En partant pour Washington, Netanyahu vante ses liens avec Trump
Rechercher

En partant pour Washington, Netanyahu vante ses liens avec Trump

L'Iran et le plateau du Golan figurent en tête de l'ordre du jour de deux réunions de la Maison-Blanche, deux semaines avant que les Israéliens ne se rendent aux urnes

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et son épouse Sara, s'adressant aux journalistes avant de s'envoler pour Washington, le 24 mars 2019. (Raphael Ahren/Times of Israel)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et son épouse Sara, s'adressant aux journalistes avant de s'envoler pour Washington, le 24 mars 2019. (Raphael Ahren/Times of Israel)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a salué les relations exceptionnelles entre les Etats-Unis et Israël alors qu’il se rendait dimanche matin à Washington, où il rencontrera le président américain Donald Trump et prononcera un discours à la conférence politique annuelle de l’AIPAC, deux semaines avant les élections en Israël.

S’adressant aux journalistes alors qu’il montait à bord de son Boeing 777 direction Washington, M. Netanyahu a déclaré que sa relation avec M. Trump est plus forte que celle qu’il entretient avec tous les dirigeants du monde, et que les liens entre les deux pays n’ont jamais été aussi solides.

« Jamais – jamais – une telle relation n’a existé entre un Premier ministre israélien et un président américain. C’est un atout très, très important pour l’État d’Israël, et il est important que [cette relation] continue à nous servir. »

Netanyahu se rend à Washington deux semaines avant que les électeurs israéliens ne se rendent aux urnes le 9 avril, après une campagne au cours de laquelle il a vanté ses succès diplomatiques et ses liens puissants avec Donald Trump.

Le président américain jouit d’un grand soutien parmi les Israéliens et a été félicité dans le pays pour avoir reconnu Jérusalem comme capitale du pays et s’être retiré de l’accord nucléaire international de 2015 visant à limiter le programme nucléaire iranien, contre lequel Netanyahu s’était fermement opposé.

Une affiche de campagne du Likud représentant le président américain Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se serrant la main, est visible à Tel Aviv, le 3 février 2019. (Roy Alima/Flash90)

Jeudi, Trump a soutenu la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan et son diplomate en chef a accompagné le Premier ministre au mur Occidental, des actions censées être favorables à Netanyahu pour les élections.

Le Premier ministre rentrera au pays après son voyage de quatre jours dans la capitale fédérale américaine, où il participera à deux rencontres avec M. Trump. Son principal challenger, Benny Gantz du parti Kakhol lavan, sera également présent à Washington pour la conférence de l’AIPAC, mais n’a pas été invité à la Maison Blanche.

M. Netanyahu a indiqué que l’intention déclarée de M. Trump de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan figurerait en tête de l’ordre du jour de ses entretiens avec lui.

« Je vais parler avec le président Trump du Golan, de son histoire, de la Syrie, de la pression continue et des sanctions supplémentaires contre l’Iran, que les Etats-Unis ont ajoutées et ajouteront, sur la coopération en matière de sécurité et de renseignement qui est sans précédent ».

Le président américain Donald Trump (à droite) rencontre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le 5 mars 2018. (AP Photo/Evan Vucci)

Quand Netanyahu sera sur place, Trump devrait signer une déclaration officielle des États-Unis reconnaissant la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan.

Des reportages de la télévision israélienne ont indiqué vendredi que les responsables de la Maison Blanche étaient en train de rédiger le document en question.

Un drapeau d’Israël flotte sur l’épave d’un char israélien qui se trouve sur une colline du plateau du Golan et qui domine la frontière avec la Syrie, le 18 octobre 2017. (Crédit : JALAA MAREY / AFP)

Jeudi, Trump a annoncé, dans un tweet, qu’il était « temps pour les Etats-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan », bouleversant ainsi des décennies de politique américaine sur la question.

Le chef du gouvernement israélien et sa délégation sont attendus à Washington tôt dimanche matin, mais aucun événement n’est prévu ce jour-là, selon le programme du voyage transmis aux journalistes qui l’accompagnent.

Lundi, il participera à une « réunion de travail » avec M. Trump, qui portera sur « l’agressivité iranienne, les tentatives de l’Iran d’établir des bases militaires en Syrie et comment empêcher Téhéran de se doter d’armes nucléaires », selon le cabinet du Premier ministre. « Les deux discuteront aussi du renforcement de la coopération en matière de sécurité et de renseignement ».

Mardi soir, le président américain accueillera Netanyahu et son épouse Sara pour la deuxième fois, dans le cadre d’un dîner. Bien que le protocole diplomatique stipule que les dîners d’État sont réservés aux chefs d’État, le dîner en aura tous les attributs, d’après les rapports.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu prend la parole lors de la conférence politique de l’American Israel Public Affairs Committee [AIPAC] à Washington, DC, le 6 mars 2018. (AFP / Nicholas Kamm)
Plus tôt dans la journée, à 9 h 30, Netanyahu s’adressera à quelque 18 000 personnes lors de la conférence politique annuelle de l’America Israel Public Affairs Committee [AIPAC], dont la devise cette année est « Connected for Good » (« Connectés pour de bon »).

De nombreux responsables politiques israéliens et plus d’une dizaine de responsables de l’administration américaine doivent également prendre la parole lors de cette conférence de trois jours. Les plus notables d’entre eux sont Gantz, qui s’adressera à la conférence lundi, et le vice-président américain Mike Pence.

Après son discours, M. Netanyahu tiendra une série de réunions politiques au Capitole, notamment avec le leader de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell et son homologue de l’opposition, Chuck Schumer. Il rencontrera également la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de la minorité, Kevin McCarthy.

M. Netanyahu séjournera à la Blair’s House, la résidence officielle de la Maison Blanche.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...