Rechercher

Egypte : taux d’inflation record de 36,8 % en juin sur un an

La livre égyptienne a perdu 50 % de sa valeur en un an, faisant grimper les prix alors que les ménages ont du mal à joindre les deux bouts dans un pays dépendant des importations

Un Égyptien agite un drapeau national au-dessus d'un rassemblement pro-militaire marquant le troisième anniversaire du soulèvement de 2011 sur la place Tahrir au Caire, en Égypte, le samedi 25 janvier 2014. (AP/Amr Nabil/File)
Un Égyptien agite un drapeau national au-dessus d'un rassemblement pro-militaire marquant le troisième anniversaire du soulèvement de 2011 sur la place Tahrir au Caire, en Égypte, le samedi 25 janvier 2014. (AP/Amr Nabil/File)

L’inflation en Egypte a atteint 36,8 % en juin sur un an, un record absolu pour ce pays plongé dans la crise économique, selon les chiffres officiels publiés lundi.

Le précédent record de 34,2 %, en juillet 2017, faisait suite comme cette année à une forte dévaluation de la monnaie liée à un prêt de sauvetage du Fonds monétaire international (FMI).

La livre égyptienne a perdu la moitié de sa valeur en un an, faisant grimper les prix alors que les ménages ont du mal à joindre les deux bouts dans un pays dépendant des importations.

La montée en flèche de l’inflation semble s’être atténuée au cours des derniers mois, selon les chiffres officiels, mais les prix des aliments et des boissons ont à eux seuls augmenté de 64,9 % par rapport à juin de l’année dernière, a indiqué lundi l’agence nationale de statistiques CAPMAS.

Même avant la crise économique actuelle, les deux tiers des 105 millions d’habitants vivaient sous ou juste au-dessus du seuil de pauvreté, selon la Banque mondiale.

L’économie égyptienne a été durement touchée après l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, qui a fait monter en flèche les prix du blé. Or l’Egypte est l’un des plus grands importateurs de céréales au monde.

Des billets de banque en livres égyptiennes, en livres sterling et en dollars américains, le 25 août 2022. (Crédit : par Khaled DESOUKI / AFP)

La guerre a déstabilisé les marchés internationaux et amené les investisseurs à retirer des milliards de devises de ce pays, où les réserves en dollars ont ainsi fondu de 20 %.

Néanmoins ces réserves augmentent depuis, s’élevant à 34,8 milliards de dollars en mars, dont 28 milliards sous forme de dépôts des riches alliés du Golfe, en hausse de 500 millions de dollars depuis février. Mais il leur faudrait augmenter de 7 milliards de dollars pour atteindre le niveau d’avant la guerre.

L’Egypte, l’un des cinq pays du monde les plus exposés au risque de défaut de paiement de sa dette extérieure, selon l’agence Moody’s, a dû compter ces dernières années sur les renflouements des pays du Golfe et du FMI.

L’année dernière, le FMI a approuvé un prêt de trois milliards de dollars pour l’Egypte, dont la dette extérieure a plus que triplé en dix ans, atteignant un record de 165,4 milliards de dollars cette année, selon les chiffres du ministère du Plan.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.