Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Deux blessés dans une attaque du Hezbollah, alors que la frontière nord s’échauffe

Des civils blessés à Dovev, des dégâts à Avivim, une alerte de drone dans le nord et un missile intercepteur qui explose au-dessus de Safed ; Tsahal frappe des sites du Hezbollah

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des volutes de fumée après un bombardement israélien dans le sud du Liban, sur une photo prise du côté israélien de la frontière avec le Liban, le 21 décembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Des volutes de fumée après un bombardement israélien dans le sud du Liban, sur une photo prise du côté israélien de la frontière avec le Liban, le 21 décembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Deux civils israéliens ont été blessés jeudi lors d’une attaque au missile antichar depuis le Liban sur la ville de Dovev, dans le nord du pays, au moment où un autre missile a touché des voitures dans la communauté voisine d’Avivim.

Les deux personnes, un homme et une femme, ont été évacuées au centre hospitalier Ziv de Safed avec de légères blessures, selon une première évaluation, a indiqué l’hôpital.

Tous deux sont des civils, bien que la zone frontalière ait été en grande partie évacuée.

Quelques instants après l’attaque d’Avivim et de Dovev, une alerte du Commandement du Front Intérieur a prévenu les habitants d’autres villes de Haute Galilée d’une infiltration présumée de drones ennemis.

Une vidéo a montré ce qui semble être un missile intercepteur explosant dans le ciel au-dessus de la ville de Safed, dans le nord du pays, après que l’alerte à l’infiltration de drones a été déclenchée dans les localités proches de la frontière libanaise.

Peu après l’explosion, les autorités ont donné le signal de fin d’alerte au drone.

L’armée israélienne n’a pas encore confirmé qu’un drone avait été abattu.

Jeudi après-midi, Tsahal a indiqué avoir mené une nouvelle vague de frappes aériennes contre des sites du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban, à la suite des attaques contre le nord d’Israël.

Peu après, deux missiles antichars auraient touché directement une maison à Ramot Naftali, sans faire de blessés. Un autre tir direct de roquette a été signalé à Metoula, sans faire de victimes.

Les sites frappés par les avions de combat comprennent des sites de lancement de roquettes, des bâtiments militaires et d’autres infrastructures appartenant au groupe terroriste. Un autre site appartenant au Hezbollah a été visé par des avions, des chars et des pièces d’artillerie.

En outre, Tsahal a frappé à l’artillerie un certain nombre de zones le long de la frontière, vraisemblablement pour empêcher le Hezbollah de mener des attaques.

Plusieurs autres roquettes ont été tirées depuis le Liban sur Arab al-Aramshe, mais n’ont pas réussi à franchir la frontière, selon Tsahal.

L’armée a ajouté qu’un avion a frappé la cellule à l’origine des tirs.

En ce qui concerne l’alarme d’infiltration de drones qui a retenti plus tôt dans la journée, Tsahal a déclaré avoir identifié un certain nombre de « cibles aériennes » qui ont pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban.

Tsahal a précisé qu’un missile d’interception avait été tiré au cours de l’attaque et que « l’événement était terminé », sans fournir plus de détails.

Plus tôt dans la journée de jeudi, Tsahal a annoncé avoir mené des frappes contre des sites du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse à des tirs de roquettes sur le nord d’Israël la veille.

L’armée a indiqué que les sites touchés comprenaient des infrastructures appartenant au groupe terroriste et le lance-roquettes utilisé dans l’attaque.

Plusieurs roquettes ont été tirées par le Hezbollah sur la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays. Aucun blessé n’a été signalé mais des dégâts matériels ont été causés.

La municipalité de Kiryat Shmona a déclaré que la salve comprenait au moins huit roquettes, dont deux ont atterri dans la ville, causant des dégâts à des infrastructures, à des maisons, à une école maternelle et à des voitures.

L’attaque à la roquette du Hezbollah a eu lieu après que des avions de combat israéliens ont mené des frappes aériennes à l’intérieur du Liban tard mercredi soir, touchant une zone boisée près de la ville de Bouslaya, à plus de 20 kilomètres de la frontière, ont rapporté les médias d’État libanais.

Selon un communiqué de Tsahal, des avions de combat ont frappé un centre de commandement du Hezbollah dans le Sud-Liban en réponse aux attaques répétées à la frontière.

Israël a averti que si la communauté internationale ne repoussait pas les terroristes chiites libanais du Hezbollah loin de sa frontière par des moyens diplomatiques, il passerait à l’action. Ces derniers jours, des représentants des États-Unis et de la France en visite dans la région ont cherché à éviter une escalade sur le front libanais.

Un avion de chasse de l’armée de l’air israélienne survolant la zone frontalière avec le Sud-Liban, dans le nord d’Israël, le 20 décembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Israël a fait savoir qu’il ne tolérerait plus la présence du Hezbollah le long de la frontière nord après le massacre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, au cours duquel des milliers de terroristes ont fait irruption en Israël depuis Gaza, tuant 1 200 personnes et en enlevant plus de 240, pour la plupart des civils.

Depuis cette date, les terroristes chiites libanais ont attaqué presque quotidiennement des communautés israéliennes et des postes militaires le long de la frontière, le Hezbollah affirmant qu’il exprime par ce biais son soutient au Hamas dans le cadre de la guerre actuelle dans la bande de Gaza.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de quatre civils du côté israélien, ainsi que celle de sept soldats de Tsahal. Il y a également eu un certain nombre de tirs de roquettes en provenance de Syrie, qui n’ont pas fait de blessés.

Du côté libanais, plus de 130 personnes ont été tuées, selon un décompte de l’AFP. Ce bilan comprend au moins 118 terroristes du Hezbollah, dont certains ont été tués en Syrie, 16 terroristes palestiniens, un soldat libanais et au moins 17 civils, dont trois journalistes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.