Rechercher

Eisenkot évoque une éventuelle séparation entre Israël et les Palestiniens

Saar a déclaré que le Camp national se concentrerait plutôt sur "l’amenuisement du conflit" avec les Palestiniens et sur le développement de leur autonomie

Les leaders du nouveau parti Camp national de gauche à droite : Gadi Eisenkot, le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre de la Justice Gideon Saar, lors du lancement du parti, à Kfar Maccabiah, le 14 août 2022. (Crédit : Elad Malka)
Les leaders du nouveau parti Camp national de gauche à droite : Gadi Eisenkot, le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre de la Justice Gideon Saar, lors du lancement du parti, à Kfar Maccabiah, le 14 août 2022. (Crédit : Elad Malka)

L’ancien chef d’état-major de Tsahal, Gadi Eisenkot, a souligné son engagement en faveur des droits des minorités et la nécessité de se séparer des Palestiniens, lors d’une conférence de presse pour le lancement du parti Camp national, dimanche soir.

Le nouveau parti, une fusion du parti Kakhol lavan du ministre de la Défense Benny Gantz et du parti Tikva Hadasha du ministre de la Justice Gideon Saar, avec Eisenkot et ses alliés, s’est présenté comme une formation modérée de centre-droit capable de former un gouvernement large et stable malgré la profonde division politique du pays.

Mais Eisenkot n’a pas hésité à exprimer ses préoccupations quant à l’incapacité actuelle de résoudre le conflit avec les Palestiniens, qui n’a guère retenu l’attention des partis centristes pendant plus de trois ans d’impasse politique.

« Je crois que l’État-nation du peuple juif doit offrir des droits égaux à tous ses citoyens sans considération de religion, de race ou de sexe », a déclaré Eisenkot dans un reproche implicite aux partis d’extrême droite de l’opposition qui sont antagonistes à la population arabe d’Israël.

« Nous devons prendre des mesures actives pour empêcher le développement dangereux d’un État binational », a-t-il ajouté, faisant référence à une issue possible du conflit israélo-palestinien dans laquelle l’échec de la création d’un État palestinien conduirait à un État binational composé de Juifs et de Palestiniens.

Une telle éventualité serait « un danger pour le projet sioniste », a-t-il ajouté.

Gadi Eizenkot s’exprimant lors du lancement du Camp national, le 14 août 2022. (Crédit : Elad Malka)

« Nous devons préserver Israël en tant que pays juif, démocratique et égalitaire, et nous devons le faire en en prenant l’initiative », a-t-il ajouté.

L’ancien général a pratiquement exclu de siéger au gouvernement avec le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu, en raison de son procès pour corruption en cours, affirmant qu’une personnalité publique « ne pouvait pas se présenter à une fonction publique lorsqu’elle est mise en examen ».

« Cela ne fait pas partie des normes que nous voulons pour nous-mêmes en tant que pays démocratique qui préserve l’État de droit », a-t-il déclaré.

Gantz, qui a présenté Eisenkot et l’a couvert d’éloges, a profité de l’occasion pour mettre en lumière ce qu’il a appelé les extrémistes du bloc de droite, et pour insister sur le fait que tout nouveau gouvernement devait les exclure du pouvoir.

« Je crois que nous pouvons faire un très bon score aux élections et ainsi faire barrage à un gouvernement extrémiste qui mettrait en danger la démocratie dans l’État d’Israël », a déclaré le ministre de la Défense.

Il a également fait valoir que si Netanyahu ne pouvait pas former un gouvernement après le vote de novembre, les partis ultra-orthodoxes, qui sont jusqu’à présent restés fidèles à l’ancien Premier ministre et à son parti, le Likud, seraient disposés à rejoindre une coalition centriste.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, s’exprimant lors d’une conférence de presse annonçant la décision de l’ancien chef d’état-major de Tsahal, Gadi Eisenkot, de rejoindre le nouveau parti Camp national, à Kfar Maccabiah, le 14 août 2022. (Crédit : Elad Malka)

« Je n’exclus personne, je respecte beaucoup les ultra-orthodoxes qui ont préservé la tradition juive pendant de nombreuses années, et qui sont une partie cruciale et indissociable de la société israélienne. »

Au cours de la conférence de presse, Saar a dû répondre à des questions sur l’incompatibilité de ses politiques d’opposition à un État palestinien avec celles d’Eisenkot, dont l’accent mis sur la séparation des Palestiniens indique qu’il soutient un tel État.

Saar a rétorqué que la création d’un État palestinien n’est pas, de manière réaliste, à portée de main, et qu’il n’y aurait donc aucune friction entre lui et Eisenkot.

Saar a déclaré que tout gouvernement auquel participerait le Camp national se concentrerait plutôt sur « l’amenuisement du conflit » avec les Palestiniens et sur le développement de leur autonomie.

Dans le même esprit, il a fait valoir que le nouveau parti pourrait être le foyer politique d’un ensemble d’électeurs idéologiquement diversifiés.

« Ce mouvement peut être et sera un foyer pour tous ceux qui sont fidèles aux valeurs originelles du mouvement sioniste sous ses diverses formes : le sionisme révisionniste, le mouvement ouvrier et le sionisme religieux. Ce sera également un foyer pour tous les citoyens d’Israël, quelle que soit leur religion ou leur communauté ethnique. Ce sera un foyer démocratique qui s’efforcera d’assurer l’unité du peuple. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...