Elections : Yahadout HaTorah et Yisrael Beytenu se diabolisent pour mobiliser
Rechercher
Analyse

Elections : Yahadout HaTorah et Yisrael Beytenu se diabolisent pour mobiliser

Dans la dernière ligne droite de la campagne, les dirigeants des partis haredi et laïc voient l'un dans l'autre le parfait ennemi pour stimuler la participation de leurs partisans

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Avigdor Liberman, alors ministre de la Défense, (à gauche), avec le président de la commission des finances de la Knesset, le député Moshe Gafni, lors d'une réunion de la commission des finances à la Knesset, le 6 décembre 2016. (Yonatan Sindel/ Flash90)
Avigdor Liberman, alors ministre de la Défense, (à gauche), avec le président de la commission des finances de la Knesset, le député Moshe Gafni, lors d'une réunion de la commission des finances à la Knesset, le 6 décembre 2016. (Yonatan Sindel/ Flash90)

A six jours des élections, la course entre les camps pro et anti-Netanyahu est serrée. Si serrée, en fait, qu’aucun des deux camps ne peut espérer former un gouvernement effectif.

Si le Premier ministre Benjamin Netanyahu parvient à obtenir une faible majorité, celle-ci sera probablement si faible qu’il sera obligé de se plier aux caprices des députés les plus à droite du scrutin. Les opposants de Netanyahu, quant à eux, théoriquement dirigés par Yair Lapid de Yesh Atid, pourraient bien être trop divisés et différents pour produire une coalition gérable.

Chaque camp cherche à sortir de l’impasse. Netanyahu a lancé une campagne sans précédent pour obtenir le soutien des électeurs arabes et, en même temps, il pousse le parti d’extrême-droite Otzma Yehudit à entrer à la Knesset. Lapid, Gideon Saar et d’autres leaders du camp anti-Netanyahu s’efforcent de trouver une formule viable pour unifier leurs partis disparates.

De nombreuses autres factions tentent de profiter de l’impasse dans l’espoir de jouer les faiseurs de roi au lendemain des élections.

Le parti russophone laïc Yisrael Beytenu, dirigé par Avigdor Liberman, et le parti ashkénaze Haredi Yahadout HaTorah, ont adopté une stratégie différente. En tandem, les deux partis ont axé leurs campagnes des deux dernières semaines l’un contre l’autre, construisant leur dernière campagne avant le jour de l’élection sur l’avertissement sinistre que l’autre est une menace existentielle pour ses électeurs.

Le président du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, visite l’hôpital Assuta à Ashdod, le 23 février 2021. (Flash90)

Brouettes et décharges

Vendredi, dans une interview accordée au talk-show de la Douzième chaîne animé par Eyal Berkovic et Ofira Asayag, on a demandé à M. Liberman s’il envisagerait de participer à une coalition avec les partis ultra-orthodoxes si cela signifiait l’éviction de Netanyahu.

Qu’est-ce qui est le plus important, a demandé Asayag, « Envoyer Bibi [Netanyahu] faire ses bagages ou qu’Avigdor [ne siège pas] avec les Haredim ? »

Sa réponse : « Les Haredim avec Bibi dans une brouette jusqu’à la décharge la plus proche. »

Ces propos ont suscité un torrent de critiques au cours du week-end, avec des accusations d’antisémitisme de la part de députés haredi et de certains militants de partis haredi partageant des photos de corps décharnés transportés sur des brouettes pendant la Shoah.

Le président du parti Yahadout HaTorah, le député Moshe Gafni, et d’autres membres du parti en compagnie du rabbin Baruch Mordechai Ezrachi lors d’une tournée de campagne électorale à Beit Shemesh, le 14 mars 2021. (Yaakov Lederman/Flash90)

Le clip vidéo de ces propos est devenu viral sur les médias sociaux en hébreu. Peu de gens ont remarqué l’échange qui a suivi, au cours duquel M. Liberman a expliqué un aspect important de sa stratégie de campagne : il doit renforcer son soutien en incitant les électeurs laïcs à se rendre aux urnes.

Interrogé une nouvelle fois par Asayag sur le fait qu’il ne peut pas évincer Netanyahu et les partis Haredi du gouvernement en même temps et qu’il finira par « serrer [le leader du Shas Aryeh] Deri dans ses bras comme au bon vieux temps » pour évincer le Premier ministre, Liberman a clairement indiqué que son combat était mené avec les partis Haredi – ses adversaires les plus efficaces si son objectif est d’envoyer les laïcs aux urnes – et non avec Netanyahu.

« Écoutez », a répondu Liberman, « le gouvernement, c’est les Haredim, ce n’est pas Bibi. Bibi est un otage. »

« Son seul combat est de survivre politiquement et juridiquement. Il est prêt à tout donner », a-t-il ajouté, citant le leader du parti Raam Mansour Abbas et l’ex-chef du Hamas Khaled Meshaal comme partenaires potentiels de coalition du chef du Likud.

Interpellé à nouveau, cette fois par Berkovic, sur le fait que les sondages suggèrent néanmoins que Liberman aura besoin du Likud ou des partis Haredi pour former une coalition, Liberman a finalement offert une déclaration claire sur la manière de sortir de l’impasse.

« Dans les villes où la majorité laïque est claire, un million de personnes ne se sont pas présentées aux urnes » lors des tours de scrutin précédents, a-t-il dit. « Si un tiers de ce nombre se présente, cela représente 10 sièges, c’est une victoire décisive ».

Une affiche de campagne pour le parti Yisrael Beytenu d’Avigdor Liberman à Tel Aviv, photographiée le 14 mars 2021, sur laquelle on peut lire : « Liberman : un gouvernement sans Haredim ! ». (Miriam Alster/Flash90)

« Vous appelez donc les laïcs à voter ? » a demandé M. Berkovic.

« Il faut appeler tous les laïcs à voter », a répondu Liberman.

« Nous appelons tout le monde à voter », a déclaré Asayag.

Une voie à double sens

Beaucoup ont condamné les propos de Liberman sur les décharges, du Likud et de Yamina, à droite, aux Travaillistes et à Meretz, à gauche. Mais Yahadout HaTorah est allé plus loin, beaucoup plus loin.

Il a fait pivoter toute sa campagne sur un coup de tête, transformant Liberman et sa brouette en affiches et vidéos de campagne, en annonces dans les journaux, en tweets et en séances de photos. Depuis, il n’a guère parlé d’autre chose. Tout comme Liberman a trouvé en eux un parfait ennemi juré, ils en ont trouvé un en lui.

Dimanche, les membres de la Knesset de Yahadout HaTorah se sont rassemblés autour d’une brouette pour des photos, profitant de l’occasion pour qualifier Liberman de malade mental et d’antisémite, et pour demander qu’il soit poursuivi pour incitation.

M. Liberman « connaît bien les décharges », a déclaré le député Moshe Gafni, chef du parti, lors de la séance de photos, « car il en sent l’odeur tout le temps. Il les habite. »

Le député Israël Eichler a ajouté : « Nous ne parlons pas de la simple bigoterie d’un ennemi fou, mais d’une menace concrète et d’un appel aux armes qui met la vie en danger. La police israélienne et le ministère public doivent enquêter sur lui pour suspicion d’incitation grave contre les juifs haredi. »

Une vidéo de la campagne de dimanche s’adressait aux électeurs indécis, leur demandant : « Vous vous demandez encore pour qui voter ? » Elle passe le clip de Liberman sur la décharge et dit : « Seul un Yahadout HaTorah fort éliminera cette chose » – il n’était pas clair si « chose » signifiait le commentaire ou l’homme – « dans les studios de télévision ».

Une autre vidéo publiée le même jour montre une brouette avec les mots « Yvet [nom russe donné à Liberman], nous avons trouvé une brouette pour le prochain mandat qui peut vous transporter de studio en studio » – suggérant qu’il passera le prochain mandat non pas au pouvoir, mais dans l’opposition, avec beaucoup de temps pour des interviews télévisées.

Capture d’écran d’une publicité de la campagne de Yahadout HaTorah mettant en scène Avigdor Liberman, prise le 14 mars 2021.

Yahadout HaTorah prépare une plainte officielle pour incitation contre Liberman auprès de la commission centrale électorale et a promis de proposer un projet de loi modifiant les lois sur le racisme afin qu’il puisse être poursuivi pour de tels propos à l’avenir.

Pourquoi la campagne de Yahadout HaTorah s’est-elle tellement focalisée sur les propos de Liberman, aussi indélicats ou répréhensibles qu’ils aient pu être ?

La réponse est simple : Yahadout HaTorah n’est pas menacée par Liberman. Elle espère être sauvée par lui.

Le parti haredi s’inquiète depuis un certain temps de ses perspectives d’avenir dans les urnes, en raison de l’intense frustration ressentie par nombre de ses électeurs quant à la gestion de la crise de la pandémie par le parti. De nombreux ultra-orthodoxes estiment que leur communauté a été injustement montrée du doigt pour n’avoir pas respecté les règles de distanciation sociale, et que leurs représentants n’étaient pas là pour les défendre.

La semaine dernière, une vidéo de campagne a tenté d’aborder la colère de front, montrant un député après l’autre expliquant qu’ils ont fait des erreurs, que « nous acceptons les critiques » et que « nous ne sommes pas parfaits ».

Aujourd’hui, à six jours des élections, comme s’il avait été envoyé par le Tout-Puissant lui-même, M. Liberman a offert à ces députés tant critiqués une chance de réparer leurs erreurs passées.

Les députés de Yahadout HaTorah, dont le député Moshe Gafni, deuxième à gauche, rendent visite au maire de Safed, Shuki Ohana, dans le cadre d’un événement de campagne électorale de la faction Degel Hatorah, dans la ville de Safed, dans le nord d’Israël, le 26 février 2020. (Crédit : David Cohen / Flash90)

Des menaces existentielles ?

La rhétorique a atteint un pic de fièvre.

Selon Liberman, les partis Haredi, soutenus par Netanyahu, sont déterminés à détruire l’Israël laïc.

Un jour après l’interview, samedi, Liberman a écrit sur Twitter : « La coalition de Netanyahu, Smotrich, Deri, Gafni et Abbas est une coalition fondamentaliste qui veut transformer Israël en Iran et mettra fin à la vision d’Israël en tant que pays sioniste et libéral. Je suggère à Gafni, Smotrich, et au reste de ces partenaires, de relire le livre de Herzl ‘L’État des Juifs’, en mettant l’accent sur le chapitre ‘Théocratie’. »

Ce sont les partis haredi, insiste-t-il, qui incitent à la haine, comme lorsque le député du parti Yahadout HaTorah, Yitzhak Pindrus, a insisté la semaine dernière pour dire que les soldates, principalement russophones, qui se convertissent au judaïsme dans le cadre du programme de conversion orthodoxe de l’armée israélienne restent des « shiksas », un terme yiddish péjoratif pour désigner les femmes non juives.

Une publicité pour le journal du parti Yahadout HaTorah présentant le visage du leader de Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, publiée dans les journaux haredi le 15 mars 2021. Le texte se lit comme suit : Soit il nous jette tous à la poubelle, soit nous courons tous voter [Yahadout HaTorah]. Battons l’incitation dans les urnes ! ».
« Soldates ‘shiksa’, flics et soldats ‘nazis’, Russes ‘goyim’, laïcs ‘sangsues' », a-t-il écrit sur Twitter lundi, faisant référence à des insultes souvent entendues de la part de militants haredi au fil des ans. « En ces jours d’incitation sauvage de la part des Haredim, il y a un parti qui dit la vérité et qui ne cherche pas à s’ingérer – cette fois, nous mettons fin au règne du Shas et de Yahadout HaTorah. »

Et comme le disent les partis Haredi, c’est Liberman qui cherche à détruire le mode de vie des ultra-orthodoxes.

Une publicité surprenante diffusée lundi par Yahadout HaTorah dans les journaux haredi montrait le visage de Liberman, une brouette et le terrible avertissement suivant : « Soit il nous envoie tous à la décharge, soit nous courons tous voter [Yahadout HaTorah] ».

Elle exhortait : « Battre la haine dans les urnes ! »

Au fond, Liberman et le chef de Yahadout HaTorah, Moshe Gafni, sont confrontés au même problème. Leurs partis respectifs et leurs camps politiques plus larges semblent proches de la victoire ; néanmoins, ils en sont restés chacun follement éloignés pendant deux longues années.

Chacun est menacé à l’intérieur de son camp – Liberman, par des challengers laïcs comme Yesh Atid et d’autres, Yahadout HaTorah, par l’afflux d’électeurs haredi frustrés vers le sionisme religieux. Chacun a cruellement besoin d’un ennemi juré, d’une menace pour le mode de vie de ses électeurs respectifs, afin de rallier les rangs et d’attirer les apathiques aux urnes.

Ces derniers jours, à coups de brouettes et d’accusations d’antisémitisme et de « fondamentalisme », ils ont trouvé mutuellement la réponse à leurs problèmes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...