Rechercher

Egypte: les marchands de presse en péril, comme leurs journaux

Les huit rédactions nationales d'Etat ont annoncé leur transition vers le numérique, la diffusion des journaux du soir a cessé et surtout les prix ont augmenté

Un vendeur range des journaux dans un kiosque à journaux le long de la rue Kasr al-Aini, dans le centre de la capitale égyptienne, Le Caire, le 17 février 2022. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)
Un vendeur range des journaux dans un kiosque à journaux le long de la rue Kasr al-Aini, dans le centre de la capitale égyptienne, Le Caire, le 17 février 2022. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)

Dans le passé, les cris des vendeurs de journaux fusaient, couvrant quelques secondes le concert des klaxons du Caire, mais aujourd’hui, Oum Mohammed fixe, seule et silencieuse sur son trottoir, sa pile de journaux qui ne diminue quasiment plus.

« Depuis que les prix ont augmenté, je ne vends plus comme avant », affirme cette quinquagénaire devant son petit kiosque du quartier de Dokki, dans l’ouest de la capitale la plus peuplée du monde arabe.

« De six heures du matin jusqu’à 15 heures, je ne gagne que 15 livres égyptiennes », soient 85 centimes d’euros, raconte-t-elle à l’AFP, emmitouflée dans un châle en laine face au froid hivernal.

Le vrai coup dur est arrivé en 2019. Pour sortir du marasme des journaux touchés de plein fouet par la hausse des prix des matières premières et la baisse des abonnements, l’Etat – qui possède la plupart des titres – a entièrement remodelé son offre.

Un étal de journaux dans un kiosque à journaux le long de la rue Kasr al-Aini, dans le centre de la capitale égyptienne, Le Caire, le 17 février 2022. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)

Les mêmes têtes partout

Les huit rédactions nationales d’Etat ont annoncé leur transition vers le numérique, la diffusion des journaux du soir a cessé et surtout le prix des quotidiens est passé de deux à trois livres et celui des hebdomadaires de trois à quatre livres – dans un pays où le revenu mensuel moyen d’un foyer plafonne à 6 000 livres, soit un peu plus de 330 euros.

Certains lecteurs n’ont plus les moyens de payer chaque jour cette dîme et surtout les acheteurs du soir ont disparu « alors que souvent ils venaient pour l’édition du soir et prenaient deux autres journaux en passant », se rappelle Oum Mohammed.

Mais il n’y a pas que le portefeuille qui joue, renchérit en passant Tarek Mahmoud, qui attend de remplir son microbus sur le même trottoir qu’Oum Mohammed.

« Moi, ça fait onze ans que je n’achète plus de journaux », lance l’homme de 44 ans. « Et je pense que nous sommes nombreux à être dans le même cas: on se rend bien compte que celui qui écrit dans le journal le matin, c’est le même qui passe à la télé le soir », dit-il à l’AFP, dans un pays où le nombre de titres et de chaînes ne cesse de diminuer.

Les statistiques officielles le confirment : elles recensaient 67 titres – publics, privés ou liés à des partis politiques – en 2019 contre 142 en 2010. Elles notent aussi un déclin des exemplaires distribués, de plus d’un million en 2010 à 539 000 en 2019.

Pour Ahmed al-Taheri, rédacteur en chef de l’hebdomadaire « ose Al-Youssef, emblème de la presse arabe du début du XXe siècle, « il faut trouver de nouveaux points de vente ». Pourquoi pas « les pharmacies »?, lance-t-il, en pleine nouvelle vague de Covid-19 en Egypte.

Plus de contenu 

Pas de quoi rassurer Oum Mohammed qui, après 18 ans de métier, commence à penser à la retraite. Elle a récemment souscrit une modeste assurance épargne auprès de la Fondation de la presse d’Etat pour avoir un petit pécule plus tard, alors que la profession de vendeur de journaux n’a ni syndicat ni véritable cadre légal en Egypte.

Mais même cette pension n’est pas garantie car, révélait en janvier au Parlement le patron de la Commission de la presse Abdessadeq al-Chorbagui, la presse d’Etat doit déjà plus de 500 millions d’euros de taxes et de cotisations.

Et ce n’est pas grâce à leurs sites internet que les médias – d’Etat ou privés – gagnent de l’argent : tout y est disponible gratuitement.

De la concurrence déloyale, accuse Oum Mohammed.

« Des fois, des gens passent devant mon kiosque et disent ‘ah bon? il y a encore des gens qui vendent des journaux alors que tout est sur internet?’, ça me rend triste d’entendre ça », se lamente-t-elle.

Mais le désamour des lecteurs vient aussi d’ailleurs, affirme Imad Eddine Hussein, rédacteur en chef du quotidien privé al-Chorouq.

« Le contenu de la presse égyptienne s’est réduit comme peau de chagrin et tous les journaux se ressemblent, donc les lecteurs s’en détournent », assène-t-il, alors qu’à de rares exceptions près les Unes des journaux étatiques comme privés sont quasiment toutes similaires, déclinant chaque jour le dernier discours présidentiel ou les paroles d’un ministre.

« Si ça continue comme ça, il n’y a pas que la presse d’Etat qui va disparaître, les journaux privés aussi ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...