Rechercher

Elazar Stern renonce à sa candidature à la tête de l’Agence juive

Ce renoncement survient suite à la controverse entraînée par les propos du ministre, dimanche, sur des plaintes anonymes "déchirées" quand il dirigeait les RH au sein de Tsahal

Yair Lapid (à droite) et le député de Yesh Atid, Elazar Stern, lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 18 janvier 2015. (Crédit : Ben Kelmer/FLASH90)
Yair Lapid (à droite) et le député de Yesh Atid, Elazar Stern, lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 18 janvier 2015. (Crédit : Ben Kelmer/FLASH90)

Le ministre des Renseignements Elazar Stern a renoncé lundi à sa candidature à la présidence de l’Agence juive suite à la controverse entraînée par des propos tenus au début de la semaine.

Stern avait déclaré lors d’un entretien accordé à une station de radio, dimanche, qu’il avait « déchiré de nombreuses plaintes anonymes » lorsqu’il était à la tête de l’administration des Ressources humaines de l’armée israélienne. Il répondait alors à une question portant sur une lettre anonyme qui a été récemment rendue publique et qui dénonçait le comportement du futur dirigeant du Shin Bet. La discussion portait clairement à ce moment-là sur les plaintes pour harcèlement sexuel.

Pour tenter de rectifier le tir, Stern avait fait le tour des principaux plateaux télévisés dimanche soir, s’excusant au cas où ses propos auraient été offensants. Il avait déclaré que, bien qu’il avait déchiré des plaintes anonymes, celles-ci n’avaient jamais porté sur des allégations d’agressions sexuelles.

Mais deux anciennes soldats ont ultérieurement confié à la presse israélienne qu’il avait ignoré leurs plaintes pour violences sexuelles.

Stern a annoncé abandonner sa candidature à la tête de l’Agence juive dans un post qui a été publié sur Facebook.

« Je présente mes excuses à tous ceux qui ont été blessés ou offensés par ce que j’ai pu dire et par l’interprétation qui a été donnée à mes paroles et je présente mes excuses à ma famille, qui reste fermement à mes côtés malgré les difficultés. Je continuerai à faire de mon mieux, partout où je pourrai le faire, pour garantir un meilleur avenir à l’État d’Israël et au peuple juif », a-t-il écrit dans sa publication.

Stern a déclaré à ses associés que la controverse entourant ses commentaires sur le « déchiquetage » des plaintes était une « chasse aux sorcières », selon les médias israéliens.

« Il s’agissait d’une chasse aux sorcières disproportionnée », aurait-il déclaré, peu après avoir annoncé qu’il renoncé à sa candidature.

Stern s’est également plaint d’être victime d’une « grande injustice », selon les médias.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...