Deux ans après un tweet antisémite, Valerie Plame va maintenant à la synagogue
Rechercher

Deux ans après un tweet antisémite, Valerie Plame va maintenant à la synagogue

La nouvelle a été annoncée alors que l'agente de la CIA se présente au Congres sous l'étiquette démocrate

L'ancienne agente de la CIA Valerie Plame est interrogée devant la bourse de New York, le 22 octobre 2018. (AP Photo/Richard Drew, File)
L'ancienne agente de la CIA Valerie Plame est interrogée devant la bourse de New York, le 22 octobre 2018. (AP Photo/Richard Drew, File)

WASHINGTON (JTA) — Valerie Plame, une agente de la CIA au centre d’un scandale de l’administration George W. Bush, a déclaré être désormais membre de la synagogue Santa Fe à Nouveau-Mexique.

La nouvelle a été annoncée alors que Valerie Plame se présente au Congrès en tant que démocrate, et deux ans après que son tweet d’un article antisémite l’a contrainte à s’excuser et a eu des répercussions professionnelles.

Elle a déclaré à Tal Schneider, un journaliste politique au Globes, un quotidien économique israélien, que son intérêt pour le judaïsme provenait de sa découverte que son arrière-grand-père était un rabbin qui avait fui l’Ukraine à la fin du siècle dernier.

« J’ai toujours été attirée par cet aspect de mon héritage juif », a-t-elle expliqué dans des tweets accompagnés de vidéos que Schneider a publiées vendredi, « cela m’a donc conduit à fréquenter le Temple Beth Shalom à Santa Fe ».

Elle a fait savoir qu’elle était surtout intéressée par les initiatives du Temple destinées à une plus grande justice sociale et qu’elle en était membre. Scheinder a vérifié auprès de membres de la communauté juive locale que la candidate avait bien participé à plusieurs cérémonies.

Elle avait évoqué ses origines juives quand elle avait lancé sa campagne pour le Congrès en septembre, mais elle n’avait pas dit qu’elle se considérait juive, de quelque manière que ce soit.

Des membres importants de l’administration Bush avaient dévoilé l’identité de Plame après que son mari de l’époque, le diplomate à la retraite Joseph Wilson, avait fait des révélations compromettantes dans la période précédant la guerre d’Irak. Lors d’une mission de l’administration Bush, il avait discrédité l’une des preuves principales que Saddam Hussein cherchait à obtenir des armes de destruction massive.

En 2017, elle s’était excusée pour avoir retweeté un article d’un site internet de suprémacistes blancs qui affirmait que les Juifs étaient derrière les pressions en faveur d’une guerre entre l’Iran et les États-Unis. Elle s’est de nouveau excusée dans un entretien avec Schneider.

Le tweet l’avait contrainte à démissionner de la direction du Ploughshares Fund, une influente fondation qui milite contre la guerre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...