Des technologies « révolutionnaires » israéliennes au nouveau QG d’Apple
Rechercher

Des technologies « révolutionnaires » israéliennes au nouveau QG d’Apple

Selon Perilstein, il n’y a qu’une seule entreprise capable de produire les dalles en verre utilisées sur le « Spacehip »

David Shamah édite notre section « Start-Up Israel ». Spécialiste depuis plus de dix ans en technologies et en informatique, il est un expert reconnu des start-up israéliennes, de la high-tech, des biotechnologies et des solutions environnementales.

Une restitution artistique d'une vue aérienne du nouveau siège d'Apple, tel que présenté par Steve Jobs au Conseil municipal de Cupertino, le 7 juin 2011 (Crédit : Ville de Cupertino)
Une restitution artistique d'une vue aérienne du nouveau siège d'Apple, tel que présenté par Steve Jobs au Conseil municipal de Cupertino, le 7 juin 2011 (Crédit : Ville de Cupertino)

Comme pour tout ce qu’il fait, Apple devrait secouer le monde de l’architecture lorsque son nouveau siège social en Californie ouvrira ses portes l’année prochaine – et incidemment change la fortune de la firme israélienne spécialisée dans la technologie de verre qui joue un rôle central, néanmoins indirect, dans la construction d’un des bâtiments les plus innovants que le monde n’ait jamais connu.

Le bâtiment à Cupertino, en Californie, appelé officiellement Apple Campus 2 – et officieusement appelé « the Spaceship » [Vaisseau spatial] en raison de sa forme circulaire, et un petit air de l’Enterprise de Star Trek – aura des énormes panneaux de verre incurvés, qui auront une hauteur de 18 mètres, et certaines d’entre elles seront imprimées.

Et selon Max Perilstein, l’un des plus grands experts au monde dans la production de verre, il n’y a qu’une seule entreprise au monde qui dispose de la technologie nécessaire pour produire des panneaux de verre imprimées de ce type. « En un sens, Dip-Tech est au monde du verre ce qu’Apple est au monde des ordinateurs et des appareils », a expliqué Perilstein au Times of Israel.

« Il y avait des ordinateurs et des lecteurs de musique avant le Mac et l’iPod, mais la version Apple de ces appareils les met dans une différente – et meilleure – catégorie. De même avec Dip-Tech – nous voyons le verre partout, mais ce qu’ils ont fait avec le verre est de l’élever au-delà de ce que nous sommes habitués à voir ».

Apple – qui alors avait à sa barre feu Steve Jobs – planifiait son nouveau siège depuis plus d’une décennie, et en 2013 a lancé la construction du complexe, qui selon ce que Jobs a déclaré au Conseil municipal de Cupertino en juin 2011 serait incroyablement innovant de par son architecture, sa taille et son esthétique.

« Il a une magnifique cour au milieu, et beaucoup plus. C’est un cercle, il est donc incurvé tout autour. Ce n’est pas la manière la moins chère de construire quelque chose ».

« Chaque panneau de verre dans le bâtiment principal sera incurvé. Ce sera assez cool », avait déclaré Jobs.

Cela s’est avéré être sa dernière apparition publique avant sa mort au moins d’octobre suivant. Le bâtiment devrait être terminé dans le courant 2016.

L'Apple Store sur la Cinquième Avenue à Manhattan (Credit : Apple)
L’Apple Store sur la Cinquième Avenue à Manhattan (Credit : Apple)

La connexion d’Israël au projet remonte à l’année dernière, quand Dip-Tech, une entreprise basée à Kfar Saba, a vendu séparément deux de ses imprimantes à Sedak GmbH & Co. KG de l’Allemagne et à Tianjin Northglass Industrial Co., Ltd en Chine.

En octobre, l’imprimante a été inscrite dans le Livre Guinness des Records du Monde pour sa capacité à imprimer sur une seule plaque de verre de 64 mètres carrés la plus grande de toutes les imprimantes numérique qui existent au monde.

Selon des sources de l’industrie, les grands panneaux de verre utilisés par Apple sont produites à Tianjin et expédiées en Californie, où les équipes locales – très doucement – les montent sur le bâtiment qui se construit rapidement. Ni Dip-Tech, Apple, ou Tianjin n’ont accepté de faire un commentaire à ce sujet.

Max Perilstein (Crédit : Autorisation)
Max Perilstein (Crédit : Autorisation)

L’impression numérique sur verre fonctionne d’une manière similaire à l’impression numérique sur papier : Une image est envoyée à l’imprimante, qui est ensuite transférée sur le verre. Ensuite, le verre est trempé et séché dans un four de trempe.

La solution d’impression numérique de Dip-Tech comprend des encres en céramique spéciales que la société a mise au point et qui sont fabriquées à partir de nanoparticules de verre et de pigments inorganiques, et l’encre est intégrée dans le verre à la fin du processus, a précisé la compagnie sur le processus d’impression.

Après le processus de trempe, l’encre devient une partie inhérente du verre – par opposition à une superposition – ce qui signifie qu’il peut résister à toutes les conditions météorologiques ou environnementales sans se décolorer.

« La révolution technologique dans l’impression de verre permet aux architectes et aux concepteurs de développer leur créativité. Les projets entrepris aujourd’hui brisent les limites de ce qui était possible jusqu’à présent, tandis que de nouvelles techniques de production de verre deviennent disponibles », a déclaré Yariv Matzliach, le PDG Dip-Tech.

Extérieur de l'hôpital de Harlem (Crédit : Autorisation Dip-Tech)
Extérieur de l’hôpital de Harlem (Crédit : Autorisation Dip-Tech)
L'escalier de verre du Aplle store sur Fifth Avenue à Manhattan (Crédit : Apple)
L’escalier de verre du Aplle store sur Fifth Avenue à Manhattan (Crédit : Apple)

On retrouve les verres imprimés de Dip-Tech un peu partout, comme au terminal 5 de l’aéroport international O’Hare de Chicago qui a été récemment rénové.

Goldray Industries a fabriqué un « rideau » de verre imprimé digitalement de 370 m2 pour permettre aux personnes passant les contrôles de sécurité d’avoir une expérience plus plaisante et esthétique de ce point de passage obligé et cela embellit le terminal, explique Greg Soroka, le président de Goldray Indusries, la firme d’architecture qui s’est occupé du projet de rénovation du terminal.

« Nous avons étudié toutes les options de couleur et de design possibles jusqu’à ce que nous trouvions celle qui correspondait à nos attentes. En utilisant la solution Dip-Tech, nous avons pu réaliser ce projet complet et détaillé tel que nos architectes l’avaient conçu », indique-t-il.

La façade de l’hôpital de Harlem à New York est aussi une production de la compagnie Dip-Tech. Cet immeuble a été rénové quelques années auparavant, et pour lui donner un aspect dramatique, l’extérieur de l’immeuble a été décoré avec une façade en verre décorative.

Elle reproduit des œuvres qui dépeignent le dur combat des esclaves américains du sud pour obtenir la liberté. Le verre a été fabriqué en suivant les exigences du fabricant PPG Industries de Pittsburgh – en utilisant les équipements de Dip-Tech.

Le résultat : une série de fresques qui semblent avoir été peintes sur les fenêtres. Il y a 429 vitres individuellement imprimées qui donnent une leçon d’histoire et d’art – et cet immeuble est devenu une attraction touristique.

Verre imprimé Dip-Tech à l'aéroport O'Hare (Crédit : autorisation Dip-Tech)
Verre imprimé Dip-Tech à l’aéroport O’Hare (Crédit : autorisation Dip-Tech)
Interprétation artistique de l'extérieur du nouveau siège d'Apple, tel que présenté par Steve Jobs au Conseil municipal de Cupertino le 7 juin 2011 (Crédit : Ville de Cupertino)
Interprétation artistique de l’extérieur du nouveau siège d’Apple, tel que présenté par Steve Jobs au Conseil municipal de Cupertino le 7 juin 2011 (Crédit : Ville de Cupertino)

On ne sait pas si Jobs ou Cook ont vu ces bâtiments avant la conception du design d’Apple Campus 2, mais ce qui est clair, c’est que Cook a lui-même personnellement approuvé des dessins et les documents définitifs du bâtiment – y compris la production des verres.

Lors d’une visite en février dernier à Sedak en Allemagne, Cook a déclaré qu’Apple avait « cherché partout dans le monde quelqu’un qui pourrait mettre en œuvre les idées de Steve sur verre, et nous nous sommes retrouvés ici parce que personne d’autre ne peut le faire aussi bien que vous. La qualité et la taille des panneaux sont les plus grands de ce qui a déjà été mis en œuvre dans le monde entier. Vous êtes le meilleur dans le monde ».

Comme dans d’autres domaines, a déclaré Perilstein, Apple pousse au développement quand il s’agit de la conception architecturale, et ses idées seront forcément copiées et mises en œuvre par de nombreux autres.

« Apple a effectivement utilisé beaucoup de verre dans sa conception, par exemple son fameux cube de verre dans l’Apple Store dans le centre de Manhattan », a poursuivi Perilstein. Selon Perilstein, Apple aime le motif de verre, car il symbolise l’ouverture et l’innovation, avec le motif « nouveau jour » représentant l’innovation éthique de l’entreprise.

Une caractéristique du magasin de Manhattan et d’autres magasins Apple est son escalier de verre, qui mène du niveau de la rue jusqu’au magasin ; Steve Jobs a deux brevets sur la conception de ces escaliers.

« Personne n’aurait jamais pensé à faire un escalier de verre avant, mais maintenant il y en a un peu partout », a déclaré Perilstein.

« Les dessins sur verre sur le nouveau bâtiment Apple sont encore plus spectaculaire, et il n’y a aucun doute qu’ils seront comme une secousse dans le monde de l’architecture, comme les autres produits Apple l’ont été pour d’autres industries. Le nouveau bâtiment va être étudié à plusieurs niveaux par l’industrie de la construction, de la conception à la construction, pendant les années à venir ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...