Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

Enquête sur des accusations de violences policières lors d’une manifestation anti-gouvernement

L'incident impliquant un homme, frappé avec des rênes par un policier à cheval, fera l'objet d'une enquête ; Le cousin d'un otage arrosé par un canon à eau dénonce la police

Des manifestants opposés au Premier ministre Benjamin Netanyahu et à son gouvernement lèvent le poing alors que la police utilise un canon à eau contre eux à Tel Aviv, le 24 février 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des manifestants opposés au Premier ministre Benjamin Netanyahu et à son gouvernement lèvent le poing alors que la police utilise un canon à eau contre eux à Tel Aviv, le 24 février 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministère de la Justice va enquêter sur un incident au cours duquel un agent de la police montée a frappé à la tête, avec ses rênes, un manifestant lors d’une manifestation anti-gouvernementale très houleuse à Tel Aviv, samedi soir.

Sur les images de l’incident, on peut voir le manifestant tomber au sol en se tenant la tête alors que les agents de la police montée déambulaient entre les centaines de manifestants rassemblés au croisement des rues Kaplan et Begin.

Cette manifestation tumultueuse a été émaillée d’autres violences, comme l’utilisation de canons à eau contre les manifestants, pour la première fois depuis le 7 octobre.

Selon la police et des informations données par les médias israéliens, ces plaintes pour brutalités policières devraient faire l’objet d’une enquête de la part de l’unité des enquêtes internes de la police du ministère de la Justice.

Dans un communiqué publié dimanche, la police israélienne a déclaré que les manifestants avaient ignoré les avertissements de la police, bloqué les routes et affronté la police « en dépit des tentatives répétées pour négocier ».

Vingt-et-une personnes ont été interpellées lors de la manifestation, a fait savoir la police. Des manifestants blessés ont dû recevoir des soins.

La police utilise un canon à eau pour disperser des manifestants opposés au Premier ministre Benjamin Netanyahu et au gouvernement, à Tel Aviv, le 24 février 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

On ignore encore si l’homme frappé par les rênes, qui n’a pas été identifié, a eu besoin de soins. Sur les images, on voit d’autres manifestants accourir près de lui pour prendre de ses nouvelles et l’aider à se relever. Un policier s’est également approché de lui pour lui demander si tout allait bien.

Ces affrontements entre policiers et manifestants sont l’un des plus intenses depuis le début de la guerre, le 7 octobre dernier. Les manifestations contre la réforme judiciaire de la coalition avaient cessé depuis le début de la guerre, mais les manifestations ont repris de la vigueur, ces dernières semaines, lorsque les militants antigouvernementaux ont pris fait et cause pour les proches d’otages militant en faveur d’un accord de libération des otages de Gaza.

Des proches d’otages ont été pris pour cible par des canons à eau de la police.

Yifat Calderon, cousine de l’otage Ofer Calderon, blessée par le canon à eau, a déclaré dimanche au micro de la radio Kan que la police avait continué à les asperger même après qu’ils leur ont crié être des proches d’otages.

« J’ai eu de la chance que l’un de mes amis m’ait fait faire un pas de côté », dit-elle. « La police a perdu le contrôle hier. Il n’était pas nécessaire d’utiliser la force, ni contre les familles, ni contre des civils innocents », explique-t-elle.

« Derrière moi se tenait un de mes amis, qui tenait la banderole d’Ofer : un policier à cheval l’a piétiné et jeté au sol. Il n’y avait aucune raison de se comporter de la sorte. C’est une honte pour la police israélienne : une telle violence n’a aucune raison d’être », ajoute-t-elle.

Des manifestants opposés au Premier ministre Benjamin Netanyahu et au gouvernement lèvent le poing alors que la police utilise un canon à eau sur eux à Tel Aviv, le 24 février 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les violentes manières de la police avaient déjà soulevé de vives critiques lors des manifestations contre la refonte judiciaire qui ont secoué Israël pendant une grande partie de 2023. Les militants en avaient rejeté la responsabilité sur le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, qui avait incité la police à agir de manière agressive contre les manifestants.

Le chef de l’opposition Yair Lapid a qualifié ces violences policières de « dangereuses, antidémocratiques et insupportables ».

« Le droit de manifester est un droit fondamental, et il ne peut pas être retiré aux manifestants par des matraques ou des canons à eau », a-t-il déclaré.

Les organisateurs de la manifestation anti-gouvernementale ont également dénoncé ces brutalités, attribuées au « ministre de la destruction du gouvernement », apparente référence à Ben Gvir.

« La voix des citoyens israéliens demandeurs de changement de la part des autorités les moins capables de toute l’histoire du pays ne sera pas réduite au silence, elle ne fera que s’amplifier », peut-on lire dans un communiqué des organisateurs.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.