Rechercher

Discussions au plus haut sommet en Israël sur le dérèglement climatique

La ministre de l’Énergie a dit au Premier ministre souhaiter assouplir la réglementation sur les panneaux solaires et exempter les technologies renouvelables de taxes à l’import

Le Premier ministre Yair Lapid et les membres de son cabinet s'informent de l'action des ministères concernés pour se préparer au changement climatique à la Kirya à Tel Aviv, le 31 août 2022. (Crédit : Haim Zach, GPO)
Le Premier ministre Yair Lapid et les membres de son cabinet s'informent de l'action des ministères concernés pour se préparer au changement climatique à la Kirya à Tel Aviv, le 31 août 2022. (Crédit : Haim Zach, GPO)

Le Premier ministre Yair Lapid s’est entretenu, mercredi, avec les ministres de la Protection de l’environnement et de l’Énergie pour évoquer les mesures à prendre face aux effets du changement climatique.

Lors de la réunion, la ministre de l’Énergie, Karine Elharrar, a déclaré que son ministère soumettrait dimanche, en Conseil des ministres, un programme destiné à accélérer le déploiement des énergies renouvelables par une simplification de la réglementation, la suppression des obstacles et l’exonération des taxes à l’importation pour les technologies essentielles au déploiement de l’énergie solaire comme aux économies d’énergie.

Ont pris part à la réunion des membres du cabinet du Premier ministre, le Secrétaire général du Conseil des ministres, le chef du Conseil de sécurité nationale et plusieurs hauts fonctionnaires.

« Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un triple problème, dont chacun des aspects doit être pris au sérieux », a déclaré Lapid dans un communiqué.

Le pays a besoin de sécurité énergétique, a-t-il dit. Il faut également réduire les émissions qui sont à l’origine du réchauffement climatique. Et il faut en outre faire en sorte de ne pas faire endosser les coûts élevés de la lutte contre le changement climatique à la population.

« Les technologies israéliennes vont être des acteurs clés dans la gestion de la crise climatique mondiale », a-t-il poursuivi.

« Nous devons transformer ces opportunités en levier pour notre dialogue régional avec les pays du Moyen-Orient et, bien sûr, pour notre capacité à influencer positivement le monde. »

Avant même le briefing du ministère, Lapid a indiqué qu’il était indispensable de mettre en œuvre les décisions gouvernementales actuelles avant d’envisager en adopter de nouvelles.

Les organisations environnementales et entreprises spécialisées dans l’énergie solaire se plaignent depuis longtemps de la longueur des procédures et des obstacles qui freinent l’avènement de l’énergie solaire.

Israël s’est engagé, dans le cadre des Nations unies, à ce que 30 % de son électricité soit produite par des énergies renouvelables d’ici 2030. La part actuelle n’est que de 8,5 %.

Le ministère de l’Énergie souhaite poursuivre l’exploration de gaz fossile en Méditerranée et continue de subventionner l’utilisation du gaz fossile, combustible considéré comme faisant partie de la transition du charbon et du pétrole vers les énergies renouvelables.

Une déclaration conjointe, publiée mercredi par les ministères de l’Énergie et de l’Économie, fait état d’un budget de 50 millions de shekels pour aider à connecter les entreprises et l’industrie au gaz naturel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...