Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

En Autriche, fermeture d’un musée commémorant un dictateur

Une exposition avait ouvert en 1998 dans la maison natale du chancelier chrétien-social Engelbert Dollfuss, qui avait instauré un régime autoritaire, réprimé des militants du mouvement ouvrier et interdit le parti socialiste

Vue extérieure du musée, dans le lieu de naissance du chancelier chrétien-social Engelbert Dollfuss à Texingtal , en Autriche. (Domaine public)
Vue extérieure du musée, dans le lieu de naissance du chancelier chrétien-social Engelbert Dollfuss à Texingtal , en Autriche. (Domaine public)

Un musée régional controversé à la gloire d’un dictateur de l’entre-deux-guerres en Autriche a été démantelé dans la discrétion face aux critiques, nouvelle affaire dans un pays souvent accusé d’avoir du mal à se confronter à l’histoire.

« Le musée a fermé définitivement », a déclaré cette semaine à l’AFP le maire du village de Texingtal (nord) où la petite exposition avait ouvert en 1998 dans la maison natale du chancelier chrétien-social Engelbert Dollfuss, au pouvoir entre 1932 et 1934.

Le parti conservateur ÖVP a longtemps considéré que ce dirigeant avait protégé l’Autriche du nazisme à la suite de l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler en Allemagne. Il a d’ailleurs été assassiné en 1934 lors d’une tentative de coup d’Etat nazie.

Mais il avait aussi dissous le Parlement, instaurant un régime autoritaire, réprimant massivement des militants du mouvement ouvrier et interdisant le parti socialiste.

Les critiques à l’égard du musée montrant quelque 200 pièces – un uniforme, des photos… – se sont faites plus fortes en 2021, lors de la nomination au ministère de l’Intérieur du premier édile de cette commune rurale, le conservateur Gerhard Karner.

Dans la foulée, une commission d’historiens a recommandé son démantèlement progressif, accompagné d’un travail de mémoire.

Mécontents, les héritiers et d’autres donateurs ont alors exigé que des objets alimentant l’exposition soient immédiatement retirés et remis à la région, bastion conservateur.

« Nous avons respecté leur souhait », a expliqué le maire Günther Pfeiffer.

Mais Alexander Hauer, qui dirige le groupe d’historiens, s’est dit « surpris » par la rapidité de la fermeture. Les spécialistes souhaitaient un démontage « constructif et critique sur place » de ce musée, qui avait tout du « mémorial ».

« Dollfuss a été honoré » durant des décennies malgré son sombre héritage, a-t-il rappelé à l’AFP. Le chancelier Kurt Schuschnigg lui a succédé avant l’Anschluss (annexion) par l’Allemagne nazie en 1938.

« Cette période de 1933 à 1938 a été totalement négligée », déplore-t-il, alors que les milliers de victimes n’ont été réhabilitées qu’en 2012.

La manière de nommer cette séquence ne fait toujours pas consensus entre les historiens et dans la classe politique. Un portrait d’Engelbert Dollfuss ornait même les locaux du club parlementaire des conservateurs jusqu’en 2017.

Contrairement à la RFA après guerre, l’Autriche a également éludé sa responsabilité dans les crimes nazis.

Le tournant n’est intervenu qu’à la fin des années 80 avec le débat international sur le passé nazi de Kurt Waldheim, ancien secrétaire général de l’ONU et président autrichien de 1986 à 1992.

Ce n’est qu’ensuite qu’elle s’est penchée sur la période autoritaire précédant le nazisme.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.