Elections : Le parti Zehut de Moshe Feiglin en quête d’une identité publique
Rechercher

Elections : Le parti Zehut de Moshe Feiglin en quête d’une identité publique

Le jeune parti de droite espère que le fait de laisser tous les Israéliens choisir leur liste électorale pourra transformer son chef de file en une force politique transformatrice

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le député Moshe Feiglin (Likud) devant l'entrée barrée du Mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 30 octobre 2014. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le député Moshe Feiglin (Likud) devant l'entrée barrée du Mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 30 octobre 2014. (Yonatan Sindel/Flash90)

Moshe Feiglin est le plus grand outsider politique d’Israël.

D’abord célèbre en tant que fondateur du mouvement de protestation Zo Artzeinu, qui espérait empêcher les accords d’Oslo de 1993 en bloquant la circulation à travers Israël, son activité publique au cours des 25 dernières années a été définie par une insistance tenace pour rester un contestataire.

Mieux connu pour son plaidoyer agressif en faveur des implantations en Cisjordanie et ses déclarations parfois incendiaires, qui l’ont tenu à l’écart de la liste de la Knesset du Likud pendant des années et lui ont interdit d’entrer au Royaume-Uni, Feiglin a toujours préféré l’authenticité idéologique au pragmatisme populiste.

Toutefois, mardi, lors du lancement de la toute première élection aux primaires ouverte au public, il a déclaré qu’il espérait se défaire de son moule en tant que paria et faire connaître son jeune parti Zehut au grand public.

« Pour la première fois dans l’histoire d’Israël, nous, le peuple, pouvons montrer à Israël comment agit une véritable démocratie », a déclaré l’ancien membre de la Knesset au Times of Israel mardi alors que des bureaux de vote aussi bien physiques que numériques ont été ouverts par Zehut partout en Israël et sur le web.

Moshe Feiglin lors de la première conférence de son parti Zehut, le 28 février 2017. (Peleg Alkalai)

Ne parvenant pas à trouver une place crédible sur la liste du Likud avant les élections nationales de 2015 après avoir finalement réussi à entrer à la Knesset avec le parti pour la première fois seulement deux ans auparavant, Feiglin quitte le parti au pouvoir pour former son propre « mouvement politique », qui à l’époque allait « changer la face de la politique israélienne ».

Mais quatre ans plus tard, à l’approche des élections du 9 avril, Zehut, qui se traduit par « identité », peine toujours à s’imposer tant dans le discours public que dans le public lui-même. Comme il stagne en dessous du seuil électoral dans tous les grands sondages d’opinion, les primaires de mardi pourraient être un baromètre clé pour savoir s’il y a ou non des perspectives d’avenir pour la politique identitaire israélienne unique de Feiglin.

« Aujourd’hui, tous les citoyens de l’État d’Israël choisiront la liste du parti pour la Knesset grâce à un système de vote unique et sécurisé qui permet à chaque citoyen israélien de voter dans les primaires du parti, même s’il n’est pas membre du parti, » a expliqué Zehut aux utilisateurs israéliens de Facebook dans une ultime tentative d’augmenter le taux de participation.

Selon le parti, 10 000 personnes se sont déjà inscrites pour voter pour les 15 candidats en lice pour les places 2 à 16 sur la liste du parti (la première place est celle de Feiglin et n’est pas à prendre), avec ce nombre « qui devrait doubler et tripler jusqu’à la clôture du scrutin ». Un taux de participation de 30 000 personnes serait certes un résultat extrêmement impressionnant, mais il resterait encore beaucoup de travail à faire pour obtenir les 125 000 voix nécessaires aux élections nationales pour dépasser le seuil électoral de 3,25 %.

Discarded campaign flyers rest in a trash can following the Likud party primaries on Nov 25, 2012 (photo credit: Uri Lenz/Flash90)
Des tracts de campagne électorale sont jetés dans une poubelle après les primaires du Likud, le 25 novembre 2012. (Uri Lenz/Flash90)

Les primaires des partis ont été introduites dans la politique israélienne au début des années 1990, lorsque plusieurs grands partis ont cherché à renforcer le soutien du public en augmentant leur participation au processus démocratique.

Depuis lors, cependant, la plupart des nouveaux partis ont renoncé aux élections internes, optant plutôt pour un système dans lequel le chef du parti ou un comité de ses responsables choisit une liste « parfaite », sans être entachée des caprices des membres du parti.

Pour Feiglin, ouvrir son parti au-delà de ses propres membres est autant un choix idéologique qu’un moyen pratique de gagner du terrain.

« Les membres de la Knesset d’Israël doivent travailler pour leurs électeurs », a-t-il déclaré. En participant aux primaires de Zehut, les citoyens auront leur propre « parlementaires » et enverront un message clair sur le fait que la politique israélienne a besoin de changer.

Et il y a beaucoup de choses que Feiglin veut changer.

De la refonte du système éducatif israélien pour ressembler au programme américain de bons d’études, à l’introduction de politiques économiques agressives sur le libre marché, à la légalisation de la marijuana et à l’opposition aux cartes d’identité biométriques, Zehut présente un ensemble de politiques libertaires assez radical, quoique avec une touche religieuse et nationaliste.

En plus de ses politiques économiques et sociales, Feiglin, opposé à la création d’un État palestinien, soutient la construction d’un troisième temple à Jérusalem, se demande pourquoi les citoyens non-juifs d’Israël ont leur mot à dire dans la politique israélienne et demande que les arabes israéliens soient privés de certains droits.

Feiglin affirme qu’il n’y a pas de contradiction : « Je ne suis pas libertaire, je suis juif », déclare-t-il. « Le concept de liberté vient de mon judaïsme. »

Selon Feiglin, le manifeste de Zehut n’est pas un méli-mélo de propositions politiques déconnectées, mais « une vision sociologique entièrement nouvelle » pour le peuple juif qui, selon lui, « s’adresse à de larges cercles dans la société israélienne ».

C’est, dit-il, « une vision qui combine notre identité juive avec la liberté personnelle. C’est un concept qui n’est pas connu en Israël jusqu’à présent, et qui est très nécessaire. »

A Likud supporter carries a poster of far-right party member Moshe Feiglin (Uri Lenz/Flash90)
Un militant du Likud porte une affiche de Moshe Feiglin, membre d’extrême droite du parti (Uri Lenz/Flash90)

Au début des années 2000, Feiglin a d’abord tenté d’influencer la politique israélienne avec une croisade pour s’emparer du Likud par le biais de sa faction d’extrême droite Manhigout Yehudit (leadership juif). Le groupe cherchait à prendre pied au sein du vénérable parti de droite du pays afin de « rendre le pays au peuple et de diriger l’État d’Israël à travers des valeurs juives authentiques ».

Ayant depuis abandonné le Likud, Feiglin cherche toujours à atteindre le même objectif, aujourd’hui via Zehut.

« Les Israéliens ont coutume de penser que si on veut être libre et indépendant, il faut sacrifier ou effacer son identité, toutes ses identités », a-t-il dit, citant la chanson « Imagine » de John Lennon comme un exemple de l’approche moderne. Zehut, d’autre part, fournit une « synergie » entre liberté et indépendance et identité israélienne et juive.

« La majorité d’entre eux se considèrent d’abord comme juifs, et ensuite seulement comme n’importe quoi d’autre », dit-il. « Peu importe que vous soyez religieux ou non, ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Nous ne parlons pas d’une religion, nous parlons de l’identité juive ».

Feiglin est convaincu que les primaires de mardi sont le début de la révolution qui verra Zehut devenir une force politique transformatrice, au Parlement et au-delà. « Nous parlons d’un mouvement à la différence d’autres groupes politiques qui se jettent dans l’arène et essaient d’obtenir quelques sièges à la Knesset », a-t-il souligné.

« Zehut », a dit Feiglin, en adoptant son image d’intrépide outsider politique, « est dans une ligue complètement différente ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...