Dore Gold : ‘De cette façon, les pourparlers de paix n’iront pas très loin’
Rechercher

Dore Gold : ‘De cette façon, les pourparlers de paix n’iront pas très loin’

Le directeur du ministère des Affaires étrangères a été témoin en 1975 d'un attentat à Jérusalem, dont l'auteur a récemment été honoré par l'AP

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le directeur général du ministère des Affaires étrangères Dore Gold se tient debout Kikar Zion à Jérusalem, où il avait été témoin d'une attaque terroriste meurtrière en 1975 (Capture d'écran YouTube)
Le directeur général du ministère des Affaires étrangères Dore Gold se tient debout Kikar Zion à Jérusalem, où il avait été témoin d'une attaque terroriste meurtrière en 1975 (Capture d'écran YouTube)

Le directeur général du ministère des Affaires étrangères Dore Gold a affirmé mercredi que les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens seraient vouées à l’échec tant que Ramallah continue à glorifier les terroristes.

Dans une vidéo postée sur le compte Twitter du ministère des Affaires étrangères, Gold a également appelé le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à « démolir » un monument récemment érigé a la gloire d’un terroriste qui a perpetré il y a 41 ans un attentat meurtrier, rappelant avoir été lui-meme témoin de l’explosion quand il était un étudiant vivant à Jérusalem.

« De cette façon, nous ne pourrons pas avancer très loin dans aucun type de négociation. Parce que les négociations exigent une culture de la paix et non pas une culture de la mort », a dit Gold dans la vidéo.

« J’espère que Mahmoud Abbas, qui dirige l’Autorité palestinienne, et qui dirige le parti Fatah, va détruire ce monument. »

L’AP a récemment dévoilé une statue dans la ville de Ramallah en Cisjordanie pour honorer le « martyr » Ahmad Ibrahim Jbara, connu en Israël sous son nom de guerre Abou Sukar.

Le 4 juillet 1975, Abou Sukar avait perpétré avec Bassam Tbila un attentat terroriste Kikar Zion en plein centre de Jérusalem en faisant exploser une bombe cachée dans un réfrigérateur.

Quatorze personnes avaient été tuées et 80 blessées.

‘Je faisais des courses innocemment quand j’ai entendu soudain cette forte explosion. Je me suis retourné et ai vu des corps éparpillés partout’

Gold était à l’époque un étudiant de 21 ans, a-t-il rappelé dans le clip. « C’était un vendredi et je faisais mes courses innocemment quand j’ai entendu soudain cette explosion incroyablement forte. Je me suis retourné et j’ai vu des corps éparpillés partout. Apparemment, il y avait eu une attaque terroriste. L’organisation du Fatah avait apporté un réfrigérateur bourré d’explosifs et l’avait placé de l’autre côté de la rue, devant une quincaillerie ».

Se tenant debout sur le Kikar Zion, Dold a dit qu’il a récemment appris l’existence du monument honorant Abou Sukar. « Est-ce l’éducation que l’Autorité palestinienne veut donner aux enfants palestiniens ? » demande-t-il de manière incrédule, appelant Abbas, qui dirige aujourd’hui le mouvement Fatah, à « démolir ce monument. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également réprimandé l’Autorité palestinienne pour avoir honoré le terroriste.

« Abou Sukkar a assassiné 15 personnes en faisant exploser un réfrigérateur rempli d’explosifs dans une rue animée de Jérusalem. Plutôt que de dédier une statue à un meurtrier de masse, je demande que vous envisagiez d’honorer un champion de la coexistence « , a-t-il dit dans une vidéo récente destinee à Abbas.

« Cela contribuera à éduquer les générations futures à aimer la paix plutôt que la guerre, la compassion plutôt que la violence. Cela aidera également à convaincre les Israéliens qu’ils ont un véritable partenaire pour la paix ».

En 1977, deux ans après l’attentat meurtrier, Abou Sukar a été condamné à une peine de prison à perpetuité, mais libéré en 2003 comme geste de bonne volonté envers l’Autorité palestinienne avant le sommet d’Aqaba. Il a rejoint la direction palestinienne, en tant que conseiller de Yasser Arafat. Il est mort en 2003 après une crise cardiaque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...