Rechercher

Deux individus inculpés pour les coups de feu tirés sur le domicile d’un policier

L'un des suspects est originaire de Kafr Kanna, l'autre de Haïfa ; Kobi Shabtai assure que la police ne sera pas découragée par l'incident de septembre

L'habitation de Jamal Hakroush, responsable de la police arabe israélien, prise pour cible par des tireurs dans la ville de Kafr Kanna, au nord du pays, le 10 septembre 2021. (Crédit : capture d'écran/Kan)
L'habitation de Jamal Hakroush, responsable de la police arabe israélien, prise pour cible par des tireurs dans la ville de Kafr Kanna, au nord du pays, le 10 septembre 2021. (Crédit : capture d'écran/Kan)

Deux suspects seront inculpés pour avoir tiré une salve de coups de feu sur la maison de Jamal Hakrush, officier supérieur de la police arabe israélienne, dans la ville de Kafr Kanna, dans le nord d’Israël, en septembre, a déclaré lundi la police israélienne.

Les procureurs ont annoncé leur intention de déposer des actes d’accusation contre les deux hommes – l’un, 33 ans, résident de Kafr Kanna, l’autre, 21 ans, de la ville de Haïfa, dans le nord du pays.

À l’issue d’une enquête conjointe de deux mois menée par la police et le service de sécurité intérieure du Shin Bet, l’un des suspects a été arrêté à son domicile, l’autre à son retour d’un voyage à l’étranger, a indiqué la police sans préciser quand les hommes ont été appréhendés.

Le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, qui s’exprimait à l’ouverture d’une réunion des officiers supérieurs dans la ville de Modiin, a déclaré que la fusillade avait apparemment eu lieu uniquement parce que Hakrush portait l’uniforme.

« Il s’agit d’une tentative de porter atteinte à l’État de droit et de dissuader la police israélienne », a déclaré Shabtai.

Les coups de feu qui ont été tirés sur la maison de Hakrush étaient en fait « tirés sur la maison de chaque officier de la police », a-t-il dit.

Il n’y a pas eu de blessés dans cette fusillade.

Le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, le 8 janvier 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les enquêteurs affirment que le 10 septembre, les deux hommes sont arrivés au domicile de Hakrush dans une voiture appartenant au résident de Haïfa. L’autre suspect, qui était masqué à ce moment-là, est sorti de la voiture et a ouvert le feu avec une arme automatique sur la porte du parking de la maison, causant des dommages.

Les enquêteurs de la police et le Shin Bet « ont mené une longue liste d’activités de renseignement et d’opérations qui ont permis d’identifier les suspects et de les arrêter en peu de temps », indique le communiqué de la police.

Les enquêteurs ont conclu que la fusillade n’était pas motivée par des motifs nationalistes, et en conséquence, le Shin Bet a mis fin à son rôle dans l’enquête, qui sera désormais menée uniquement par la police, note le communiqué.

Le tribunal de première instance de Nazareth a accédé à la demande de la police de maintenir les suspects en détention.

Hakrush dirige une unité dont la mission est de lutter contre l’augmentation de la criminalité dans les villes et villages arabes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...