Edelstein refuse le statut « d’îles touristiques » à Eilat et à la mer Morte
Rechercher

Edelstein refuse le statut « d’îles touristiques » à Eilat et à la mer Morte

Les députés reprochent au ministre de la Santé de prendre les résidents en otage ; ils avaient insisté sur l'élargissement des zones susceptibles d'être concernées

Hôtels au bord de la plage dans la station balnéaire d'Eilat, le 21 octobre 2015. (Moshe Shai/FLASH90)
Hôtels au bord de la plage dans la station balnéaire d'Eilat, le 21 octobre 2015. (Moshe Shai/FLASH90)

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein a retiré, lundi, un projet de loi qui aurait transformé Eilat, station balnéaire touristique sur la mer Rouge, et les hôtels de la mer Morte en « îles touristiques », exemptes de certaines restrictions sanitaires.

Edelstein a retiré la législation alors que le vote était encore en cours, après le rejet par les députés d’un amendement, qu’il aurait soutenu et qui aurait empêché que d’autres sites touristiques bénéficient de ce même statut particulier à l’avenir.

En résultat de cette initiative, les hôtels à Eilat et à la mer Morte ne pourront pas rouvrir malgré les promesses du gouvernement. Haaretz a toutefois fait savoir que les députés de la coalition œuvraient actuellement à trouver un compromis qui sera présenté dans les prochains jours.

Le projet de loi aurait permis aux hôtels, aux restaurants et aux attractions touristiques de reprendre leurs activités après des mois de fermeture résultant du second confinement national.

Les députés de la coalition et de l’opposition ont critiqué Edelstein.

Yaakov Asher, de Yahadout HaTorah, a déploré que le ministre « refuse de reconnaître l’autorité à légiférer de la Knesset » et qu’il prenait en otage la ville d’Eilat.

Le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, s’exprime lors d’une conférence de presse à Airport City, près de Tel Aviv, le 17 septembre 2020. (Flash90)

Asher a affirmé dans un communiqué que le ministre de la Santé craignait d’être assailli par les demandes d’autres autorités locales demandant à ce que certaines parties de leurs municipalités soient désignées « îles touristiques ».

Edelstein a rejeté ces accusations, disant que « ce sont les députés populistes qui prennent Eilat en otage en mettant en péril la paix publique ».

« J’ai soumis ce projet de loi pour sauver Eilat et j’ai bien précisé immédiatement que je ne l’utiliserai pas pour permettre l’abandon des consignes sanitaires », a-t-il commenté dans un communiqué.

Il a déploré la décision prise par la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice, qui avait révisé le texte et supprimé la clause qui limitait la portée de la législation à Eilat et à la mer Morte.

La ministre du Tourisme, Orit Farkash-Hacohen, a exprimé sa déception dans un communiqué suite au retrait du projet de loi, appelant les deux parties à faire preuve de souplesse de manière à ce qu’il puisse être adopté.

De son côté, le ministre de la Défense et président de Kakhol lavan, Benny Gantz, a fait une déclaration disant qu’il avait demandé au président de sa faction, Eitan Ginzburg, de promouvoir un nouveau texte pour permettre la réouverture d’Eilat et des hôtels de la mer Morte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...