Israël en guerre - Jour 236

Rechercher
"Où sommes-nous maintenant ?"

En Autriche, l’art « rouge sang » au camp de concentration nazi par Chiharu Shiota

Les vêtements qui flottent dans l'air comme des fantômes sont utilisés "tels des corps vides", symbolisant "l'absence" des déportés, une "existence visible, mais sans personne"

Des visiteurs devant une installation de cordes rouges et de robes vides flottant , lors du vernissage de l'exposition de l'artiste japonaise Chiharu Shiota dans le tunnel de l'ancien camp de concentration d'Ebensee dans la région du Salzkammergut, à 250 km à l'ouest de Vienne, en Autriche, le 26 avril 2024. (Crédit : Kerstin Joensson/AFP)
Des visiteurs devant une installation de cordes rouges et de robes vides flottant , lors du vernissage de l'exposition de l'artiste japonaise Chiharu Shiota dans le tunnel de l'ancien camp de concentration d'Ebensee dans la région du Salzkammergut, à 250 km à l'ouest de Vienne, en Autriche, le 26 avril 2024. (Crédit : Kerstin Joensson/AFP)

En Autriche, une exposition fait pénétrer l’art dans un camp de concentration pour « rapprocher le public de l’inexprimable » et entretenir le souvenir, – une « démarche d’équilibriste » qui doit se faire selon le mémorial dans le respect des victimes du nazisme.

Quand on entre dans le tunnel creusé sous la roche par les prisonniers principalement polonais, soviétiques et hongrois à Ebensee, on est saisi par la multitude de cordes rouges – 280 km au total – qui relient des immenses robes sur 120 mètres de longueur.

Une installation de la Japonaise de renommée internationale Chiharu Shiota, 51 ans, à voir jusqu’au 30 septembre dans le Salzkammergut, région centrale des lacs élue capitale européenne de la culture en 2024.

Les vêtements qui flottent dans l’air comme des fantômes sont utilisés « tels des corps vides », symbolisant « l’absence » des déportés, une « existence visible, mais sans personne ». L’œuvre s’appelle justement « Où sommes-nous maintenant ? »

On retrouve les fils rouges chers à l’artiste, une couleur associée au sang ou au destin, dit-elle à l’AFP dans l’atmosphère humide et froide du souterrain.

Elle ne connaissait pas ce lieu avant d’avoir été invitée à y exposer mais vit depuis 26 ans en Allemagne et s’est intéressée aux camps de concentration.

Des pièces de l’exposition permanente photographiées lors de l’inauguration de l’installation de l’artiste japonaise Chiharu Shiota dans le tunnel de l’ancien camp de concentration d’Ebensee dans la région du Salzkammergut, à 250 km à l’ouest de Vienne, en Autriche, le 26 avril 2024. Une installation de l’artiste japonaise de renommée internationale Chiharu Shiota, 51 ans, est exposée jusqu’au 30 septembre 2024 à Salzkammergut, élue capitale européenne de la culture en 2024, dans un tunnel creusé en 1943. (Crédit : Kerstin Joensson/AFP)

Originaire d’une puissance alliée d’Adolf Hitler, Shiota regrette que le Japon n’ait pas fait le même travail de mémoire, selon des propos rapportés par le quotidien Die Presse.

À Ebensee, dans le pays natal d’Hitler annexé par le Troisième Reich en 1938, les nazis devaient mener des recherches sur les missiles à partir de 1943. Le projet n’aboutira jamais au cœur de cette galerie aux dimensions impressionnantes, l’une des rares transformées en mémorial et en musée, en 1988.

« C’est la preuve du travail forcé » de 27 000 prisonniers, dont plus de 8 000 mourront dans des conditions inhumaines, rappelle Wolfgang Quatember, le directeur des lieux, selon qui, l’art peut « rendre l’indicible tangible pour les gens ».

Un opéra a déjà été joué entre ces parois sombres. Il avait été composé dans le ghetto de Theresienstadt, au nord de Prague, où ont été détenus des juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

Scène d’un documentaire nazi tourné dans le ghetto de Theresienstadt pendant l’été 1944. (United States Holocaust Memorial Museum)

Des démarches respectueuses donc dans un lieu chargé d’histoire, note le responsable, devant le travail de Shiota.

« Je n’avais jamais osé entrer auparavant parce que cela me paraissait oppressant », dit à l’AFP Monika Fritsch, une créatrice de contenu de 60 ans venue à l’inauguration. « Mais cette installation m’a permis de faire le pas. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.