Egypte: les Etats-Unis « impatients » de continuer à travailler avec Sissi
Rechercher

Egypte: les Etats-Unis « impatients » de continuer à travailler avec Sissi

Washington s'est déclaré "attaché à leur partenariat fort avec l'Egypte" ; Sissi réélu pour un second mandat avec 97,06 % des voix

Le président américain Donald Trump, à droite, et le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi à Riyad, Arabie saoudite, le 21 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)
Le président américain Donald Trump, à droite, et le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi à Riyad, Arabie saoudite, le 21 mai 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Les Etats-Unis sont « impatients de continuer à travailler avec le président Abdel Fattah al-Sissi » après sa réélection en Egypte, « pour faire avancer notre partenariat stratégique », a déclaré lundi le département d’Etat américain dans un communiqué.

Selon la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert, « les Etats-Unis sont attachés à leur partenariat fort avec l’Egypte », un des principaux alliés de Washington au Moyen-Orient.

Evoquant les informations faisant état d' »entraves aux libertés d’expression et d’association dans la période précédant les élections », elle a assuré vouloir également « encourager le respect de la protection des droits et libertés fondamentaux ».

Washington entend « encourager » une plus grande ouverture de la « participation politique » pour les Egyptiens et « mettre l’accent sur l’importance de la protection des droits de l’homme et sur le rôle vital de la société civile ».

Le président égyptien a été réélu pour un second mandat avec 97,06 % des voix, dans une élection sans surprise où son seul adversaire était aussi l’un de ses partisans. Certaines figures de l’opposition ont dénoncé une « mascarade ».

Lors d’une visite au Caire mi-février, le secrétaire d’Etat américain de l’époque Rex Tillerson avait évoqué la nécessité d’élections « crédibles ». Il avait, selon un membre de la délégation américaine, évoqué avec ses interlocuteurs égyptiens « tous les sujets de préoccupation », notamment la liberté de la société civile et la fragilité du processus démocratique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...