Des traces de creusage découvertes autour de la tombe du soldat tué mardi
Rechercher

Des traces de creusage découvertes autour de la tombe du soldat tué mardi

Des gardes ont été dépêchés au cimetière où le sergent Amit Ben-Yigal a été enterré ; une enquête a été ouverte

Famille et amis assistent aux funérailles du soldat Amit Ben-Yigal au cimetière militaire de la ville centrale de Beer Yaakov, le 12 mai 2020. (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)
Famille et amis assistent aux funérailles du soldat Amit Ben-Yigal au cimetière militaire de la ville centrale de Beer Yaakov, le 12 mai 2020. (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)

Des marques ont été découvertes jeudi soir indiquant que quelqu’un avait tenté de déterrer la tombe du sergent de première classe Amit Ben-Yigal, ont rapporté les militaires.

« Des représentants du rabbinat militaire sont arrivés sur les lieux et se sont assurés que le caractère sacré du soldat décédé n’avait pas été profané », a déclaré l’armée israélienne.

Le soldat a été tué par des jets de pierres mardi matin. Il a été enterré mardi soir dans la section militaire du cimetière de Beer Yaakov.

Tsahal a annoncé l’ouverture d’une enquête par ses soins et ceux de la police.

Le sergent de première classe Amit Ben-Yigal a été tué après qu’une pierre lui a été jetée à la tête lors d’un raid d’arrestation dans le village de Yabed, dans le nord de la Cisjordanie, le 12 mai 2020. (Crédit : réseaux sociaux)

« Au vu de l’incident, il a été décidé que la tombe devait être scellée, et les soldats de la brigade Golani monteront la garde dans le cimetière jusqu’à ce que le processus soit achevé », a fait savoir l’armée.

La famille du soldat a été informée aussitôt, a-t-elle ajouté.

« La profanation des tombes de soldats de l’armée israélienne tombés au combat doit être dénoncée », a souligné Tsahal.

Mardi matin, à l’aube, le bataillon de reconnaissance Golani a procédé à une série d’arrestations dans le village de Yabed, au nord de la Cisjordanie. Alors que les soldats se dirigeaient vers la sortie du village palestinien, une brique jetée du toit d’un immeuble de trois étages a heurté et tué Amit Ben-Yigal, d’après l’armée.

Des centaines de personnes ont assisté à ses funérailles mardi soir.

« Je t’aime tellement. Mon fils est un héros », avait crié la mère du soldat, Nava Revivo, sur sa tombe, selon la Douzième chaîne. « Je serai forte. Veille sur nous de là-haut. »

« Tu as changé ma vie. Mon premier enfant. Mon enfant bien-aimé. Tes sœurs ne comprennent pas ce qui se passe. Nous allons préserver ta mémoire, ton bonheur, ton amour », avait-elle dit.

Le père d’Amit Ben-Yigal a également fait l’éloge du soldat tué, son seul enfant.

« Amit n’est pas un enfant unique. Il a des millions d’autres frères et sœurs qui sont tristes, qui l’admirent et qui savent que nos vies en Terre d’Israël dépendent du courage d’Amit et de ses amis », a réagi Baruch Ben-Yigal.

« Je n’ai rien d’autre. Je n’ai pas d’autres enfants. Mon fils unique », a-t-il dit. « Je ne suis plus un père maintenant. Je ne suis rien. J’ai payé un tel prix. »

Les enfants uniques ne sont généralement pas admis dans les unités de combat, surtout celles considérées comme dangereuses, sans autorisation spéciale de leurs parents. Le père d’Amit Ben-Yigal la lui a accordée. Sa mère a deux autres enfants issus d’un second mariage.

Amit Ben-Yigal a été tué un mois avant la fin de son service.

Ce jeune homme de 21 ans, originaire de la ville centrale de Ramat Gan, est le premier soldat de Tsahal à être tué au combat en 2020. Il a été promu au grade sergent de première classe à titre posthume.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...