Rechercher

Eitan, survivant d’un accident de téléphérique, devra retourner en Italie

Les juges de Tel Aviv ont ordonné qu'Eitan Biran, 6 ans, soit rendu à sa famille en Italie d’ici 15 jours, et estime que son grand-père l'a fait venir en Israël illégalement

Shmulik Peleg, grand-père d'Eitan Biran, qui a survécu à un accident de téléphérique en Italie qui a tué sa famille proche, arrive au tribunal à Tel Aviv, le 11 novembre 2021. (Ariel Schalit/AP)
Shmulik Peleg, grand-père d'Eitan Biran, qui a survécu à un accident de téléphérique en Italie qui a tué sa famille proche, arrive au tribunal à Tel Aviv, le 11 novembre 2021. (Ariel Schalit/AP)

La décision était attendue. Jeudi, un tribunal de Tel Aviv a ordonné qu’un garçon israélien de 6 ans dont les parents sont morts dans un accident de téléphérique en Italie soit rendu à ses proches en Italie et a rejeté la demande de son grand-père de le garder en Israël.

En mai, un accident de téléphérique au mont Mottarone, dans le nord de l’Italie, causait la mort de 14 personnes. Parmi elles, les parents, le frère cadet et les arrière-grands-parents d’Eitan, laissant le jeune garçon orphelin. Depuis, ses grands-parents maternels en Israël et ses parents paternels en Italie cherchent tous à obtenir sa garde.

Sa famille en Israël avait demandé à une cour d’appel d’empêcher son retour prévu en Italie mais sa demande a été rejetée jeudi.

« Avec toute la compréhension de la douleur de l’appelant et de la grand-mère du mineur, il n’y a pas d’autre option que de rejeter l’appel. Nous ordonnons qu’il soit renvoyé en Italie dans un délai de 15 jours », indique le jugement, notant que le grand-père d’Eitan Biran l’avait emmené d’Italie illégalement.

Le grand-père maternel du garçon, Shmulik Peleg, a fait les gros titres en septembre lorsqu’il a emmené Eitan en Israël en passant par la Suisse avec un jet privé, contre la volonté de sa famille en Italie.

Mercredi, l’Italie a émis un mandat d’arrêt international à son encontre pour avoir kidnappé l’enfant alors confié à sa tante et l’avoir emmené en Israël.

La famille Biran, Eitan est l’enfant à droite. (Autorisation)

Selon le quotidien italien Corriere Della Sera, des mandats d’arrêt ont également été émis à l’encontre de Gabriel Abutubul Alon, un « entrepreneur » qui aurait conduit le véhicule utilisé pour emmener le grand-père et son petit-fils d’Italie vers la Suisse voisine pour y prendre l’avion et rejoindre Israël.

Shmulik Peleg a expliqué n’avoir pas pris de vol régulier au départ de l’Italie car il voulait voyager avec l’enfant aussi vite que possible sans l’exposer à d’autres personnes. En septembre, il a été interrogé par la police israélienne dans le cadre de l’allégation d’enlèvement, avant d’être libéré sous condition. Dans une interview accordée à l’époque, il a défendu sa décision d’amener l’enfant en Israël, affirmant que cela était dans son intérêt et niant l’avoir kidnappé.

Des membres de la famille paternelle d’Eitan Biran ont déclaré qu’il avait été enlevé à leur insu et qu’ils avaient déposé une plainte en Italie pour obtenir son retour.

Au moment de l’accident, Eitan et ses parents, Amit Biran et Tal Peleg, ainsi que son jeune frère, Tom, vivaient en Italie, où Amit Biran étudiait la médecine.

Aya Biran-Nirko, à gauche, une tante paternelle d’Eitan Biran, le garçon qui a survécu à un accident de téléphérique en Italie qui a tué sa famille proche, arrive au tribunal à Tel Aviv, le 8 octobre 2021. (Crédit : Tsafrir Abayov/AP)

Après des semaines d’hospitalisation dans un hôpital de Turin des suites de l’accident, les responsables du tribunal italien pour mineurs ont décidé que l’enfant vivrait avec une tante paternelle, Aya Biran, près de Pavie, dans le nord de l’Italie.

Le mois dernier, un tribunal de Tel Aviv a ordonné que l’enfant de 6 ans soit renvoyé chez ses proches en Italie, où il restera sous la garde de sa tante. Le juge l’a reconnue comme tutrice légitime sur la base d’une décision d’un tribunal italien et a déclaré que Shmulik Peleg avait retiré « illégalement » le garçon de la garde de sa tante.

Le tribunal a « ordonné le retour du mineur à son lieu de résidence habituel en Italie », le pays où il vit depuis l’âge d’un mois, et a noté que c’est là que l’avenir et le bien-être du garçon seront décidés. En outre, Shmulik Peleg a été condamné à payer 70 000 shekels (plus de 19 000 euros) de frais de justice.

Le juge a également appelé la famille à se réconcilier, affirmant que cela était dans l’intérêt du garçon.

Les Peleg ont fait appel en soutenant qu’Aya Biran n’avait jamais obtenu officiellement la garde de l’enfant et affirmant que le garçon souhaitait rester en Israël.

Mais leur demande a là encore été rejetée. La famille peut encore faire appel devant la Cour suprême d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...