Enseignement de la Shoah : L’Ukraine, candidate à l’IHRA
Rechercher

Enseignement de la Shoah : L’Ukraine, candidate à l’IHRA

Le Premier ministre et le président élu du pays sont tous deux Juifs. Mais les Ukrainiens continuent à célébrer les collaborateurs nazis qui ont lutté contre l'empire soviétique

Le président ukrainien Petro Poroshenko ravive la flamme éternelle dans la Salle du souvenir au mémorial de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem, le 21 janvier 2019 (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
Le président ukrainien Petro Poroshenko ravive la flamme éternelle dans la Salle du souvenir au mémorial de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem, le 21 janvier 2019 (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

KIEV, Ukraine (JTA) — L’Ukraine a déposé sa candidature pour rejoindre le principal groupe de travail oeuvrant à l’enseignement de la Shoah.

Cette candidature, annoncée lundi, pourrait bien établir un précédent pour l’IHRA (International Holocaust Remembrance Association) qui compte 31 Etats-membres comme pour l’Ukraine, dont le président élu est Juif mais dont le gouvernement célèbre des collaborateurs des nazis.

« Cette candidature n’est pas seulement une question politique, elle concerne également le débat équitable et honnête sur l’histoire », a expliqué le ministre des Affaires étrangères Pavlo Klimkin alors qu’il annonçait l’initiative ukrainienne à la conférence du Forum juif de Kyiv.

François Croquette, ambassadeur français des droits de l’Homme, a salué cette candidature.

« Cette démarche me réjouit et la France soutiendra cette initiative et, je l’espère, accueillera l’Ukraine dans les meilleurs délais, » au sein de l’IHRA, a-t-il expliqué.

L’acteur comique ukrainien, showman et candidat à la présidence Volodymyr Zelensky s’exprime lors d’un entretien avec l’AFP après avoir participé au tournage de la série tv ‘Serviteur du peuple’ où il joue le rôle du président d’Ukraine, à Kiev le 6 mars 2019. (Sergei SUPINSKY / AFP)

Le mois dernier, l’acteur Volodymyr Zelensky, qui est Juif, a été élu président lors d’un triomphe électoral. Fait unique dans le monde à l’exception d’Israël, le Premier ministre ukrainien, Volodymyr Groysman, est également Juif.

« L’absence de rhétorique antisémite pendant la campagne est un miracle, un fait stupéfiant qui montre combien l’Ukraine a évolué », a déclaré Elan Carr, envoyé spécial américain délégué à la lutte contre l’antisémitisme, lors de la conférence. Il a affirmé qu’il se positionnerait lui-même comme « défenseur de l’Ukraine » en partie pour cette raison.

Organisée par la confédération juive d’Ukraine, cette conférence qui a réuni environ 200 participants a établi une rare convergence entre les organisations juives ukrainiennes majeures, qui ont été longtemps divisées par des animosités personnelles et des différences idéologiques.

Parmi les questions qui divisent les Juifs ukrainiens, le fait que l’Ukraine soit allée plus loin que la majorité des autres nations européennes dans la glorification des collaborateurs des nazis et autres persécuteurs de Juifs. Des monuments ont été érigés à leur mémoire, rendant hommage à leur combat contre les Soviétiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...