Dispersion violente de manifestants par le Hamas lors du 3e jour de protestation
Rechercher

Dispersion violente de manifestants par le Hamas lors du 3e jour de protestation

Ramallah a demandé à l'Egypte d'intervenir ; un responsable du Fatah : "Ce n'est pas l'occupation, ce sont les gangs du Hamas qui terrorisent Gaza" ; un homme se serait immolé

Capture d’écran d'une vidéo diffusée par la chaîne publique Kan d’une manifestation dans la bande de Gaza contre le coût de la vie, le 15 mars 2019. (Capture d’écran : Twitter)
Capture d’écran d'une vidéo diffusée par la chaîne publique Kan d’une manifestation dans la bande de Gaza contre le coût de la vie, le 15 mars 2019. (Capture d’écran : Twitter)

Un haut responsable palestinien a déclaré samedi que les dirigeants basés à Ramallah ont demandé à l’Égypte de faire pression sur le Hamas au sujet de la violente répression des manifestations lors d’une troisième journée de protestation à Gaza contre le groupe terroriste et les conditions économiques désastreuses dans l’enclave.

Wasel Abu-Youssef, membre du Comité exécutif de l’OLP, a déclaré au Times of Israel que le représentant palestinien auprès de l’Egypte et de la Ligue arabe, Diab al-Louh, a appelé à une réunion d’urgence de haut niveau de l’organisation régionale pour discuter de la situation dans la bande de Gaza. Lorsqu’on lui a demandé si la réunion aborderait la répression violente des manifestations, Abu Yousef a répondu par l’affirmative.

Selon les médias palestiniens, le Qatar a également été invité à intervenir dans cette escalade de violence.

Les Palestiniens de la bande de Gaza sont descendus dans la rue samedi pour la troisième journée consécutive.

Des images non vérifiées semblent montrer un manifestant en train de s’immoler. Selon la Douzième chaîne d’information, Ahmed Abou Tahn s’est immolé par le feu parce qu’il ne pouvait plus payer son loyer et a été expulsé de son logement.

Mais après avoir examiné cette affaire, le groupe de défense des droits Al Mezan basé dans la bande de Gaza a déclaré au journal Haaretz que cette vidéo n’était pas nouvelle et qu’aucun incident de ce genre ne s’était produit samedi.

La véracité de la vidéo n’a pu être confirmée de manière indépendante.

Après la diffusion d’une vidéo des forces du Hamas réprimant les manifestations, un proche confident du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a tweeté son indignation.

« Ce ne sont pas les forces d’occupation israéliennes ! » a dit Hussein al-Sheikh, membre du comité central du Fatah. « Ce sont les gangs du Hamas qui terrorisent et répriment les affamés dans la bande de Gaza. »

Le site d’information Ynet rapporte qu’au moins 80 manifestants affiliés au mouvement du Fatah ont été arrêtés au cours des dernières 24 heures.

Les groupes de défense des droits des Palestiniens ont déclaré que le Hamas avait brièvement arrêté quatre de leurs enquêteurs lors de la dispersion des manifestations.

Vendredi, des informations provenant de l’enclave côtière ont indiqué que le Hamas a utilisé des tirs réels pour réprimer les manifestations.

L’épicentre des manifestations de vendredi se situait à Deir el-Balah, où les médias israéliens ont rapporté que des manifestants avaient brûlé des pneus et bloqué une des routes principales de la ville centrale de l’enclave.

Des manifestations similaires ont également eu lieu à Khan Younès, dans le sud de la bande. Dans la vidéo des manifestations, les protestataires pouvaient être vus en train de lancer des pierres alors que le bruit des coups de feu présumés se faisait entendre en arrière plan.

Citant les manifestants, Ynet a déclaré qu’ils avaient été battus par les forces de sécurité loyales au Hamas. Il n’y a pas eu de rapports immédiats sur le nombre de blessés.

La rare manifestation publique de dissidence à Gaza a commencé jeudi alors que des manifestants sont descendus dans les rues de plusieurs endroits de la bande de Gaza pour protester contre le coût de la vie et le régime du Hamas.

Les protestations de vendredi sont survenues après le tir de deux roquettes depuis Gaza tard jeudi soir en direction de Tel Aviv. En réponse, Israël a atteint plus de 100 cibles du Hamas et le Hamas a tiré sept autres roquettes sur Israël avant que les deux parties ne parviennent à un nouveau cessez-le-feu. Les affrontements hebdomadaires avec les forces israéliennes le long de la frontière ont été annulés pour la première fois depuis leur début en mars dernier.

Selon Ynet, le photographe Osama Kahalut a été arrêté par le Hamas pour avoir pris une photo des protestations de vendredi. Un journaliste de l’AFP avait déclaré jeudi qu’il avait été interdit aux journalistes de filmer ou de prendre des photos lors de l’une de ces manifestations.

Les manifestations ont été organisées pour appeler à une amélioration de la qualité de vie dans le territoire, qui souffre d’un taux de chômage très élevé, d’une pauvreté généralisée et de mauvaises infrastructures d’électricité et d’eau.

Elles sont également perçues comme un défi pour le Hamas, l’organisation terroriste islamiste qui y gouverne depuis 2007.

D’après un communiqué prétendument émis par les organisateurs, les manifestations étaient apolitiques et s’opposaient à l’augmentation du coût de la vie et des impôts.

Le Réseau des organisations non gouvernementales palestiniennes, qui comprend plus de 100 organisations caritatives, a déclaré dans un communiqué qu’il « condamne fermement la campagne d’arrestations et d’agressions que les forces de sécurité ont lancée à Jabaliya dans le nord de Gaza en violation des droits de dizaines de citoyens ».

Selon le communiqué, les manifestants se « rassemblaient pacifiquement pour exiger une amélioration de la qualité de vie dans la bande de Gaza ».

Hussein al-Sheikh a exprimé son soutien aux manifestants. « Gaza se lève face aux oppresseurs », a-t-il écrit sur Twitter.

Le Hamas a également organisé plusieurs manifestations anti-Abbas ces derniers jours pour contrer la dissidence populaire.

Le Hamas s’est emparé de l’enclave au détriment de l’Autorité palestinienne lors d’une quasi-guerre civile en 2007. L’organisation terroriste y avait étonnamment remporté les élections législatives palestiniennes un an plus tôt. Depuis lors, elle contrôle la bande, tandis que l’Autorité palestinienne conserve une autonomie limitée en Cisjordanie.

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...