Don de hametz aux familles de réfugiés en France
Rechercher

Don de hametz aux familles de réfugiés en France

Cette collecte est organisée jusqu'au 20 avril prochain dans le 15e et 16e arrondissement de Paris

Des réfugiés syriens qui ont fuit la ville assiégée d'Alep attendent à Bab al-Salama, dans le nord de la Syrie, près de la frontière turque, le 6 février 2016. (Crédit : AFP/Bulent Kilic)
Des réfugiés syriens qui ont fuit la ville assiégée d'Alep attendent à Bab al-Salama, dans le nord de la Syrie, près de la frontière turque, le 6 février 2016. (Crédit : AFP/Bulent Kilic)

A l’occasion du ménage de Pessah, la synagogue Copernic et le mouvement libéral juif de France (MJLF) organisent une grande campagne de don de ‘hametz en faveur des familles de réfugiés, rapporte un communiqué.

Les participants ont jusqu’au 20 avril à 18h pour vider le ‘hametz de vos placards et le donner à des familles non juives en le déposant soit au 24 rue Copernic 75116 Paris, de 9h30-12h30 / 14h-18h ou au 11 Rue Gaston de Caillavet, 75015 Paris de 9h30-12h30/14-18h.

Le hametz correspond aux aliments interdits à la consommation pendant la fête juive de Pessah qui commence le 22 avril et est célébrée pour se souvenir de la sortie d’Égypte.

Riz, pâtes, céréales, biscuits, conserves légumes, légumineuses, raviolis (végétarien, cacher, halal), sauce/concentré tomate, chocolat, épices (curry) sont collectés.

Toutes les denrées sont collectées puis redistribuées à des familles de réfugiés par le CPSE, collectif parisien de soutien aux exilés (collectif de citoyens solidaires)

Le CSPE accompagne des familles exilées, originaires majoritairement d’Afghanistan, du Soudan, de Somalie et d’Erythrée à leur arrivée à Paris.

Ces personnes fuient l’islamisme, la terreur quotidienne instaurée par Daech, les dictatures ou les guerres civiles.

Elles sont hébergées en hôtel par la Mairie de Paris, mais l’aide alimentaire qu’elles reçoivent est aléatoire, peu adaptée ou insuffisante. Sans ressources (plusieurs mois d’attente pour l’allocation ADA) et n’ayant pas le droit de travailler, elles manquent de tout, à commencer de nourriture.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...