Erdan interdit la restitution de corps de terroristes palestiniens
Rechercher

Erdan interdit la restitution de corps de terroristes palestiniens

Le ministre interdit d’autres funérailles après la vidéo montrant les funérailles d’Alaa abu Jamal, qui a tué un Israélien dans une attaque terroriste en octobre à Jérusalem

Manifestants rendant hommage au terroriste palestinien Alaa abu Jamal dans le quartier Jabel Mukaber de Jérusalem Est, devant le cimetière où ont lieu ses funérailles, le 23 mai 2016. (Crédit : capture d'écran Ynet)
Manifestants rendant hommage au terroriste palestinien Alaa abu Jamal dans le quartier Jabel Mukaber de Jérusalem Est, devant le cimetière où ont lieu ses funérailles, le 23 mai 2016. (Crédit : capture d'écran Ynet)

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a annoncé mardi avoir interdit à la police de « restituer les corps de terroristes palestiniens » tués résidents de Jérusalem Est, selon une porte-parole de la police.

La décision suit une campagne des familles qui dure depuis des mois, y compris par des appels à la Cour suprême, pour que les corps soient rendus. La police a déclaré craindre que les funérailles des attaquants décédés, qui ont été tués pendant qu’ils poignardaient, tiraient sur ou tentaient d’écraser des Israéliens au cours de ces sept derniers mois, ne se transforment en rassemblement de masse en soutien à d’autres attaques terroristes.

La Cour Suprême israélienne avait appelé le 5 mai le gouvernement à permettre la restitution à leur famille des corps de Palestiniens tués en menant des attaques contre des Israéliens avant le début du Ramadan, célébré à partir de début juin.

Ce sujet divise les dirigeants israéliens. Selon Erdan, le refus de restituer les corps permet d’éviter que les funérailles ne se transforment en manifestations hostiles et aurait un effet dissuasif. Les responsables militaires qui ont la responsabilité de ces corps estiment au contraire que leur non-restitution est contre-productive et alimente les violences.

La police accepte de restituer le corps à condition que l’enterrement soit privé et ne comprenne pas d’appels à d’autres attaques.

Image de Alaa abu Jamal poignardant des passants pendant un attaque terroriste à Jérusalem le 15 octobre 2015. L'attaque est saluée dans le clip de "Amoureux des attaques au couteau", pendant que la vidéo de l'attaque est montrée. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Image de Alaa abu Jamal poignardant des passants pendant un attaque terroriste à Jérusalem le 15 octobre 2015. L’attaque est saluée dans le clip de « Amoureux des attaques au couteau », pendant que la vidéo de l’attaque est montrée. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Lundi soir, le site d’information Ynet a diffusé une vidéo des funérailles à Jérusalem Est, dans le quartier de Jabel Moukaber, d’un assaillant palestinien, Alaa abu Jamal, qui montrait environ 200 personnes manifestant devant le cimetière aux cris de « Allahu akbar » et « dans l’esprit et le sang nous te vengerons, martyr ».

Erdan a qualifié ces manifestations d’ « incitations à la violence et au soutien du terrorisme ».

La police des frontières a empêché les manifestants d’entrer dans le cimetière et de prendre part aux funérailles d’Alaa abu Jamal, résident de Jérusalem Est, qui a mené une attaque mortelle en octobre dernier dans la capitale.

Abu Jamal, dont des proches avaient mené l’attaque terroriste mortelle de la synagogue Har Nof en 2014, avait dirigé son véhicule vers un groupe de personnes attendant à un arrêt de bus de la rue Malchei Yisrael, dans le quartier Makor Baruch. Il était ensuite sorti de son véhicule, armé d’un couteau de boucher, et avait sauvagement attaqué les survivants de sa première attaque à la voiture-bélier. Yeshayahu Kirshavski, 60 ans, avait été assassiné, et l’assaillant avait été tué par un garde de sécurité qui s’était précité sur les lieux.

« Je viens de voir les images scandaleuses des funérailles, a écrit Erdan mardi sur Facebook, dans lesquelles les conditions de la police et les engagements de la famille du terroriste n’ont pas été respectés. La [famille] a organisé des funérailles massives, avec des cris d’incitation et de soutien au terrorisme. »

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan arrivant à la réunion hebdomadaire du gouvernement à Jérusalem, le 3 janvier 2016 (Crédit : Alex Kolomoisky / POOL)
Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan arrivant à la réunion hebdomadaire du gouvernement à Jérusalem, le 3 janvier 2016 (Crédit : Alex Kolomoisky / POOL)

« Les familles des terroristes ont menti à la Cour suprême après s’être engagées à respecter les instructions de la police, et c’est une honte que la Haute cour les ait crues et ait fait pression sur la police pour qu’elle restitue le corps », a-t-il ajouté.

« J’espère que la Cour suprême est exposée à ces images d’incitation, qui ne devrait être autorisée à se reproduire, et certainement pas dans la capitale d’Israël, Jérusalem. »

Selon la radio publique israélienne et Ynet, la police estime que les engagements pris par la famille ont été respectés, soulignant que la large foule et les appels et soutiens au terrorisme venaient de l’extérieur du cimetière, et ont été filmés alors que le corps était transporté de la mosquée voisine vers le site d’enterrement.

Interrogé sur Twitter sur ces affirmations contradictoires, Erdan a répondu : « Dans l’analyse finale, il y avait un rassemblement d’incitation et de soutien au terrorisme. Il n’y a aucun doute que la foule venue aux funérailles a été invitée ou était informée par les familles et les organisateurs. C’est une violation. »

Il a ajouté : « Pour notre propos, il n’y a pas de différence si le public est devant la barrière du cimetière ou dedans. »

L’armée israélienne avait annoncé lundi que les corps de deux Palestiniens, un frère et une sœur accusés d’avoir tenté de poignarder des gardes-frontières en Cisjordanie, avaient été rendus à leur famille.

Selon des sources palestiniennes, les autorités israéliennes détiennent les corps de neuf terroristes palestiniens, dont six originaires de Jérusalem Est et trois de Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...