Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Eli Cohen : un pacte américano-saoudien rendrait « inutiles » les ambitions nucléaires

Le ministre des Affaires étrangères estime que le traité de sécurité rassurerait les alliés régionaux de Washington quant à leur protection contre l'agression iranienne

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen lors d'une interview au ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem, le 12 juin 2023. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen lors d'une interview au ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem, le 12 juin 2023. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, a déclaré mardi que si les États-Unis acceptaient un pacte de défense avec Ryad dans le cadre d’un éventuel accord de normalisation entre l’Arabie saoudite et Israël, cela rassurerait les pays du Golfe en leur montrant qu’ils sont protégés contre l’agression iranienne, ce qui rendrait leurs ambitions nucléaires « inutiles ».

Dans le cadre de la normalisation avec Israël, Ryad cherche à obtenir un traité de sécurité mutuelle de type OTAN qui obligerait les États-Unis à se porter à sa défense en cas d’attaque.

En outre, Ryad souhaite un accord explicite pour un programme nucléaire civil contrôlé et soutenu par les États-Unis, et la possibilité d’acheter des armes plus avancées à Washington, telles que le système de défense antimissile Terminal High Altitude Area Defense (THAAD), qui pourrait être utilisé pour lutter contre l’arsenal de missiles de plus en plus important de l’Iran.

Dans un article d’opinion publié dans le Wall Street Journal,  Cohen estime qu’un pacte de défense entre Washington et Ryad pourrait répondre aux préoccupations régionales concernant l’hostilité iranienne.

« Un engagement en matière de défense pourrait rassurer les nations du Moyen-Orient, principalement l’Arabie saoudite et les États du Golfe », a-t-il écrit.

« Cette approche rendrait inutiles les ambitions nucléaires individuelles, soutiendrait la stabilité régionale et favoriserait le programme de paix et de normalisation », a déclaré Cohen. Israël s’inquiète depuis longtemps de la possibilité qu’un réacteur nucléaire civil soit converti pour des usages militaires.

À gauche, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman à Jeddah, en Arabie saoudite, le 19 mai 2023. Au centre : le Premier Ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem. À droite, le président américain Joe Biden, à Washington, le 2 novembre 2022. (Crédit : Agence de presse saoudienne via AP; Alex Kolomoisky/Pool/Flash90 ; Michael A. McCoy /GETTY IMAGES NORTH AMERICA /Getty Images via AFP)

« Un front uni, réunissant les nations sunnites modérées et Israël, constituerait un frein efficace aux ambitions croissantes de l’Iran », a écrit Cohen, ajoutant qu’il fallait encore empêcher Téhéran de se doter d’une arme nucléaire « par le biais de pressions économiques et diplomatiques internationales et d’une menace militaire crédible ».

Cohen a déclaré que la Corée du Sud, qui bénéficie d’un engagement de défense de la part des États-Unis, pourrait servir de « modèle potentiel de désescalade » au Moyen-Orient.

« La Corée du Sud, bien qu’elle vive dans l’ombre d’un voisin doté de l’arme nucléaire et qu’elle ait les moyens de développer ses propres armes nucléaires, s’est abstenue de développer des armes nucléaires », a écrit Cohen. « L’engagement des États-Unis en matière de défense constitue pour la Corée du Sud un moyen de dissuasion contre les agressions du Nord. »

Outre les exigences de Ryad, les mesures exigées d’Israël en échange d’une normalisation des liens comprendraient une promesse officielle de ne jamais annexer la Cisjordanie, et un engagement à ne pas établir de nouvelles implantations ou à ne pas étendre les limites des implantations existantes, afin de laisser la porte ouverte à un futur État palestinien potentiel.

En début de semaine, Cohen a déclaré à un populaire site d’information arabe que si Israël devait faire des concessions aux Palestiniens pour conclure un accord avec l’Arabie saoudite, il trouverait un moyen de le faire.

« La question palestinienne ne sera pas un obstacle à la paix », a déclaré Cohen lors d’un entretien avec le journal Elaph, basé à Londres, considéré comme un intermédiaire entre Jérusalem et Ryad pour la diffusion de messages publics. « Nous l’avons également prouvé dans les accords d’Abraham. Nous avons tous intérêt à améliorer la vie dans les zones de l’Autorité palestinienne ».

L’implantation israélienne de Shiloh, le 17 novembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Dans une interview publiée lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également indiqué qu’il était ouvert à des gestes envers les Palestiniens si un accord de normalisation avec l’Arabie saoudite en dépendait, et a laissé entendre qu’il ne laisserait pas les membres de son gouvernement, le plus à droite de l’histoire d’Israël, bloquer un éventuel accord.

« Est-ce que je pense que c’est faisable et est-ce que je pense que les questions politiques le bloqueront ? J’en doute », a déclaré Netanyahu à Bloomberg News. « S’il y a une volonté politique, il y aura un moyen politique de parvenir à une normalisation et à une paix formelle entre Israël et l’Arabie saoudite.

« Je pense qu’il y a suffisamment de place pour discuter des possibilités », a-t-il ajouté.

Ces commentaires interviennent alors que l’on craint que toute concession envers les Palestiniens ne soit pas soutenue par les éléments extrémistes du gouvernement Netanyahu, et après que le chef de Yesh Atid, Yair Lapid, et le chef du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, ont déclaré qu’ils ne rejoindraient pas une coalition sous la direction du chef du Likud. Ils envisageraient toutefois de soutenir un accord avec l’Arabie saoudite depuis l’opposition.

Le Premier ministre Yair Lapid, à droite, et le ministre de la Défense Benny Gantz lors de l’investiture de la 25e Knesset, à Jérusalem, le 15 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Netanyahu cherche depuis longtemps à obtenir ce qui est considéré comme un accord de normalisation insaisissable avec les Saoudiens, le décrivant à plusieurs reprises comme l’une des principales priorités de son gouvernement.

Un tel accord permettrait à Ryad d’offrir une aide d’une ampleur sans précédent aux institutions palestiniennes de Cisjordanie, de réduire considérablement ses relations croissantes avec la Chine et de contribuer à mettre un terme à la guerre au Yémen.

L’état d’avancement des négociations et l’implication d’Israël dans celles-ci ne sont pas clairs. Le mois dernier, le président américain Joe Biden a déclaré : « Nous sommes loin d’un accord avec l’Arabie saoudite. Nous avons encore beaucoup de choses à nous dire ».

Lazar Berman et Jacob Magid ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.