Rechercher

Encore accusé d’antisémitisme, le mea culpa en demi-teinte de Jean-Luc Mélenchon

Jeudi, face à Bruce Toussaint, le chef de la LFI affirmait qu’Eric Zemmour n’était pas antisémite. La raison : sa reproduction de nombre de scénarios culturels liés au judaïsme...

Le leader français d'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon s'exprime lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 octobre 2018. (Crédit : AP Photo/Michel Euler)
Le leader français d'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon s'exprime lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 octobre 2018. (Crédit : AP Photo/Michel Euler)

La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux. Sur le plateau de BFM TV, d’un ton sûr et déterminé, Jean-Luc Mélenchon, chef de la France insoumise et candidat à la présidentielle, répond à la question de savoir si Eric Zemmour est antisémite :

« Monsieur Zemmour ne doit pas être antisémite parce qu’il reproduit beaucoup de scénarios culturels, on ne change rien à la tradition, on ne bouge pas, la créolisation, mon Dieu, quelle horreur ! Tout ça, ce sont des traditions qui sont beaucoup liées au judaïsme. Cela a ses mérites, cela lui a permis de survivre dans l’Histoire. Donc je ne crois pas qu’il soit antisémite, » répond Mélenchon.

Sur les réseaux sociaux, quelques réactions émergent. Mais il faut attendre vendredi matin et le tweet du co-secrétaire de la section EELV du Rhône, Nathan Guedj, pour que le sujet fasse la Une des médias.

Personnalités publiques et anonymes s’indignent et dénoncent des paroles antisémites, à l’image de Christophe Castaner, patron des députés LREM.

Un avis largement partagé par le socialiste Pierre Moscovici notamment. Le premier président de la Cour des comptes tance un “propos absurde, ignorant et ambigu” et dénonce un Jean-Luc Mélenchon “en recherche d’un effet miroir propice à toutes les surenchères. »

Le Rassemblement national (RN) monte au créneau. Le député européen Gilbert Collard estime que « le pire du pire » vient « d’être dit » par le candidat à la présidentielle.

Finalement, après des heures sous-silence, sur ses réseaux sociaux, le chef de file de la France insoumise tente de clarifier :

ENCORE ! ANTISÉMITISME ET ZEMMOURISME : LA NAUSÉE.Encore et encore. À chaque occasion l’accusation d’antisémitisme…

Posted by Jean-Luc Mélenchon on Friday, October 29, 2021

Jean-Luc Mélenchon estime qu’ « à chaque occasion l’accusation d’antisémitisme revient comme un refrain contre (lui) par les mêmes haineux (…) Sans fondement, sans argument, à tous propos et surtout hors de propos. Jusqu’à la nausée ». « On m’attribue, depuis, que j’aurais situé l’origine des idées d’extrême droite de Zemmour dans le judaïsme. C’est une stupidité ! », poursuit-il. Puis, il se dit prêt à admettre s’être « mal exprimé puisqu'(il) a donné prise à des interprétations qui sont au contraire de ce qu(‘il) pense. »

Depuis, ses proches et soutiens se sont mobilisés.

Samedi, sur Franceinfo, Mathilde Panot, présidente du groupe La France insoumise à l’Assemblée nationale, estime que son collègue a été clair : “Nous avons assez d’antisémites dans notre pays sans en inventer des nouveaux ». « Toutes celles et ceux qui suivent le parcours de Jean-Luc Mélenchon qu’ils regardent le programme France insoumise, ils verront la cohérence que nous avons dans la lutte contre ce poison », a-t-elle affirmé.

Ces derniers mois, Jean-Luc Mélenchon a été au cœur de plusieurs polémiques.

En juin dernier, l’une d’elles avait largement choqué lorsque dans l’émission Questions politiques sur France inter, il prédisait “un grave incident ou un meurtre » lors de la dernière semaine de campagne de la présidentielle de 2022, en faisant référence notamment à Mohammed Merah, le terroriste djihadiste qui a tué Jonathan Sandler et deux de ses enfants, Gabriel, 3 ans, et Aryeh, 6 ans ainsi qu’une autre petite fille de 8 ans, Myriam Monsonégo en mars 2012 à l’école Ozar HaTorah de Toulouse. Des propos qui lui avaient valu, cette fois, d’être qualifié de complotiste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...