Discours de Gantz à Munich : Pas de « divergence » avec Netanyahu sur l’Iran
Rechercher

Discours de Gantz à Munich : Pas de « divergence » avec Netanyahu sur l’Iran

L'ancien chef de Tsahal dit qu'il a des désaccords avec le Premier ministre, mais qu'il devrait l'épauler en matière de sécurité

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Benny Gantz, président du parti Hossen LeYisrael, prend la parole lors de la 55e Conférence de Munich sur la sécurité dans le sud de l'Allemagne, le 17 février 2019. (Thomas Kienzle/AFP)
Benny Gantz, président du parti Hossen LeYisrael, prend la parole lors de la 55e Conférence de Munich sur la sécurité dans le sud de l'Allemagne, le 17 février 2019. (Thomas Kienzle/AFP)

Dans son premier grand discours de politique étrangère et de sécurité, l’ancien chef d’état-major de Tsahal Benny Gantz, le chef du nouveau parti Hossen LeYisrael, a déclaré dimanche qu’il avait de nombreux différends avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, mais « lorsque la sécurité d’Israël est en danger, il n’y a pas de divergence entre nous ».

S’exprimant lors de la très médiatisée Conférence de Munich sur la sécurité dans le sud de l’Allemagne, M. Gantz a présenté ce qu’il a décrit comme les trois principaux défis de sécurité auxquels le monde occidental est confronté, en soulignant plus particulièrement la menace que représente l’Iran et en s’engageant à lutter contre son régime « maléfique ».

Dans un discours qui faisait écho à de nombreux messages délivrés par Netanyahu lors de précédentes allocutions au forum, M. Gantz a déclaré que l’Occident doit concentrer ses efforts sur la lutte contre un « Iran extrémiste, le terrorisme islamique et l’instabilité régionale ».

S’exprimant après que le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a déclaré à la conférence qu’Israël « cherche la guerre » et que le comportement d’Israël et des Etats-Unis augmente les perspectives de conflit total, Gantz a averti les ministres des Affaires étrangères, de la Défense et les Premiers ministres lors de la conférence : « Ne vous laissez pas tromper par son éloquence. Ne vous laissez pas berner par ses mensonges ».

« En tant qu’ancien chef d’état-major de Tsahal, j’ai vu de première main des informations précises sur ce qui se passe réellement en Iran. Je peux donc vous dire avec une certitude absolue que le régime que M. Zarif représente est un régime maléfique », a déclaré M. Gantz.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, prononce une allocution lors de la Conférence de Munich sur la sécurité à Munich, en Allemagne, le 17 février 2019. (AP Photo/Kerstin Joensson)

Évoquant la persécution des femmes, des homosexuels et des minorités, ainsi qu’une menace militaire pour le Moyen Orient et au-delà, M. Gantz a affirmé que l’Iran « est l’ennemi par excellence de ce à quoi les gens dans cette salle tiennent et croient ».

Tout en affirmant sans équivoque qu’il a l’intention de remplacer M. Netanyahu comme Premier ministre, M. Gantz a également précisé que lorsqu’il est question de menaces contre Israël, il se tient « côte à côte » avec le Premier ministre, qui a placé l’Iran, et son opposition au traité sur le nucléaire iranien, au centre de ses dix années de mandat.

« Ce n’est un secret pour personne que le Premier ministre Netanyahu est mon rival politique. Nous ne sommes pas d’accord sur de nombreux sujets », a déclaré M. Gantz à l’auditoire. « Mais ne vous y trompez pas, nous sommes tous deux des fils dévoués de la même nation. Quand la sécurité d’Israël est menacée, il n’y a pas de divergence entre nous. Sur cette question cruciale, il n’y a pas de droite ou de gauche. Il n’y a ni coalition ni opposition ».

Dans un extrait de la transcription fournie par Hossen LeYisrael, truffé de points d’exclamation, Gantz a juré : « Quand il s’agit de défendre Israël, nous sommes unis !!! Je suis aux côtés du Premier ministre Netanyahu dans la lutte contre l’agression de l’Iran. Je suis sûr qu’il fera la même chose quand je serai Premier ministre d’Israël !!! »

Mais dans une allusion à l’échec possible de Netanyahu à obtenir un large soutien pour son opposition à l’accord nucléaire iranien, autre que de la part du président américain Donald Trump, Gantz a déclaré que « sous sa direction », il n’y aurait pas « d’apaisement » au sujet de la République islamique.

« Sous ma direction, il n’y aura pas d’accord de type Chamberlain avec Munich avec votre régime malveillant. Sous ma direction, il n’y aura pas d’apaisement. Sous ma direction, l’Iran ne menacera pas Israël en s’emparant de la Syrie, du Liban ou de la bande de Gaza. Elle ne sapera pas non plus les régimes pragmatiques du Moyen Orient ; sous ma direction – l’Iran n’aura pas d’armes nucléaires », a-t-il déclaré.

S’exprimant lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem avant le discours de Munich, Netanyahu a fustigé Gantz pour avoir essayé de s’attribuer le mérite de la politique affirmée du Premier ministre concernant le programme nucléaire iranien.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet du Premier ministre à Jérusalem, le 17 février 2019. (AP Photo/Sebastian Scheiner, Pool)

« J’ai tenu bon, ce qui a inversé le cours des événements et produit un revirement historique », a déclaré M. Netanyahu aux ministres. « Maintenant, il y a toutes sortes d’opportunistes qui essaient d’en profiter, mais le public sait très bien comment distinguer le vrai leadership de toute usurpation d’identité par des amateurs ».

Netanyahu, qui a passé les trois derniers jours à une conférence organisée par les États-Unis à Varsovie, devait à l’origine se rendre de la capitale polonaise à la ville allemande. Mais plus tôt la semaine dernière, il a décidé de rentrer en Israël à la place.

La présence de Gantz sur une scène commune avec les dirigeants du monde est un défi pour la campagne électorale de Netanyahu avant le scrutin national d’avril, qui a mis en avant ses liens forts avec une série de présidents et de Premiers ministres et a soutenu que nul autre ne peut conduire Israël sur la scène internationale.

Mais Gantz, bien que ne s’exprimant pas aussi couramment et sans accent en anglais que Netanyahu, a tenu bon pendant les 20 minutes de son discours, tout en présentant une politique étrangère et de sécurité difficile à distinguer de celle de son adversaire en fonction.

« Aujourd’hui, 70 ans seulement après sa création, Israël est connu dans la région et dans le monde entier comme un chef de file en matière d’innovation », a-t-il déclaré, dans une ligne qui rappelle les louanges de Netanyahu pour la haute technologie israélienne et sa conviction déclarée que le partage de cette innovation peut apporter une nouvelle coopération régionale. « Israël a hâte de démontrer que son évolution d’un pays relativement pauvre à un membre respecté de l’OCDE peut être reproduite par d’autres États. Nos voisins pragmatiques peuvent et doivent faire partie d’un tel changement. »

Dans ses rares commentaires sur le conflit israélo-palestinien (tout en omettant toute mention explicite de « Palestiniens » ou de « Palestine »), Gantz a déclaré qu’Israël cherche la paix, mais ne fera pas de compromis sur ses considérations de sécurité.

Benny Gantz, président du parti Hossen LeYisrael, prend la parole lors de la 55e Conférence de Munich sur la sécurité dans le sud de l’Allemagne, le 17 février 2019. (Thomas Kienzle/AFP)

« Distingués invités, comme vous le savez peut-être, pendant 38 ans, j’ai servi ma nation en uniforme. J’ai perdu beaucoup de mes amis les plus proches. J’ai été témoin de près des horreurs de la guerre. C’est pourquoi je sais combien la paix est précieuse », a-t-il dit, en adoucissant brièvement son discours. « Sous ma direction, Israël tendra toujours la main à quiconque cherche la paix avec nous. Mais de l’autre main, nous tiendrons le Bouclier de David très près de notre cœur. Seul un Israël fort et sûr peut garantir une paix stable et durable que nous espérons tous atteindre. »

La semaine dernière, Netanyahu, qui a qualifié à plusieurs reprises Gantz de « faible gauchiste », a exclu la possibilité de former une coalition avec Hossen LeYisrael, disant qu’il veut gouverner avec un gouvernement de droite.

« Je ne formerai pas un gouvernement avec Benny Gantz », a déclaré le Premier ministre lors d’une réunion avec un groupe de journalistes religieux. « C’est moi qui bâtirai la coalition, et ce sera un gouvernement nationaliste du Likud, un gouvernement de droite ».

Le parti de Gantz a répondu dans un communiqué en disant : « Nous établirons un gouvernement sioniste d’espoir et d’unité qui remplacera Netanyahu ».

Les sondages montrent que Netanyahu reste le mieux placé pour former un gouvernement, même si ses principaux rivaux unissent leurs forces avant les élections d’avril.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...