, et aux Juifs d’Irak qui ont été ciblés par les pogroms de Farhud à Bagdad en juin 1941.

Ces survivants ont droit à un paiement annuel supplémentaire de 3 600 shekels et seront exemptés de paiement pour leurs médicaments.

La décision est fondée sur les preuves historiques présentées au trésor dans une série de procès intentés par des Juifs irakiens, qui ont fait valoir qu’ils méritaient la reconnaissance et une indemnisation comme les Juifs qui ont souffert de l’Holocauste en Europe.

Les historiens voient un lien entre l’Allemagne nazie et les actes de meurtres, de vol et de persécution vécue par les Juifs dans les pays arabes au cours de la Seconde Guerre mondiale. L’Allemagne a encouragé ces actes, affirment les historiens.

En plus des Juifs européens, seuls les Juifs de Libye et de Tunisie ont à ce jour pu obtenir une indemnisation comme les survivants de l’Holocauste, et seulement les Juifs qui sont arrivés en Israël à partir de ces pays avant 1953 peuvent avoir une indemnisation.

Ces avantages varient en fonction de certains critères, mais le montant commence à 26 400 shekels par année – beaucoup plus élevé que les sommes attribuées aux réfugiés en provenance d’Irak et d’Afrique du Nord recevront.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...