Une famille nie avoir enlevé le garçon qui a survécu à la catastrophe en Italie
Rechercher

Une famille nie avoir enlevé le garçon qui a survécu à la catastrophe en Italie

Selon la tante d'Eitan Biran, son grand-père l'a emmené en Israël pour son bien-être ; le tuteur légal, son autre tante, travaille avec les autorités italiennes pour le ramener

La famille Biran, Eitan est l'enfant à droite. (Crédit : autorisation)
La famille Biran, Eitan est l'enfant à droite. (Crédit : autorisation)

La tante d’un garçon israélien de 6 ans dont la famille a été tuée dans un accident de téléphérique en Italie en mai, et qui aurait été emmené en Israël samedi par son grand-père, a nié que l’enfant ait été enlevé en plein conflit de tutelle qui s’intensifie.

« Nous n’avons pas enlevé Eitan et nous n’utiliserons pas ce mot », a déclaré Gali Peleg, la tante maternelle du garçon, dans une interview accordée à Radio103FM. « Nous avons ramené Eitan à la maison. Nous avons dû le faire après n’avoir reçu aucune information sur sa santé ou son état mental. Si le juge n’avait pas prévu de rencontres [avec l’enfant], nous ne l’aurions pas vu. »

Quatorze personnes, dont le père d’Eitan, Amit Biran, 30 ans, sa mère Tal Peleg-Biran, 26 ans, son frère Tom, 2 ans, et ses arrière-grands-parents de Tel Aviv, Barbara, 71 ans, et Yitzhak Cohen, 81 ans, ont été tués dans l’accident du 24 mai, après qu’un câble se soit rompu sur le téléphérique qui emmenait les visiteurs au sommet de la montagne Mottarone, dans la région du Piémont. Les cinq personnes ont été enterrées en Israël quelques jours plus tard.

Le mois dernier, Mme Peleg a déclaré qu’elle avait entamé une procédure judiciaire pour adopter son neveu.

Le tuteur légal actuel d’Eitan, Aya Biran-Nirko, la sœur du défunt père de l’enfant, basée en Italie, a déposé une plainte auprès de la police italienne, affirmant qu’il avait été enlevé par son grand-père maternel, Shmuel Peleg, samedi dernier.

Eitan a quitté sa maison de Fabia, dans le nord de l’Italie, avec Peleg samedi matin, mais n’est pas rentré en début de soirée comme cela avait été convenu, selon la presse. Biran-Nirko a essayé à plusieurs reprises de joindre Peleg jusqu’à ce qu’elle reçoive un message de sa part disant « Eitan était rentré chez lui ».

Des sauveteurs travaillent près de l’épave d’un téléphérique qui s’est effondré près du sommet de la ligne Stresa-Mottarone dans la région du Piémont, dans le nord de l’Italie, le 23 mai 2022. (Crédit : sapeurs-pompiers italiens via AP)

Biran-Nirko aurait reçu un message de l’avocat des Peleg confirmant qu’Eitan était arrivé en Israël.

Selon le radiodiffuseur public Kan, le voyage de l’enfant en Israël a été rendu possible parce que la famille Peleg a conservé son passeport israélien, contrairement à l’ordonnance d’un juge italien.

Un ami de la famille, dont l’identité révélée est « A.D. », a déclaré dimanche à la Douzième chaîne que la famille Biran travaillait avec les autorités italiennes pour ramener Eitan dans le pays.

En août, Peleg a accusé Biran-Nirko d’avoir enlevé le garçon et de l’avoir empêché d’avoir une « enfance normale ». Bien qu’Eitan ait été élevé en Italie, le mari de Peleg, Ron Peri, a affirmé que ses parents israéliens n’avaient jamais voulu qu’il y grandisse et préféraient qu’il reçoive une éducation juive en Israël.

En juin, Marcella Severino, le maire de la ville de Stresa d’où est parti le téléphérique, a déclaré à un journal italien que Biran-Nirko était « une présence constante dans la vie de l’enfant, il est entre de bonnes mains ».

Eitan a subi un grave traumatisme lors de l’accident et Biran-Nirko s’est chargé de s’occuper de ses soins hospitaliers et de son rétablissement, bien que M. Peri ait déclaré que cet arrangement devait être temporaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...