Israël en guerre - Jour 194

Rechercher

Deux membres du Hezbollah tués dans une attaque imputée à Israël à la frontière syro-libanaise

Plusieurs roquettes ont été tirées sur le nord d'Israël après l'attaque d'un camion près de Qusayr, au sud de Homs, considéré comme un bastion du groupe terroriste chiite libanais

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un camion en flammes après une attaque aérienne attribuée à Israël, non loin de la ville syrienne de Qusayr, le 25 février 2024. (Crédit: Capture d'écran X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Un camion en flammes après une attaque aérienne attribuée à Israël, non loin de la ville syrienne de Qusayr, le 25 février 2024. (Crédit: Capture d'écran X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Deux membres du groupe terroriste Hezbollah ont été tués lors d’une attaque aérienne attribuée à Israël contre un camion près de la frontière syro-libanaise dimanche matin.

Des images ont montré le camion en flammes sur une route à l’extérieur de Qusayr, une ville syrienne au sud de Homs, près de la frontière avec le nord du Liban.

Peu après la frappe, le Hezbollah, groupe terroriste chiite libanais soutenu par l’Iran, a annoncé que deux de ses terroristes avaient été tués « sur la route de Jérusalem », terme qu’il emploie pour désigner les terroristes tués lors des frappes israéliennes. Il n’a pas précisé où ils avaient été tués.

Les deux terroristes, Hussein al-Dirani et Ahmed al-Afi, étaient originaires de Qsarnaba et de Brital, deux villes du district de Baalbek, adjacent à la région syrienne où la frappe israélienne présumée a eu lieu.

Leur mort porte à 214 le nombre de victimes du groupe terroriste depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza.

Peu après l’annonce de la frappe, quatre roquettes ont été tirées sur le nord d’Israël, atterrissant apparemment dans des zones ouvertes près de Margaliot, selon l’armée israélienne. Aucun dégât ni blessé n’a été signalé.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a revendiqué l’attaque, affirmant qu’elle visait une base militaire dans la région.

L’armée a refusé de commenter la frappe près de Qusayr, une zone identifiée dans le passé comme un bastion du Hezbollah. Les autorités syriennes n’ont fait aucun commentaire.

Bien qu’Israël ne commente généralement pas ses frappes en Syrie, il a admis avoir effectué des centaines de sorties contre des groupes terroristes soutenus par l’Iran qui tentaient de s’implanter dans le pays au cours de la dernière décennie. Tsahal affirme qu’elle s’attaque aux cargaisons d’armes supposées être destinées à ces groupes, au premier rang desquels le Hezbollah. En outre, des frappes aériennes attribuées à Israël ont visé à plusieurs reprises des systèmes de défense aérienne syriens.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.