Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Enquête pour crime de haine après la découverte de graffitis au bureau d’un recteur de l’université du Michigan

"C'est un message qui vise à effrayer les Juifs", a commenté Jordan Acker qui, aux côtés d'autres membres du conseil d'administration de l'université, a récemment été pris pour cible par les manifestants anti-Israël

Des graffitis pro-palestiniens et anti-Israël à l'extérieur des bureaux du cabinet d'avocat Goodman Acker à Southfield, dans le Michigan, au nord de Détroit, le 3 juin 2024. (Crédit : AP Photo/Corey Williams)
Des graffitis pro-palestiniens et anti-Israël à l'extérieur des bureaux du cabinet d'avocat Goodman Acker à Southfield, dans le Michigan, au nord de Détroit, le 3 juin 2024. (Crédit : AP Photo/Corey Williams)

SOUTHFIELD, Michigan — Une enquête pour crime de haine a été ouverte après la découverte de graffitis pro-palestiniens et anti-israéliens à l’extérieur des bureaux d’un cabinet d’avocats du Michigan, a fait savoir la police de la périphérie de Détroit dans la journée de lundi.

Jordan Acker, membre du conseil d’administration de l’Université du Michigan et avocat, a évoqué un acte de vandalisme « antisémite ». Les employés du cabinet d’avocats Goodman Acker qui se rendaient aux bureaux de la firme, à Southfield, ont découvert les graffitis peints à la bombe dans la matinée de lundi, a-t-il précisé.

Des taches de peinture rouge recouvraient le panneau situé au-dessus de la porte du bâtiment qui signalait le cabinet d’avocats. « LIBEREZ LA PALESTINE », était-il écrit à la peinture noire sur les murs, tandis que les inscriptions « DESINVESTISSEZ MAINTENANT » et « L’U-M TUE » – une référence faite à l’université du Michigan – étaient écrites en lettres rouges sur au moins une fenêtre et sur un trottoir.

Le chef de la police de Southfield, Elvin Barren, a annoncé que les enquêteurs pensaient que les graffitis avaient été réalisés entre 1h39 et 1h46 du matin, lundi. Le FBI et d’autres agences apportent leur aide dans le cadre des investigations.

« Ne vous y trompez pas, cibler des responsables élus juifs est de l’antisémitisme », a commenté auprès de journalistes Acker, qui est Juif.

« Cela n’a rien à voir avec la Palestine, avec la guerre à Gaza ou avec quoi que ce soit d’autre », a-t-il continué. « C’est un message qui vise à effrayer les Juifs. Je ne suis pas pris pour cible aujourd’hui parce que je suis recteur. Je suis pris pour cible parce que je suis Juif. »

Des graffitis pro-palestiniens et anti-Israël à l’extérieur des bureaux du cabinet d’avocat Goodman Acker à Southfield, dans le Michigan, au nord de Détroit, le 3 juin 2024. (Crédit : AP Photo/Corey Williams)

Acker a été élu au conseil d’administration de l’université en 2018 et il est l’un des huit recteurs de l’établissement d’enseignement supérieur. D’autres membres du conseil ont aussi été visés par les manifestants, lors des récents mouvements de protestation qui ont éclaté à l’université du Michigan.

Les campements dressés par les opposants à la guerre à Gaza se sont multipliés sur les campus américains et européens ces dernières semaines. Les étudiants demandent à leurs universités de cesser d’investir en Israël ou dans les entreprises qui, considèrent-ils, soutiennent l’État juif dans sa campagne militaire contre le Hamas, au sein de l’enclave côtière – une guerre qui a été déclenchée par l’assaut sanglant lancé par les hommes armés du groupe terroriste en Israël, le 7 octobre. Les organisateurs du mouvement de protestation cherchent à amplifier les appels en faveur d’un arrêt définitif des combats.

Il y aurait eu au moins 85 incidents depuis le 18 avril, donnant lieu à des arrestations lors de rassemblements organisés sur les campus, dans tous les États-Unis. Plus de 3 110 personnes ont été appréhendées par les forces de l’ordre sur les campus de différents établissements d’enseignement supérieur.

Le 21 mai, la police a procédé au démantèlement d’un campement pro-palestinien qui était dressé depuis un mois sur le campus Ann Arbor, au sein de l’Université du Michigan. Environ 50 personnes qui occupaient le Diag, dans l’école – un site connu depuis des décennies pour accueillir des mouvements de protestation – ont été dispersées, et quatre au moins ont été arrêtées.

Des cadavres ensanglantés factices installés par des militants anti-Israël devant la maison de la présidente du conseil d’administration de l’Université du Michigan, Sarah Hubbard, le 15 mai 2024, sur une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. (Utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Un groupe formé d’une trentaine de manifestants s’était présenté, le 15 mai, devant l’habitation de la présidente du Conseil des recteurs Sarah Hubbard, plaçant sur la pelouse des draps teintés de rouge et rembourrés, leur donnant l’apparence de sacs mortuaires. Ils ont joué du tambour et crié des slogans, seulement interrompus par le bruit d’une corne de brume.

Des individus dont le visage était dissimulé ont aussi placardé des revendications sur les portes d’autres membres du conseil d’administration, Acker précisant qu’une liste de demandes avait été laissée à son domicile à 4h40 du matin.

Les protestataires appellent l’université à cesser d’investir dans les entreprises qui entretiennent des liens avec Israël. Mais l’université affirme ne procéder à aucun investissement direct. Elle a fait savoir qu’une somme s’élevant à moins de 15 millions de dollars avait, en effet, été placée dans des fonds susceptibles de comprendre des firmes israéliennes, mais elle a noté que ce placement représentait moins de 0,1 % des dotations.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.