Deux terroristes d’un attentat mortel en 2016 condamnés à 32 et 35 ans de prison
Rechercher

Deux terroristes d’un attentat mortel en 2016 condamnés à 32 et 35 ans de prison

Le troisième Palestinien impliqué dans l'attaque qui a tué le soldat en repos Tuvia Yanai Weissman a été condamné à 35 ans d'emprisonnement en décembre

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Tuvia Yanai Weissman, sa femme Yael et leur fille de quatre mois. Weissman a été poignardé à mort par des terroristes palestiniens dans un supermarché en Cisjordanie, le 18 février 2016 (Crédit : Facebook)
Tuvia Yanai Weissman, sa femme Yael et leur fille de quatre mois. Weissman a été poignardé à mort par des terroristes palestiniens dans un supermarché en Cisjordanie, le 18 février 2016 (Crédit : Facebook)

Deux adolescents terroristes palestiniens impliqués dans un attentat meurtrier à l’arme blanche qui a tué le soldat en repos Tuvia Yanai Weissman et gravement blessé un autre Israélien en 2016 ont été condamnés mercredi à 35 et 32 ans de prison, a fait savoir l’armée.

Le troisième terroriste impliqué dans l’attentat a été condamné à la fin de l’année dernière à 35 ans de prison et à payer une amende de 1,25 million de shekels (312 500 euros).

Le procureur militaire a demandé des peines d’emprisonnement à perpétuité pour ces trois infractions, mais le tribunal a rejeté cette demande et a fait valoir que les terroristes étaient mineurs au moment de l’attaque. On s’attend à ce que les procureurs interjettent appel de la décision et demandent à nouveau des peines d’emprisonnement à perpétuité.

Deux agresseurs ont été reconnus coupables d’avoir perpétré l’attaque meurtrière à l’arme blanche dans un supermarché de Cisjordanie. Le troisième était impliqué dans la planification et avait l’intention de participer à l’attaque, mais il a été refoulé par l’agent de sécurité de l’établissement.

Tous trois ont été accusés d’avoir « causé intentionnellement la mort », l’équivalent d’un meurtre dans le système judiciaire militaire israélien, ainsi que d’autres infractions moins graves.

Un des couteaux utilisés dans une attaque au couteau dans un supermarché dans la zone industrielle de Shaar Binyamin, au nord de Jérusalem, le 18 février 2016 (Crédit : police israélienne)

Les deux hommes condamnés mercredi ont également été condamnés à verser 2,5 millions de shekels (625 000 euros) de dommages et intérêts aux familles des victimes.

Dans la nuit du 18 février 2016, les trois adolescents palestiniens sont arrivés au supermarché Rami Levy dans la zone industrielle de Shaar Binyamin, armés de couteaux.

Les images des caméras de sécurité de cette soirée montrent qu’un agent de sécurité a refoulé l’un des adolescents, mais a laissé les deux autres entrer dans le magasin sans effectuer de fouille.

A l’intérieur du supermarché, ils ont commencé à poignarder un Israélien, le blessant gravement.

Weissman, ayant la double nationalité israélienne et américaine et résidant dans l’implantation de Maale Mikhmas en Cisjordanie, faisait les courses avec sa femme, Yael, et sa fille de quatre mois, Neta, au moment de l’attaque.

Des amis en deuil aux funérailles de Tuvia Yanai Weissman, au cimetière militaire du Mont Herzl à Jérusalem, le 18 février 2016. (Hadas Parush/Flash90)

Weissman, qui n’était pas armé puisqu’il était en permission, s’est précipité sur les assaillants et a essayé de les arrêter. Au cours du combat, il a été mortellement blessé et a été déclaré mort au Shaare Zedek Medical Center, à Jérusalem, peu après.

Les deux agresseurs ont tenté de fuir les lieux, mais ont été touchés par balle et blessés par un civil armé et arrêtés. Le troisième suspect a été arrêté quelques jours plus tard.

Weissman a reçu, à titre posthume, une citation pour bravoure pour avoir combattu les terroristes alors qu’il n’était pas armé.

« Le sergent Weissman a couru vers l’endroit d’où venaient les cris, laissant sa femme et sa petite fille seules. Une fois qu’il s’est rendu compte de ce qui se passait, le sergent Weissman n’a pas hésité à attaquer les deux terroristes à mains nues, à les combattre et à tenter de les arrêter », a déclaré le major-général Roni Numa lors de la cérémonie de remise du prix à la veuve de Weissman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...