Deux roquettes tirées de Gaza, raid de l’aviation israélienne, pas de blessé
Rechercher

Deux roquettes tirées de Gaza, raid de l’aviation israélienne, pas de blessé

Une roquette a touché un autobus vide stationné dans la ville de Sdérot

Une traînée de lumière faite par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, le 21 août, 2014 (Crédit photo: AFP)
Une traînée de lumière faite par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, le 21 août, 2014 (Crédit photo: AFP)

Deux roquettes ont été tirées à partir de la bande de Gaza vendredi soir vers le sud d’Israël, sans faire de victime, ont annoncé police et armée israéliennes, avant que l’aviation israélienne ne frappe une base du Hamas en représailles.

Une roquette a touché un autobus vide stationné dans la ville de Sdérot, provoquant quelques dégâts, selon un communiqué de la police.

Un peu plus tard dans la soirée un deuxième projectile a été intercepté au-dessus de la ville d’Ashkelon par la batterie de type « Iron Dome » conçue pour détruire des roquettes en vol, a annoncé une porte-parole de l’armée israélienne.

Ensuite, après des tirs de fusées éclairantes et un survol intense des F-16 israéliens, dans la nuit, l’aviation israélienne a mené un raid, frappant une base d’entraînement des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, dans le nord de la bande de Gaza, ont indiqué des témoins et des responsables des services de sécurité gazaouis.

Ces responsables ont précisé que ce raid sur une base située à l’est du camp de réfugiés de Jabalia n’avait fait aucune victime.

Ces tirs de roquettes, qui n’ont jusqu’ici pas été revendiqués, se sont produits alors que des heurts ont opposé vendredi Palestiniens et forces de sécurité israéliennes à Jérusalem et en Cisjordanie, sur fond de tensions croissantes sur le mont du Temple.

La batterie « d’Iron Dome » avait été déployée par précaution mercredi dans le sud d’Israël en raison de la crainte des autorités israéliennes de tirs de roquettes de la part du Jihad islamique à la suite de la nouvelle arrestation de Mohammed Allaan, ont indiqué les médias israéliens.

Allaan, présenté par le Jihad islamique comme l’un des siens, avait frôlé la mort en août après avoir observé une grève de la faim d’environ 60 jours jusqu’à ce que la justice israélienne suspende son maintien en détention administrative. Cette mesure extrajudiciaire permet à Israël d’emprisonner des suspects sans inculpation ni procès pour une durée de six mois renouvelables indéfiniment.

Allaan a de nouveau été remis en détention administrative.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...