Rechercher

Ebola : Le ministère de la Santé déconseille aux Israéliens de se rendre en Ouganda

Il est conseillé aux Israéliens d'éviter de se rendre dans le district ougandais de Mubende et ses environs ; l'épidémie, signalée le 20 septembre, a déjà fait six morts

Illustration : Une victime d'Ebola mise en terre au cimetière musulman de Beni, au Congo, le 14 juillet 2019. (Crédit : AP Photo/Jerome Delay/Dossier)
Illustration : Une victime d'Ebola mise en terre au cimetière musulman de Beni, au Congo, le 14 juillet 2019. (Crédit : AP Photo/Jerome Delay/Dossier)

Le ministère de la Santé a annoncé vendredi qu’il déconseille aux Israéliens de se rendre dans certaines régions de l’Ouganda en raison de la récente épidémie d’Ebola, qui a déjà fait plusieurs victimes dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Le ministère ougandais de la Santé a signalé la semaine dernière une épidémie de la souche soudanaise d’Ebola. L’épidémie aurait débuté dans le district ougandais de Mubende, dont la principale ville se trouve le long d’une autoroute menant à la capitale, Kampala.

Jusqu’à présent, 50 cas confirmés ou suspects ont été signalés, six décès ont été confirmés et 18 décès sont suspectés d’avoir été causés par le virus.

Le communiqué israélien note que des cas ont depuis été identifiés dans les districts voisins, mais que la prolifération du virus semblait avoir été limitée à l’Ouganda, depuis vendredi.

Le ministère de la Santé a déconseillé aux Israéliens de se rendre à Mubende ou dans tout autre district du pays où des patients actifs ont été enregistrés dans le cadre de l’épidémie actuelle, ce qui inclut le district de Kassanda, situé entre Mubende et Kampala.

Il n’existe pas de vaccin contre la souche soudanaise, et « il est très important à ce stade que nous considérions cette épidémie comme sérieuse, car nous pourrions ne pas avoir l’avantage que nous avons acquis en termes de progrès dans les contre-mesures médicales », a déclaré le Dr. Patrick Otim, épidémiologiste de l’Organisation Mondiale de la Santé en Afrique.

Le virus Ebola, qui se propage par contact avec les fluides corporels d’une personne infectée ou avec des matériaux contaminés, se manifeste par une fièvre hémorragique mortelle. La fièvre, les vomissements, la diarrhée, les douleurs musculaires et parfois des hémorragies internes et externes sont des symptômes typiques du virus. Sa période d’incubation peut durer jusqu’à 21 jours.

Il a été demandé aux Israéliens qui se rendent dans ces régions d’éviter tout contact physique avec les malades, leurs fluides corporels et sécrétions, tels que le sang, la salive, les vomissements, l’urine et les selles, ainsi qu’avec tout objet ayant été en contact avec un patient malade, ou décédé.

Il est également recommandé d’éviter de manger de la viande crue, d’éviter les rassemblements de foule et les rapports sexuels non protégés et de maintenir une bonne hygiène personnelle.

Des patients attendant à l’extérieur pour être traités au dispensaire de Butsili à Beni, dans l’est du Congo, le 9 octobre 2021. (Crédit : AP Photo/Al-hadji Kudra Maliro)

Les personnes qui ont de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, des vomissements, des diarrhées, des douleurs abdominales ou des saignements inexpliqués pendant leur séjour en Ouganda ou pendant 21 jours après leur retour en Israël, ont été priées par le ministère d’entrer immédiatement en quarantaine et de prévenir leur médecin.

L’Ouganda a signalé pour la première fois un cas confirmé d’Ebola, dans le cadre de la nouvelle épidémie, le 20 septembre.

L’Ouganda a connu plusieurs épidémies d’Ebola, dont une en 2000 qui a fait plus de 200 morts.

La secrétaire permanente du ministère ougandais de la Santé, Diana Atwine, au centre, confirmant un cas d’Ebola dans le pays, lors d’une conférence de presse à Kampala, en Ouganda, le 20 septembre 2022. (Crédit : AP Photo/Hajarah Nalwadda)

Le mois dernier, les autorités du Congo ont déclaré qu’un nouveau cas d’Ebola dans la ville de Beni, dans l’est du pays, était lié à une épidémie précédente.

Depuis son apparition, Ebola a tué plus de 15 000 personnes.

La plus grande épidémie a touché l’Afrique de l’Ouest entre 2013 et 2016, faisant 11 000 morts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...