Élections du Consistoire de Paris : David Revcolevschi appelle à plus de transparence
Rechercher

Élections du Consistoire de Paris : David Revcolevschi appelle à plus de transparence

Dans un communiqué, le nouvel administrateur (parmi les 13 nouveaux élus) appelle à "renouer avec le respect des règles et de la transparence démocratique"

Seul candidat élu 'hors majorité' aux élections partielles du consistoire de Paris, David Revcolevschi est avocat au barreau de Paris et administrateur et ancien trésorier du Consistoire de Paris (Crédit: autorisation)
Seul candidat élu 'hors majorité' aux élections partielles du consistoire de Paris, David Revcolevschi est avocat au barreau de Paris et administrateur et ancien trésorier du Consistoire de Paris (Crédit: autorisation)

Dans une certaine indifférence, la campagne en amont semble être passée quasiment inaperçue, les élections partielles du Consistoire de Paris ont reconduit à sa tête le président sortant, Joël Mergui, dont la liste a remporté 12 des 13 sièges d’administrateurs à renouveler.

Le conseil d’administration partiellement renouvelé élira son nouveau président en janvier 2018. Joël Mergui dispose d’une confortable majorité qui devrait lui assurer sa réélection.

Le siège restant a été attribué à David Revcolevschi, 47 ans, en tête de la liste « Notre Consistoire demain », qui avait présenté neuf candidats.

Dans un communiqué, David Revcolevschi regrette le manque de participation à cette élection, et « la désaffection vis-à-vis d’une grande institution qui a révélé son ampleur : sur 30.000 électeurs, 3713 votants se sont déplacés contre 5.352 votants en 2013. L’abstention, déjà considérable, a désormais atteint près de 90%… »

Joël Mergui, président du Consistoire, devant les députés français pour parler de l’abattage rituel et de la circoncision, à l’Assemblée nationale, le 23 juin 2016. (Crédit : capture d’écran YouTube)

A demi-mot, il pointe également un certain manque de transparence, sans donner davantage de détails. « Le déroulement du processus électoral a de même confirmé la nécessité de renouer avec le respect des règles et de la transparence démocratique pour restaurer la confiance dans le Consistoire, » explique Revcolevschi.

Interrogé par mail, il donne plus de précisions : « Nous faisons allusion à des irrégularités constatées dans des bureaux de vote (présidents de communautés indiquant aux électeurs pour qui voter […] et en particulier dans l’un des plus important d’entre eux à l’ouest de Paris (bulletins donnés aux votants juste avant l’entrée dans le bureau de vote; pile de bulletin a remplir trouvée à l’entrée…) ».

Rejoignant d’autres voix, il espère que le Consistoire de Paris, le plus important des consistoires de France, saura représenter plus de courants du judaïsme.

A l’heure actuelle, le Consistoire de Paris n’a pas encore répondu à nos demandes d’éclaircissements.

Aujourd’hui, rappelle le quotidien La Croix, « nombre de juifs n’y adhèrent pas. Les courants libéraux, massortis, ou encore Loubavitch, dont la croissance est importante, ne sont pas sous sa tutelle. Les détracteurs de l’institution consistoriale lui reprochent de s’être polarisée sur le courant traditionaliste voire orthodoxe du judaïsme français ».

A ce jour, le Consistoire de Paris « ne réunit que 80 communautés et 40 communautés associées alors que plus de 250 communautés en Ile de France, dont 100 Loubavitch, n’y sont pas rattachées, » rappelle Revcolevschi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...