Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Des survivants retournent dans l’enfer du festival Supernova

A Reïm, l'ancienne piste de danse s'est transformée en mémorial à ciel ouvert avec des portraits de tous les jeunes tués ou kidnappés, devant lesquels viennent se recueillir proches des victimes et visiteurs

Des survivants de l'attaque du 7 octobre contre le festival de musique Supernova par des terroristes palestiniens, qui sont assis ensemble après être retournés sur le site près du kibboutz Reim dans le sud d'Israël, le 10 avril 2024. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Des survivants de l'attaque du 7 octobre contre le festival de musique Supernova par des terroristes palestiniens, qui sont assis ensemble après être retournés sur le site près du kibboutz Reim dans le sud d'Israël, le 10 avril 2024. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

« C’est dans ce buisson que nous sommes restés cachés pendant quatre heures », lance Neria Goelman, 21 ans, qui a échappé le 7 octobre aux combattants du Hamas venus de Gaza lors d’une attaque sanglante du groupe terroriste islamiste palestinien sur le sud d’Israël.

« Puis il a pris feu car les terroristes ont tiré au lance-grenades et nous avons dû fuir », raconte le jeune homme devant l’arbuste au creux duquel son amie Hannah Zedek (20 ans) et lui, tous deux agents de sécurité du festival de musique electro Tribe of Nova, avaient trouvé refuge.

Les 6 et 7 octobre, des milliers de jeunes s’étaient donné rendez-vous pour danser à ce festival organisé près du kibboutz Reïm, à la lisière de la bande de Gaza.

Au total, 364 personnes y ont été massacrées par les hommes du Hamas qui se sont introduits en Israël depuis le territoire palestinien voisin.

Mercredi, Neria et Hannah sont revenus à Reïm avec une dizaine d’autres rescapés du Nova dans le cadre d’une visite organisée par l’association « A Future for the Survivors and the Wounded » (Un avenir pour les survivants et les blessés).

Depuis la clairière où se tenait la fête, le groupe que l’AFP a accompagné a reconstitué l’itinéraire des deux rescapés lorsqu’ils ont pris la fuite pour échapper aux terroristes du Hamas.

Hannah Zedek, l’une des survivantes de l’attaque du 7 octobre contre le festival de musique Supernova par des terroristes palestiniens, montre aux journalistes sa cachette sur le site près du kibboutz Reim dans le sud d’Israël, le 10 avril 2024. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Après une marche d’une dizaine de minutes à travers le paysage de forêt, ils ont traversé une route bétonnée et retrouvé le buisson.

« Je veux lui dire merci », dit Hannah qui s’engouffre à travers les branches.

« Le bon moment »

L’attaque du Hamas sur les localités du sud d’Israël le 7 octobre a fait 1170 morts, essentiellement des civils. Sur les 253 personnes – dont plus de 40 festivaliers – également prises en otage ce jour-là, 129 sont toujours retenues à Gaza dont 34 sont mortes, d’après des responsables israéliens.

A Reïm, l’ancienne piste de danse s’est transformée en mémorial à ciel ouvert avec des portraits de tous les jeunes tués ou kidnappés, devant lesquels viennent se recueillir proches des victimes et visiteurs.

Des Israéliens visitent un mémorial portant les portraits des personnes prises en otage ou tuées lors de l’attaque du Hamas contre le festival de musique Supernova le 7 octobre, sur le site du festival près du kibboutz Reim dans le sud d’Israël, le 10 avril 2024. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

« Ça fait longtemps que je voulais venir, j’ai juste senti que c’était le bon moment », confie Mor Zalah, 27 ans, de retour sur les lieux pour la première fois avec le groupe de survivants.

Le 7 octobre, elle et sa sœur Carmel, 19 ans, ont marché pendant de longues heures avant d’être secourues, perdant la trace du petit-ami de Mor, Idan.

En apercevant une photo d’Idan à l’endroit où il a été tué il y a six mois, Mor tombe à terre et fond en larmes.

Assise sur une chaise légèrement à l’écart du groupe, Guy Shema, 23 ans, observe le site en silence.

Guy Shema, l’un des survivants de l’attaque du 7 octobre contre le festival de musique Supernova par des terroristes palestiniens, s’adresse aux journalistes après être retourné sur le site près du kibboutz Reim dans le sud d’Israël, le 10 avril 2024. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

« J’avais un peu peur de revenir », confie-t-elle à l’AFP. « Je ne savais pas à quoi m’attendre ».

La jeune femme explique vouloir « retracer ce qu’il s’est passé pour compléter les éléments manquants » dans ses souvenirs.

Les bruits épars des canons de l’artillerie israélienne depuis la bande de Gaza, à quelques kilomètres, la font sursauter. Israël a réagi à l’attaque en lançant une campagne militaire dont l’objectif vise à détruire le Hamas, à l’écarter du pouvoir à Gaza et à libérer les otages, qui a fait plus de 33 729 morts, selon le Hamas.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 13 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier de terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et dans les jours qui ont suivi l’assaut.

Guy a été diagnostiquée avec un trouble post-traumatique. Depuis peu, elle fait des cauchemars. Sur place, elle peut compter sur la présence de trois thérapeutes qui accompagnent le groupe et proposent un soutien psychologique.

« Une vie normale »

Beaucoup de survivants sont « en détresse », déclarent Neria et Daniel Sharabi, respectivement 22 et 23 ans. Ils ont monté l’association après qu’un rescapé a tenté de se suicider.

Neria et Daniel Sharabi, survivants de l’attaque du 7 octobre contre le festival de musique Supernova par des terroristes palestiniens s’adressent aux journalistes après être retournés sur le site près du kibboutz Reim dans le sud d’Israël, le 10 avril 2024. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Les deux frères sont considérés comme des héros en Israël. Le 7 octobre, ils ont sauvé des dizaines de festivaliers abrités derrière un char en utilisant des armes trouvées dans le blindé pour tirer sur les assaillants et les repousser.

Neria et Daniel Sharabi ont fait l’objet d’un harcèlement à l’aéroport de Manchester. Les deux frères s’étaient rendus en Angleterre pour sensibiliser l’opinion et partager leur expérience avec une association à but non lucratif créée pour aider les survivants de l’attaque du 7 octobre, selon le Conseil représentatif juif du Grand Manchester (JRCGM) et de la région, qui a déposé une plainte à la suite de l’incident.

Leur meilleur ami Yossef Haim Ohana, 23 ans, enlevé par le Hamas, est toujours otage dans Gaza.

Notre devise est de « ne laisser personne derrière », dit Neria en esquissant un sourire humble, à l’endroit exact où se tenait le char.

« Retrouver une vie normale est très difficile », explique Daniel. « La plupart des survivants peinent à se remettre sur pied ».

« Nous finançons des thérapies post-traumatiques EMDTR (par stimulation des mouvements oculaires, NDLR) de centaines de personnes, nous avons aussi organisé des retraites de plusieurs jours pour les survivants avec des ateliers, des soins », poursuit-il.

« Ça m’aide d’être avec des gens qui font face aux mêmes problèmes », confie Guy, qui dit ne pas parvenir à garder un emploi depuis six mois.

« J’ai changé quatre fois de travail, je n’arrive pas à gérer le stress, les gens, les transports, je suis reconnue invalide », déplore-t-elle.

« C’est comme si c’était hier ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.