Rechercher

Eaux contestées entre Israël et le Liban : le médiateur américain à Beyrouth

Le Hezbollah libanais a par ailleurs a publié dimanche une courte vidéo sur internet montrant sa surveillance à deux dates différentes de navires affrétés à l'initiative d'Israël

Amos Hochstein à Athènes, en Grèce, le 8 mai 2015. (Crédit : AP Photo/Yorgos Karahalis)
Amos Hochstein à Athènes, en Grèce, le 8 mai 2015. (Crédit : AP Photo/Yorgos Karahalis)

Le médiateur américain, Amos Hochstein est arrivé dimanche à Beyrouth pour une série de rencontres avec des responsables libanais afin de reprendre les discussions sur la délimitation des frontières maritimes avec Israël.

M. Hochstein a entamé sa tournée en rencontrant le ministre libanais de l’Energie Walid Fayad avant de s’entretenir lundi avec le président de la République Michel Aoun et le Premier ministre Najib Mikati.

« Parvenir à une solution est à la fois nécessaire et possible, mais cela ne peut se faire que par la négociation et la diplomatie », a indiqué le département d’Etat américain dans un communiqué diffusé dimanche.

Le Liban et Israël, deux pays voisins officiellement toujours en guerre, avaient entamé en octobre 2020 des négociations inédites sous l’égide de Washington pour délimiter leur frontière maritime, afin de lever les obstacles à la prospection d’hydrocarbures.

Mais les pourparlers ont été suspendus en mai 2021 à la suite de différends concernant la surface de la zone contestée.

Dans un premier temps, les négociations portaient sur une zone de 860 km2, conformément aux revendications libanaises enregistrées auprès de l’Onu en 2011.

Le Liban avait annoncé plus tard vouloir réclamer un droit supplémentaire sur 1.430 km2 limités par la ligne 29, qui comprend une partie du champ de Karish.

Mais pour Israël, ce champ se trouve dans la Zone économique exclusive (ZEE) reconnue par l’ONU.

Les tensions avaient ressurgi début juin avec l’arrivée à proximité de Karish d’Energean, navire censé extraire du gaz pour le compte de l’Etat hébreu.

Energean travaillant dans le champ pétrolier de Karish, au large d’Israël, en 2020. (Crédit: Capture d’écran via YouTube)

Le Liban avait alors fait appel au médiateur américain pour reprendre les négociations, en présentant une nouvelle offre de démarcation de la frontière qui ne mentionne pas Karish.

Coïncidant avec la visite de M. Hochstein , le Hezbollah libanais, puissant mouvement terroriste, a publié dimanche une courte vidéo sur son site internet montrant sa surveillance à deux dates différentes de plusieurs navires affrétés à l’initiative d’Israël, dont Energean.

Début juillet, l’armée israélienne avait intercepté trois drones non armés envoyés par le Hezbollah vers Karish.

Le chef du mouvement terroriste chiite, Hassan Nasrallah, a annoncé récemment que dans le cas où le Liban était empêché d’extraire du pétrole et du gaz de ses eaux, « personne » ne pourra en extraire ou en vendre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...