Edelstein pourrait défier Netanyahu à la tête d’un Likud passé dans l’opposition
Rechercher

Edelstein pourrait défier Netanyahu à la tête d’un Likud passé dans l’opposition

Le ministre de la Santé a dit penser avoir des chances de gagner si le "bloc du changement" devait former un gouvernement, dans un parti en proie à des dissensions croissantes

Shalom Yerushalmi est analyste politique pour Zman Israël, le site en hébreu du Times of Israël sur l'actualité israélienne.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, lors d'une visite à un centre de vaccination COVID-19 à Zarzir, dans le nord d'Israël, le 9 février 2021. (David Cohen/Flash90)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, lors d'une visite à un centre de vaccination COVID-19 à Zarzir, dans le nord d'Israël, le 9 février 2021. (David Cohen/Flash90)

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein prévoit de défier le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la tête du Likud si le parti devait intégrer l’opposition, a fait savoir lundi Zman Yisrael, le site en hébreu du Times of Israel.

Cette information survient alors qu’une coalition de partis réunis autour de leur refus de siéger dans un gouvernement placé sous l’autorité de Netanyahu semble sur le point de mettre en place un « gouvernement du changement » – ce qui a entraîné les premières dissensions, au sein même du Likud, autour du leader de longue date de la formation.

Dans des discussions avec ses proches, Edelstein, qui était le président de la Knesset, a exprimé sa conviction d’être en mesure de battre Netanyahu lors de primaires.

Edelstein serait décidé à attendre, pour prendre une décision finale, l’éventuelle prestation de serment d’un nouveau gouvernement dirigé par Yair Lapid, le chef de Yesh Atid, et par Naftali Bennett, à la tête de Yamina.

Les partis opposés à Netanyahu ont souligné lundi que le gouvernement qu’ils tentent actuellement de mettre en place n’a pas encore été finalisé. Ils ont accusé le Premier ministre, qui semble ne jamais avoir été autant en difficulté et sur le point de perdre son poste, d’incitations à la violence à leur encontre.

« Il y a encore beaucoup d’obstacles à franchir pour former le nouveau gouvernement », a déclaré Lapid, qui est actuellement chargé de rassembler une coalition, au cours d’une réunion de faction. « C’est notre premier test. Voir si nous parvenons à trouver des compromis intelligents dans les prochains jours pour atteindre ce formidable objectif ».

Lapid a toutefois estimé que l’État juif pourrait entrer « dans une nouvelle ère » d’ici une semaine.

Si le numéro un de Yesh Atid parvient à mettre en place un gouvernement, Edelstein demandera le report des Primaires, au sein du Likud, pour avoir plus de temps pour se préparer à ce défi. Ce qui nécessitera néanmoins un changement dans les procédures du parti, un changement qui devra être ratifié par des commissions dont les membres conservent leur loyauté à l’égard de Netanyahu.

Edelstein est une personnalité populaire dans la formation et il a pris la première place lors des dernières primaires. Netanyahu s’était opposé dans un vote de primaires distinct à Gideon Saar, qui a finalement quitté le Likud pour fonder Tikva Hadasha, qui a dorénavant intégré le dit « bloc du changement ».

Edelstein n’est pas le seul à convoiter le trône de Netanyahu.

Le ministre des Finances Israel Katz au centre médical Ichilov de Tel Aviv, le 20 décembre 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Le ministre des Finances, Israel Katz, a déclaré aux activistes du Likud, dans la journée de dimanche, que pour empêcher que le parti ne perde le pouvoir, il avait suggéré que Netanyahu démissionne temporairement pour permettre la formation d’un gouvernement de droite.

Cette déclaration confirme plusieurs informations qui avaient été rapportées par les médias israéliens au cours de ces deux derniers mois – et qui avaient alors été démenties avec véhémence par Katz.

Katz a écrit qu’il avait récemment proposé à Netanyahu d’organiser de nouvelles Primaires pour désigner un dirigeant à la tête du Likud, le vainqueur remplaçant l’actuel Premier ministre pendant un an – une période à l’issue de laquelle Netanyahu pourrait probablement revenir.

Katz a apparemment estimé qu’une telle démarche permettrait aux partis de droite qui s’opposent personnellement à Netanyahu et notamment au mouvement Tikva Hadasha, de Gideon Saar, de rejoindre un gouvernement.

Le ministre des Finances actuel a aussi envisagé sa propre victoire aux primaires et son accession temporaire au poste de chef de gouvernement.

« Je pense que mes chances d’être élu sont élevées en raison de mon ancrage dans la formation, de mon importante expérience, et des hauts-postes que j’ai assumé avec succès en tant que ministre de l’Agriculture, des Transports, des Renseignements, des Affaires étrangères et des Finances aujourd’hui », a dit Katz.

Naftali Bennett (à gauche) et Gideon Saar (à droite) assistent aux célébrations de Yom Yeroushalayim au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 mai 2015. (Flash90)

Netanyahu a rejeté cette offre.

Amnon Abramovich, analyste politique de la Douzième chaîne, a cité, dimanche soir, deux ministres du Likud dont l’identité n’a pas été révélée qui ont exprimé leur déception face à Netanyahu qui refuse de privilégier les intérêts du parti en favorisant les siens.

« Ce qui est stupéfiant, c’est qu’il est prêt à donner le poste de Premier ministre à [Benny] Gantz, [Naftali] Bennett ou à Saar, c’est qu’il est prêt à aller dans l’opposition – tant qu’il n’y aura pas un candidat différent [au poste de Premier ministre] issu du Likud », aurait dit l’un d’eux, des propos repris par Abramovitch.

Au vu de la proposition de Katz, la disparition politique du Premier ministre de longue date pourrait émaner au moins partiellement du refus de Netanyahu de s’écarter temporairement du pouvoir pour permettre à un gouvernement de droite d’être formé avec un leader du Likud différent à la barre.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...