En 2017, des usines de dessalement fermées trois jours à cause d’une marée noire
Rechercher

En 2017, des usines de dessalement fermées trois jours à cause d’une marée noire

La catastrophe, qui relevait du "pire cauchemar", menaçait l'approvisionnement en eau du pays ; l'accord pétrolier avec les EAU présage d'un avenir "sombre" pour les coraux d'Eilat

L'usine de dessalement de Sorek A, située à environ 15 kilomètres au sud de Tel Aviv. L'usine est devenue opérationnelle en octobre 2013 avec une capacité de traitement d'eau de mer de 624 000 m³/jour, ce qui en fait la plus grande usine de dessalement du monde. Le 1er novembre 2015. (Yossi Zamir/FLASH90)
L'usine de dessalement de Sorek A, située à environ 15 kilomètres au sud de Tel Aviv. L'usine est devenue opérationnelle en octobre 2013 avec une capacité de traitement d'eau de mer de 624 000 m³/jour, ce qui en fait la plus grande usine de dessalement du monde. Le 1er novembre 2015. (Yossi Zamir/FLASH90)

Un haut fonctionnaire du ministère de la Protection de l’environnement chargé de coordonner la réponse à la catastrophe pétrolière du mois dernier a révélé qu’un précédent déversement, beaucoup plus petit, en 2017, avait nécessité la fermeture de trois usines de dessalement pendant trois jours.

Environ 75 % de l’eau potable et industrielle d’Israël est fournie par cinq usines de dessalement situées sur la côte méditerranéenne.

L’incident de 2017 avait été causé par une fuite de pétrole en mer Méditerranée d’environ 100 mètres cubes (100 000 litres) provenant d’un tuyau vieillissant dans la ville méridionale d’Ashdod, utilisé par la raffinerie de pétrole Paz et la compagnie électrique israélienne. La contamination a été trouvée sur les plages d’Ashkelon, dans le sud, jusqu’à la communauté de Ga’ash, dans le centre d’Israël.

Rani Amir, chef de la division de la protection de l’environnement marin du ministère de la Protection de l’environnement, s’est exprimée lors d’une conférence en ligne mercredi, suite au déversement massif de goudron en mer le mois dernier, qui a contaminé une grande partie du littoral méditerranéen d’Israël et dévasté la faune.

« Nous avons eu la chance que, dans cet événement [récent], il s’agissait de goudron, qui a tendance à aller directement sur la plage et non dans les prises d’eau des usines de dessalement », a déclaré Amir.

Rani Amir, directeur de la division de la protection de l’environnement marin du ministère de la Protection de l’environnement. (Capture d’écran)

« L’un de nos pires cauchemars concernant une marée noire, en particulier une marée noire liquéfiée, est l’impact sur les stations de dessalement. Les membranes sont très délicates et vulnérables à la pollution et elles seraient mises à l’arrêt », en cas de prise de pétrole liquéfié, a-t-il ajouté. « Lors du dernier déversement d’oléoduc, en 2017, 100 mètres cubes de pétrole ont entraîné l’arrêt de trois usines de dessalement pendant trois jours. »

Ni Amir ni le ministère, qui a été contacté plus tard par le Times of Israël, n’ont nommé les usines qui ont été temporairement fermées.

Les cinq usines de dessalement de la côte méditerranéenne sont situées à Ashkelon, Ashdod, Soreq et Palmachim dans le sud, et Hadera dans le centre d’Israël. Avec l’achèvement d’une sixième usine prévue, également à Soreq, et d’une septième dans l’ouest de la Galilée, le dessalement fournira 85 % à 90 % de l’approvisionnement en eau municipale et industrielle du pays.

Israël a été pris par surprise le 18 février lorsque du goudron a commencé à déferler sur son littoral méditerranéen, à la suite d’une tempête.

Dans les jours qui ont suivi, il est apparu clairement que les plages de Rosh Hanikra, à l’extrême nord, et de Nitzanim, au sud, avaient été contaminées, laissant sur le sable et les hauts-fonds des morceaux de goudron, ainsi que des animaux morts ou gravement blessés.

Des boulettes de goudron provenant d’une marée noire en mer Méditerranée, échouées sur une plage de la réserve naturelle de Gdor près de Michmoret, en Israël, le 1er mars 2021. Le nettoyage de la grave marée noire qui a noirci la majeure partie du littoral du pays va nécessiter des mois. (Photo AP / Ariel Schalit)

Mercredi, le ministère de la Protection de l’environnement a annoncé la levée de l’état d’urgence sur la côte, la plupart des plages ayant été nettoyées.

Le 3 mars, le ministère de l’Environnement a annoncé que le pétrolier Emerald, un navire libyen de 19 ans naviguant sous pavillon panaméen et transportant du pétrole brut, probablement de l’Iran vers la Syrie, était responsable de la marée noire.

Amir a déclaré que la quantité totale de goudron déposée sur les plages le mois dernier s’élevait à « des dizaines ou des centaines de tonnes, pas plus » et que 900 à 1 000 tonnes de déchets contaminés par le goudron avaient été collectées jusqu’à présent, soit 80 % du total.

Shaul Goldstein, directeur de l’Autorité israélienne de la nature et des parcs, a déclaré que quelque 15 000 volontaires avaient aidé à nettoyer la contamination.

Les deux hommes se sont exprimés lors d’un séminaire en ligne sur la marée noire organisé par le musée d’histoire naturelle Steinhardt de Tel Aviv.

Le professeur Yossi Loya de l’université de Tel Aviv, qui a remporté en 2000 la prestigieuse médaille Darwin pour ses recherches sur les récifs coralliens, a prévenu que les composés aromatiques du pétrole brut étaient non seulement très solubles dans l’eau de mer, mais aussi très toxiques. Les effets visibles de la marée noire ont peut-être été nettoyés sur les plages, mais on ignore encore son impact sur la riche flore et la faune présentes dans la zone benthique du fond marin.

Le professeur Yossi Loya. (Autorisation)

Loya est l’un des quelque 250 scientifiques d’Israël et du monde entier qui, en janvier, ont signé une lettre implorant le gouvernement israélien de mettre un terme au projet de transformation d’un oléoduc vieillissant appartenant à la société Eilat Ashkelon Pipeline Company (EAPC) en un moyen majeur de transport de pétrole brut du golfe Persique vers le sud de l’Europe, en invoquant le risque d’une catastrophe environnementale qui pourrait décimer les célèbres récifs coralliens de la région.

À ce jour, les scientifiques n’ont pas reçu de réponse.

Un accord signé en octobre entre l’EAPC et un consortium israélo-émirati permet à 120 pétroliers contenant jusqu’à 30 millions de mètres cubes (7,9 milliards de gallons) de pétrole brut et de sous-produits pétroliers d’utiliser le port existant du EAPC à Eilat.

Le pétrole du Golfe sera acheminé par des conduites de l’EAPC à travers les déserts d’Arava et du Negev, dans le sud d’Israël, jusqu’à un terminal de l’EAPC à Ashkelon, sur la côte sud de la Méditerranée. De là, il sera rechargé sur des pétroliers pour être expédié vers les marchés du sud de l’Europe.

L’accord, qui pourrait rapporter à la société d’État entre 700 et 800 millions de dollars sur huit ans, selon Reuters, permet également d’acheminer du pétrole via le même oléoduc depuis les régions de la Méditerranée et de la mer Noire vers l’Asie, selon l’EAPC.

L’EAPC, propriété de l’État, a été créé en 1968 en tant qu’entreprise conjointe israélo-iranienne (à l’époque du Shah d’Iran) pour transporter le pétrole asiatique d’Eilat vers l’Europe via un réseau de pipelines.

Du pétrole brut dans la réserve naturelle corallienne d’Eilat, en 1975. (Crédit : Yossi Loya)

« Avant les années 1970, la diversité et la complexité des récifs coralliens étaient énormes », a déclaré Loya mercredi. « Les récifs étaient en très bonne santé. Mais de 1971 à 1979, lorsque les pétroliers iraniens et égyptiens utilisaient le port de l’EAPC à Eilat, il y avait deux à trois déversements de pétrole brut par mois. Toute la réserve naturelle de corail d’Eilat (à environ un kilomètre au sud de deux grands terminaux pétroliers) était noire. À cette époque, il n’y avait pas d’études sur les effets du pétrole sur les coraux, et il n’y avait pas de ministère de la Protection de l’environnement. »

Après la Révolution islamique en Iran, les livraisons de pétrole – et les déversements – sont devenus rares, même si les récifs ont continué à souffrir, d’abord des eaux usées (de 1980 à 1995), puis des effets dévastateurs des cages à poissons, qui n’ont été interdites qu’en 2009. Le récif s’est rétabli, a déclaré M. Loya, mais avec la signature de l’accord pétrolier, l’avenir est à nouveau « sombre ».

Les études de terrain et les recherches en laboratoire que lui et ses étudiants ont menées pendant l’ère pétrolière des années 1970 ont montré une mortalité plus élevée des colonies de coraux, une diminution du nombre de colonies de reproduction, une baisse du nombre de gonades femelles (ovaires) par polype de corail, un plus petit nombre de planulae (larves) produites par tête de corail, une diminution de la viabilité de ces larves à mesure que les concentrations de pétrole augmentent, et une installation réduite des larves sur le récif.

« Je voudrais vous avertir de ce que nous pourrions voir dans un avenir très proche à Eilat », a déclaré Loya. « Depuis janvier, neuf superpétroliers ont déchargé du pétrole aux terminaux pétroliers d’Eilat. »

« L’ensemble du Golfe, y compris la côte du Sinaï, et la côte méditerranéenne, seront exposés à d’énormes dangers liés à des fuites, des accidents ou des événements terroristes », a-t-il ajouté. « Il ne s’agit pas d’un appel d’alerte précoce. C’est l’appel de dernière minute. Les récifs uniques d’Eilat sont en réel danger. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour alerter les décideurs sur cette grave situation. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...