Divers groupes israéliens mettent en scène une marée noire massive
Rechercher

Divers groupes israéliens mettent en scène une marée noire massive

Dirigé par l'unité nationale de protection marine du ministère de la Protection de l'environnement, l'exercice a impliqué les autorités locales, Noble Energy et d'autres acteurs

Une pompe fonctionne lors d'un exercice d'entraînement pour une marée noire marine près de la plate-forme de gaz naturel Leviathan au large de la côte méditerranéenne nord d'Israël, le 6 septembre 2020. (Fred Arzuan, ministère de l'Environnement)
Une pompe fonctionne lors d'un exercice d'entraînement pour une marée noire marine près de la plate-forme de gaz naturel Leviathan au large de la côte méditerranéenne nord d'Israël, le 6 septembre 2020. (Fred Arzuan, ministère de l'Environnement)

Dimanche, un navire effectuant des travaux sur une conduite de gaz a fait tomber un objet lourd sur le pipeline qui transporte le condensat de la plate-forme gazière Leviathan vers la côte et l’explose.

En dix minutes, quelque 1 500 barils de condensat, soit l’équivalent de 240 mètres cubes de carburant, échouent dans la mer à une profondeur d’environ 65 mètres et ont pollué une plage de trois kilomètres.

Heureusement, cela ne s’est pas réellement produit. Il s’agissait d’un scénario inventé pour un exercice visant à tester la préparation à une marée noire reliée à la plate-forme de gaz naturel Leviathan, située à seulement 9,7 kilomètres de la côte méditerranéenne nord d’Israël.

Mené par l’unité nationale de protection marine du ministère de la Protection de l’environnement, l’exercice impliquait l’Association des villes de Sharon et Carmel pour la protection environnementale, l’Autorité régionale de Carmel Beach, l’organisation environnementale EcoOean, l’Autorité israélienne des parcs et de la nature et l’opérateur de la plate-forme, Noble Energy.

L’idée était de tester l’état de préparation de Noble Energy et du conseil régional, en particulier, pour faire face à une marée noire en mer.

Le gaz naturel brut doit être traité pour séparer le gaz sec utilisé par les centrales électriques de deux autres composants principaux : le condensat et les eaux usées. Utilisé dans l’industrie pétrolière, le condensat contient des produits dangereux et cancérigènes tels que le benzène et l’arsenic. Il est également très inflammable.

Gila Gamliel, ministre de la Protection de l’environnement, et Assaf Izak, chef du conseil régional de Hof Carmel (à droite), reçoivent des conseils lors d’un exercice en vue d’une éventuelle fuite de pétrole de la plate-forme de gaz naturel Leviathan au large de la côte méditerranéenne nord d’Israël, le 6 septembre 2020. (Danny Shlomi, EcoOcean)

Assif Izak, chef du conseil régional de Hof Carmel et président de l’Association des villes de Sharon et Carmel pour la protection environnementale, a déclaré que d’autres exercices de ce type étaient nécessaires pour s’assurer que tous les organes nécessaires étaient coordonnés et prêts pour tous les scénarios.

Arik Rosenblum, directeur d’EcoOcean, a déclaré : « L’une des leçons à tirer de la crise des coronavirus est l’importance de se préparer aux situations d’urgence. Le développement de l’activité maritime par le biais du forage de pétrole et de gaz crée une menace de pollution à laquelle l’État d’Israël doit se préparer. »

Appelant à une augmentation des effectifs, Rosenblum a ajouté qu’en partenariat avec le ministère de la Protection de l’environnement, son organisation était en train de créer un réseau national de volontaires pour les urgences maritimes.

Il a déclaré que le rôle des volontaires était internationalement reconnu comme essentiel pour la préparation et la préparation aux marées noires en mer et pour aider à assurer une réponse efficace en temps réel.

Yoni Sappir, chef de l’organisation Home Guardians, créée à l’origine pour faire pression pour que la plate-forme soit déplacée plus loin en mer, a déclaré que tenter de se préparer à une marée noire si près du rivage ressemblait à se préparer à une balle tirée à bout portant.

« Le condensat frappera nos côtes sans avertissement, en raison de la proximité de la plate-forme par rapport au rivage », a-t-il poursuivi, « et évaporera ses substances organiques toxiques directement au visage des habitants ».

Il y a une semaine, une société d’ingénierie britannique engagée par le ministère de l’Energie pour enquêter sur une longue liste de dysfonctionnements sur la plate-forme Leviathan au début de l’année a découvert que le personnel de la plate-forme n’avait pas saisi la gravité d’une fuite de gaz survenue le 2 mai qui, si elle s’était enflammée, aurait pu causer « d’importantes pertes de vies humaines ».

La société, RPS, a été engagée après que plus de 30 pannes se sont produites au cours des cinq premiers mois de l’exploitation commerciale de la plate-forme, qui a débuté le 1er janvier. Elle a constaté que Noble Energy n’a pas été à la hauteur en matière d’évaluation et de vérification de la sécurité, ainsi que d’enquête et de rapport d’incident. La société a déclaré que Nobel avait dû entreprendre « un travail considérable » pour remettre les choses à niveau.

A ce jour, il n’y a eu aucun déversement, aucune fuite mortelle, ni aucune explosion liés à la plate-forme Leviathan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...