Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

En Suisse, des élus souhaitent interdire les objets et symboles nazis

Vendredi, Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste, le Parlement genevois a voté par 56 voix contre 28 en faveur du texte

Un drapeau nazi à l'exposition "Design of the Third Reich" au Design Museum Den Bosch à Hertogenbosch, aux Pays-Bas, le 17 septembre 2019. (Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Un drapeau nazi à l'exposition "Design of the Third Reich" au Design Museum Den Bosch à Hertogenbosch, aux Pays-Bas, le 17 septembre 2019. (Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)

Un drapeau nazi exhibé à une bourse aux armes, des insignes du IIIe Reich vendus en ligne… Tout cela n’a rien d’anormal en Suisse où l’exhibition et la vente d’objets nazis ne sont pas interdites, contrairement à d’autres pays européens.

Les choses pourraient changer, du moins dans le canton de Genève. Des élus régionaux – de gauche comme de droite – ont présenté en janvier un texte pour « interdire l’exhibition ou le port de symboles, d’emblèmes ou de tout autre objet nazis dans le domaine public ».

Vendredi, Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, le Parlement genevois a voté par 56 voix contre 28 en faveur du texte.

Une fois discuté devant la Commission, il devra ensuite être accepté par le Parlement de Genève puis par le Parlement fédéral de Berne, avant un référendum populaire à Genève.

« Tout le monde dit que c’est une géniale idée, mais comme c’est un projet de loi constitutionnel, ils veulent le voir en commission », a déclaré François Lefort, élu des Verts.

« Il n’y a pas de mesures qui soient trop tardives pour empêcher les idées nazies de s’exprimer à travers ces objets », a affirmé à l’AFP le député libéral Alexis Barbey, co-signataire du texte.

Des exceptions devraient être prévues pour les musées et le cinéma.

« La portée symbolique est très grande puisque ça fait plus d’une vingtaine d’années que différents politiciens de différents partis ont essayé d’interdire ces symboles et ces objets nazis », a commenté le député de la droite radicale UDC Thomas Bläsi, à l’origine du texte.

« Le nazisme n’a pas sa place en Europe, n’a pas sa place en Suisse », a assuré à l’AFP celui qui est l’un des petits-enfants du colonel français Gaston de Bonneval, ancien aide de camp du général de Gaulle.

Arrêté par la Gestapo en 1943, il avait été déporté pendant près de deux ans à Mauthausen. Quelque 200.000 prisonniers – dont près de la moitié sont morts, victimes de la faim, de maladies, gazés ou exécutés – sont passés dans ce camp de concentration, libéré en mai 1945.

« La prévention ne suffit plus »

Il y a 90 ans, le 30 janvier 1933, Adolf Hitler était nommé chancelier, et de plus en plus de voix s’élèvent en Suisse pour que le pays se range aux côtés de ses voisins européens qui, comme l’Allemagne, la Belgique et plusieurs pays de l’Est tels que la Pologne, interdisent les symboles nazis.

En France, la loi interdit l’exhibition d’objets nazis mais pas sa vente, même si elle est rarement tolérée.

En Suisse, « le port, l’exhibition de symboles nazis n’est pas interdit dans l’espace public tant qu’il n’est pas assorti d’un message ou propos de promotion d’idéologie raciste ou antisémite », a expliqué à l’AFP Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la Cicad, représentant les communautés et organisations juives dans la partie francophone du pays alpin.

Cette « particularité » helvétique a permis de faciliter les rassemblements de groupes néo-nazis européens ou de donner lieu à un commerce très ouvert sur internet notamment d’uniformes ou d’objets du IIIe Reich, a-t-il observé.

Ces dernières années, en particulier lors de la période de pandémie et des mesures sanitaires, la Cicad a constaté en Suisse une augmentation substantielle de l’utilisation de symboles liés au nazisme ou à la Shoah, notamment lors des manifestations.

Face à la banalisation de ces symboles, une députée a déposé fin 2021 une motion pour que Berne légifère. En réponse, le gouvernement fédéral a assuré que la meilleure arme restait « la prévention » et qu' »il faut accepter que des idées dérangeantes puissent être exprimées même si la majorité les trouve choquantes ».

Sous pression, il a finalement chargé l’Office fédéral de la Justice d’examiner la nécessité et les possibilités d’agir, qui a conclu en décembre qu’une interdiction expresse de l’utilisation de symboles nazis « est en principe possible, mais que la création d’une nouvelle norme se heurterait à d’importants obstacles juridiques ».

Pour la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI), il est temps d’agir: « Quand la prévention ne suffit plus, le droit pénal doit intervenir ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.