El Al indemnisera les 400 passagers qui étaient sur le « vol de Shabbat »
Rechercher

El Al indemnisera les 400 passagers qui étaient sur le « vol de Shabbat »

La firme aérienne dit ne pas blâmer les passagers, dont certains accusés de violences, ni le personnel à bord, qui ont craint que l'avion n'atterrisse durant le jour de repos juif

Une hôtesse sert un passager sur un vol El Al en provenance de New York et en direction d'Israël le 18 novembre 2018 (Capture d'écran : Israel Hayom)
Une hôtesse sert un passager sur un vol El Al en provenance de New York et en direction d'Israël le 18 novembre 2018 (Capture d'écran : Israel Hayom)

Le transporteur national israélien El Al a déclaré lundi qu’elle indemnisera tous les passagers d’un vol récent en provenance de New York qui a été détourné vers Athènes par crainte qu’il n’atteigne pas Tel Aviv avant le début du Shabbat, une violation potentielle du jour de repos juif.

La compagnie aérienne nationale a déclaré qu’elle offrirait un billet aller-retour vers n’importe quelle destination en Europe à chacun des 400 passagers du vol, ce qui a fait la Une des journaux au début du mois en raison des allégations selon lesquelles les passagers religieux avaient été violents avec le personnel de cabine.

El Al a d’abord accusé les passagers religieux d’avoir agressé physiquement et verbalement l’équipage, mais il a ensuite semblé revenir sur ses affirmations suite à des dénégations véhémentes et des menaces de boycott de la communauté ultra-orthodoxe.

Dans un communiqué publié lundi, la compagnie aérienne a réitéré qu’elle « ne mettait pas en cause le public laïc, religieux ou ultra-orthodoxe dans les incidents signalés ».

Gonen Usishkin, PDG d’El Al, assiste à une conférence de presse à Beit Sokolov à Tel Aviv, le 28 mars 2018 (Flash90)

La semaine dernière, un groupe de 180 passagers à bord du vol détourné a déposé une lettre de plainte auprès d’El Al, demandant 50 000 shekels (12 500 euros) chacun en compensation et des excuses de la compagnie aérienne.

La lettre envoyée par l’intermédiaire des avocats affirmait que le personnel de la compagnie aérienne « avait menti délibérément aux passagers et ne les respectait pas », et qu’il avait répandu de fausses rumeurs sur la communauté ultra-orthodoxe.

Le vol 002 d’El Al à destination de Tel Aviv le 15 novembre a été retardé de plus de cinq heures en raison du mauvais temps et a dû courir contre la montre pour partir avec suffisamment de temps pour se rendre en Israël avant le début de Shabbat. Des dizaines de passagers avaient exigé que l’avion retourne à la porte d’embarquement de l’aéroport international John F. Kennedy de New York pour qu’ils puissent débarquer, mais l’avion a finalement décollé.

L’avion a plus tard été dérouté vers Athènes, où il a atterri avant le début du Shabbat, vendredi soir. Les passagers ont passé le week-end en Grèce avant qu’un autre vol ne les amène en Israël dimanche.

Les passagers religieux ont réagi contre les informations faisant état de violences physiques à bord, accusant le personnel d’El Al d’avoir causé l’un des retards et disant que le personnel de cabine leur avait faussement dit qu’ils seraient autorisés à débarquer et que l’avion arriverait en Israël à temps.

Plusieurs comptes-rendus sur les réseaux sociaux et dans des blogs ont fait état de différents récits sur ce qui s’est véritablement passé pendant le vol.

Le rabbin Sholom Ber Sorotzkin prend la parole lors d’une conférence du réseau Ateret Shlomo Torah à Holon, Israël, le 26 octobre 2016. (Yaakov Naumi/Flash90)

Dimanche, un éminent rabbin israélien a manifesté devant les bureaux de EL AL à l’aéroport Ben Gurion, où il a découpé sa carte de fidélité de grand voyageur.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...