Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Eli Cohen enterre la hache de guerre avec le chef de la politique étrangère de l’UE

Josep Borrell a rencontré le ministre des Affaires étrangères à Bruxelles alors que Jérusalem cherche à désamorcer les tensions avec l'UE causée par le "parti pris palestinien"

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, à gauche, et son homologue de l'UE Josep Borrell, à Bruxelles, en Belgique, le 2 mai 2023. (Crédit : Johanna Géron/Ambassade d'Israël à Bruxelles)
Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, à gauche, et son homologue de l'UE Josep Borrell, à Bruxelles, en Belgique, le 2 mai 2023. (Crédit : Johanna Géron/Ambassade d'Israël à Bruxelles)

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, et le responsable de la politique étrangère de l’Union européenne (UE), Josep Borrell, se sont rencontrés à Bruxelles mardi, alors que le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu cherche à désamorcer une période de relations tendues avec l’UE.

Bruxelles et Jérusalem ont connu une brève période d’amélioration de leurs relations sous le précédent gouvernement d’union dirigé par les anciens Premiers ministres Yaïr Lapid et Naftali Bennett, mais les relations se sont détériorées après la mise en place de la nouvelle coalition radicale de Netanyahu le 29 décembre, en raison de divergences plus marquées sur la question palestinienne.

Cohen a invité Borrell, un diplomate espagnol, en Israël. Selon le ministre des Affaires étrangères, les deux hommes ont convenu d’organiser à Jérusalem la réunion annuelle du Conseil d’association UE-Israël entre les différents ministres des Affaires étrangères de l’UE et Cohen.

Toutefois, le communiqué de l’UE – qui a été publié en même temps que la déclaration israélienne, autre signe d’accord – indique seulement que Borrell « espère une nouvelle réunion du Conseil d’association cette année ».

Les 27 États membres de l’UE doivent encore approuver la tenue de la réunion du Conseil d’association, mais comme elle a eu lieu l’année dernière, il est peu probable qu’il y ait un retour en arrière.

Borrell a également condamné les récentes attaques à la roquette et les attentats terroristes contre Israël et a réaffirmé le droit d’Israël à se défendre, tout en rappelant à Israël que « toute réponse doit être proportionnée et conforme au droit international ».

Borrell, considéré par Israël comme l’une des personnalités les plus hostiles au sommet des institutions européennes, a insisté sur l’appel lancé par l’UE à Israël pour qu’il mette fin aux « mesures susceptibles d’accroître le niveau de tension déjà élevé et de compromettre la possibilité même d’une paix future juste et durable fondée sur la solution des deux États ».

Il a également souligné l’importance de respecter le statu quo à Jérusalem.

Cohen a déclaré qu’Israël « ouvrait une nouvelle page dans ses relations avec l’UE ».

Il a également exigé que Borrell dénonce clairement le fait que l’Autorité palestinienne (AP) paie des salaires aux terroristes et a demandé que l’UE renouvelle ses sanctions à l’encontre de l’Iran.

En mars, après la publication par Borrell d’un article qui, selon Israël, mettait sur le même plan les victimes israéliennes du terrorisme et les terroristes tués par Tsahal, Cohen a condamné ces commentaires lors d’un appel téléphonique tendu avec Borrell et a indiqué que la visite du diplomate européen n’aurait pas été opportune.

Mardi, Cohen s’est également entretenu avec la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola (Malte), au sujet des tentatives iraniennes de s’en prendre aux Juifs et aux Israéliens sur le sol européen.

Ils ont également discuté de l’importance pour l’UE de désigner le Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) comme une organisation terroriste. En janvier, le Parlement européen a demandé au Conseil européen et aux États membres de l’UE d’inscrire le CGRI sur la liste des organisations terroristes et d’interdire toute relation commerciale avec lui.

« Les pays européens comprennent aujourd’hui plus que jamais le danger que représente l’Iran et partagent l’avis d’Israël quant à la nécessité de lutter contre le terrorisme émanant du régime iranien et financé par ce dernier », a déclaré Cohen à l’issue de sa rencontre avec Metsola.

Plus tôt dans la journée, Cohen a rencontré le Hongrois Oliver Varhelyi, commissaire européen à la Politique de voisinage, pour discuter d’un projet de recherche de l’UE sur l’antisémitisme dans les manuels scolaires de l’AP. Ils ont également parlé d’un éventuel projet de déminage UE-Israël en Ukraine et du soutien de l’UE à l’élargissement des Accords d’Abraham.

Selon Israël, Varhelyi a promis qu’aucun financement de l’UE ne parviendrait aux groupes terroristes, même indirectement.

Lazar Berman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.