Rechercher

En Irak après la guerre, l’enfer du quotidien pour près d’un million de sans-papiers

Même si l'Irak a proclamé en 2017 sa victoire contre l'État islamique, la "perte ou destruction" d'actes d'état civil demeure un problème majeur cinq ans plus tard, selon l'ONU

Alia Abdel-Razak, une femme privée de documents d'état civil cruciaux, s'entretient avec un avocat à son domicile de la ville de Mossoul, dans le nord de l'Irak, le 11 décembre 2022. (Crédit : Zaid AL-OBEIDI / AFP)
Alia Abdel-Razak, une femme privée de documents d'état civil cruciaux, s'entretient avec un avocat à son domicile de la ville de Mossoul, dans le nord de l'Irak, le 11 décembre 2022. (Crédit : Zaid AL-OBEIDI / AFP)

Mariée depuis une décennie, Alia Abdel-Razak n’a ni contrat de mariage, ni actes de naissance pour ses quatre enfants. Sans ces papiers officiels, elle fait partie de près d’un million d’Irakiens pour lesquels la vie quotidienne est devenue un parcours du combattant.

Car l’absence d’actes d’état civil « entrave l’accès à des services de base – éducation, soins de santé, sécurité sociale » et peut « restreindre la liberté de mouvement ou entraîner un risque accru d’arrestation et de détention », résume une note du Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR).

Mossoul et sa province, dans le nord de l’Irak, sont particulièrement affectés. En s’emparant de la métropole dont ils ont fait leur « capitale » en 2014, les jihadistes ont installé leur propre administration, chassant les institutions étatiques.

Même si l’Irak a proclamé en 2017 sa victoire contre eux, la « perte ou destruction » d’actes d’état civil demeure un problème majeur cinq ans plus tard, selon l’ONU.

Entre des démarches bureaucratiques éreintantes, une extrême précarité financière, mais aussi les traumatismes et le défi de la réconciliation après les ravages de l’EI, les citoyens ont souvent du mal à faire valoir leurs droits.

Pour régulariser sa situation, Mme Abdel-Razak est aidée gratuitement par une avocate du Comité international de secours (IRC).

L’un des enfants d’Alia Abdel-Razak, une femme privée de documents d’état civil cruciaux, dans sa maison délabrée de la ville de Mossoul, dans le nord de l’Irak, le 11 décembre 2022. (Crédit : Zaid AL-OBEIDI / AFP)

« Pas les moyens »

« Je n’avais pas les moyens, des avocats demandaient 300 ou 500 dollars », déplore-t-elle. « Comment faire si je n’ai même pas de quoi manger ? »

Son appartement délabré à Mossoul en témoigne : sol en béton nu, des matelas fins à même le sol, des vitres cassées colmatées avec du carton.

Mariée en 2012, Alia a eu son premier enfant en 2013. Vivant dans une région rurale, elle n’a pas fait enregistrer son mariage ni cette naissance.

Désormais, elle bataille pour scolariser ses enfants et ne peut obtenir du gouvernement des aides alimentaires dont elle et son mari, menuisier, ont cruellement besoin.

Son avocate a entamé une procédure pour légaliser leur mariage et leur filiation. Une décision de justice est attendue en janvier. Petite victoire : son aînée, Nazek, bientôt dix ans, vient d’intégrer l’école.

Autre difficulté pour obtenir des papiers : avoir le tampon des services de renseignement. Avec un frère accusé de liens avec l’EI, Mme Abdel-Razak a dû s’y prendre à trois reprises.

Dans un Irak qui panse encore ses plaies après la défaite de l’EI, un million de personnes vivent avec au moins un acte d’état civil manquant, selon des statistiques de l’ONU.

Des contrats de mariages contractés sous l’EI doivent être légalisés, des enfants nés durant cette période doivent être reconnus, explique le porte-parole du ministère des Migrations et des Déplacés, Ali Jahangir, qui rappelle par ailleurs la destruction de bureaux d’État civil en raison des « opérations militaires » et la prise de pouvoir des jihadistes.

Hussein Adnan (à gauche), qui a perdu sa carte d’identité alors qu’il fuyait la bataille contre le groupe État islamique (EI) en 2017, dans les bureaux du Comité international de secours (IRC) à Mossoul, dans le nord de l’Irak, le 11 décembre 2022. (Crédit : Zaid AL-OBEIDI / AFP)

« Changement de politique »

Son ministère coordonne des missions administratives mobiles dans les camps de déplacés pour leur permettre d’obtenir les documents manquants, ajoute-t-il.

Responsable de la communication en Irak pour l’ONG internationale IRC, Jordan Lesser-Roy souligne l’importance de sensibiliser tous les échelons étatiques pour accélérer les procédures.

« Il faut obtenir l’approbation du maire (pour faire avancer la procédure), mais il faut aussi un changement de politique », souligne-t-elle, plaidant pour plus de missions mobiles et des hausses budgétaires en faveur de la Direction des affaires civiles, au ministère de l’Intérieur.

Un rapport récent de plusieurs ONG pointait du doigt les complexités supplémentaires pour les familles suspectées « d’affiliation » avec l’EI. Dans le cas d’un mari disparu ou mort et soupçonné de liens avec les jihadistes, une mère voulant obtenir un acte de naissance pour son enfant doit parfois fournir des tests ADN prélevés auprès de proches. Des analyses réalisables uniquement à Bagdad…

Fuyant les combats contre l’EI en 2017, Hussein Adnan, 23 ans, a perdu sa carte d’identité, ce qui lui a valu d’être arrêté et emprisonné cinq mois.

Marié sous l’EI, il a eu un garçon. Outre une nouvelle carte d’identité, il cherche encore à obtenir un acte de naissance pour son fils, dont il a obtenu la garde après un divorce finalement reconnu par les autorités. Une procédure compliquée par le fait que son ex-femme s’était remariée.

Malgré la pression familiale, cet ancien serveur ne travaille pas. « Frappé et torturé » en détention, la peur d’être de nouveau arrêté ne le quitte pas.

« Je ne bouge pas tant que je n’ai pas de carte d’identité », lance-t-il. « Si demain je sors et qu’on me demande ma carte à un barrage, il peut m’arriver la même chose », dit-il.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.