Yaalon classe deux groupes d’activistes à Jérusalem comme illégaux
Rechercher

Yaalon classe deux groupes d’activistes à Jérusalem comme illégaux

Les « Murabitoun » et les « Murabitat » sont particulièrement actives sur le mont du Temple contre les touristes, les visiteurs et les fidèles du site

Les forces de l'ordre israéliennes près du dôme du Rocher sur le mont du Temple, le 5 novembre 2014. (Crédit : Ahmad Gharabli /AFP)
Les forces de l'ordre israéliennes près du dôme du Rocher sur le mont du Temple, le 5 novembre 2014. (Crédit : Ahmad Gharabli /AFP)

Le ministre de la Défense, Moshe Yaalon, sur recommandation de l’ISA (Israel Securities Authority) et de la police israélienne, a signé une déclaration reconnaissant les « Murabitoun » et les « Murabitat » comme des organisations illégales, convaincu qu’il était nécessaire de passer ce pas pour défendre la sécurité de l’État d’Israël, mais également pour le bien-être des Israéliens et le maintien de l’ordre public.

Les activités de ces deux groupes sont à l’origine de tensions et de violences sur le mont du Temple et à Jérusalem en général.

Ils sont engagés dans des activités dangereuses incitant à la haine contre les touristes, les visiteurs et les fidèles du site, menant à des violences et mettant la vie des personnes concernées en danger.

Les organisations susmentionnées luttent pour la remise en cause de la souveraineté d’Israël sur le mont du Temple ainsi que pour changer les arrangements ayant cours sur le site. Ces deux groupes portent également atteinte à la liberté de culte.

Les « Murabitoun » et les « Murabitat » sont liées et fréquemment guidées par des organisations islamiques hostiles.

Cette déclaration a été signée après avoir reçue l’accord du procureur de l’État Yehuda Weinstein.

Désormais, ceux qui participent, qui organisent ou qui financent les activités de ces deux organisations commettent un acte contraire à la loi et peuvent faire l’objet d’un procès.

Le ministre de la Défense a déclaré : « L’État d’Israël s’engage pour la liberté de culte de tous ses citoyens, touristes et visiteurs indépendamment de leur religion et tient ce principe comme une valeur importante et essentielle. De plus, nous n’avons pas l’intention de permettre à des éléments violents de menacer l’ordre public et la sécurité des fidèles spécifiquement sur un site sensible et saint comme celui du mont du Temple.»

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...