Erdan : le BDS constitue une menace pour le monde entier
Rechercher

Erdan : le BDS constitue une menace pour le monde entier

Le mouvement de boycott constitue "une menace contre chaque d’entre vous", a déclaré Gilan Erdan aux ambassadeurs étrangers, avant d’admettre que les Israéliens en parlent trop

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre de la Sécurité intérieure et de la diplomatie, Gilad Erdan, s' adressant des diplomates étrangers à l'université Bar-Ilan, le 22 mars 2016 (Crédit : Yoni Reif)
Le ministre de la Sécurité intérieure et de la diplomatie, Gilad Erdan, s' adressant des diplomates étrangers à l'université Bar-Ilan, le 22 mars 2016 (Crédit : Yoni Reif)

Le mouvement de Boycott, Cession et Sanctions (BDS) n’est pas seulement une menace pour Israël mais pour la totalité du monde libre, a déclaré le ministre israélien à un groupe de diplomates étrangers mardi.

« BDS ne devrait pas seulement être perçu comme une menace à Israël, c’est une menace envers la communauté internationale, envers vos pays, et tous ceux qui ont défendent les droits de l’Homme et les libertés », a déclaré le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan.

Membre du très restreint Cabinet de sécurité, Erdan est aussi ministre des Affaires stratégiques et de la diplomatie publique (hasbara) et est en charge des efforts du gouvernement pour combattre le mouvement BDS.

Bien qu’il ait consacré un discours entier à ce sujet, Erdan a reconnu qu’Israël exaggère souvent l’impact des appels au boycott, ce qui au final ne fait qu’accroître le phénomène. Il a également fait remarquer qu’un « consensus international croissant » s’oppose au BDS.

S’exprimant au Forum annuel des Ambassadeurs à l’Université Bar-Ilan dans les environs de Tel Aviv, en compagnie de 50 diplomates de plusieurs pays, y compris l’Egypte, la Turquie et l’Afrique du Sud, Erdan, du Likud, a déclaré que le but ultime du BDS n’était rien de moins que de « détruire Israël ».

Pour parvenir à leur objectif, a-t-il déclaré, les activistes font pression sur des entreprises internationales opérant en Israël, attaquent des magasins vendant des produits israéliens, menacent des universités accueillant des intervenants israéliens et intimident des artistes prévoyant de se produire en Israël.

« Ces tactiques sont accompagnées d’une propagande anti-Israël si vicieuse qu’elle rendrait les plus grands antisémites de l’histoire fiers, a déclaré Erdan s’exprimant en anglais. Les dirigeants palestiniens « contribuent à cette attaque en encourageant les campagnes du BDS et en faisant la promotion du mensonge qu’Israël ne serait pas intéressé aux négociations », a-t-il continué.

S’adressant directement aux ambassadeurs étrangers, il leur a demandé de ne pas oublier qu’aussi nocif soit le BDS pour Israël, le mouvement « constitue également une menace pour chacun d’entre vous. C’est une menace pour tous ceux qui se préoccupent de la démocratie, des droits de l’Homme et d’une paix viable entre Israéliens et Palestiniens ».

Erdan a listé les raisons pour expliquer pourquoi le mouvement pose une menace mondiale. Tout d’abord, a-t-il expliqué, le BDS cherche à détruire les liens scientifiques, académiques et économiques dans la communauté internationale. « Cela serait mauvais pour Israël, mais cela serait très mauvais pour des millions de personnes dans le monde qui dépendent des innovations israéliennes pour leurs vies et leur bien-être ».

Deuxième, la campagne de boycott « menace les valeurs les plus fondamentales des démocraties », comme la liberté de parole, a déclaré Erdan. Il a déclaré que les activistes de BDS cherchent à étouffer une discussion ouverte, « essayent de vous forcer à accepter leurs vues, et vous menacent si vous n’êtes pas d’accord ».

Ils font pression sur les entreprises, harcèlent les consommateurs et mettent des artistes sur des listes noires. « Maintenant, la critique des politiques du gouvernement israélien est certainement légitime, bien que cela ne soit pas recommandé, mais c’est légitime, a-t-il plaisanté. Les extrémistes du mouvement BDS ne sont pas intéressés par la critique, ils veulent imposer leurs vues aux autres ».

Si les démocraties permettent aux partisans du BDS de profiter de la liberté d’expression pour intimider des opposants et réduire au silence le débat, des méthodes similaires seront bientôt utilisées contre d’autres cibles aussi, a-t-il assuré.

« Ce qui commence avec Israël ne s’arrêtera pas à Israël. Les tactiques perfectionnées par les terroristes palestiniens, comme les détournements d’avions, et je n’ai pas besoin d’en dire plus aujourd’hui, se répandent rapidement aux organisations terroristes dans tout le monde, les tactiques du BDS se répandront rapidement à d’autres groupes ».

En outre, il a déclaré que le BDS est « une menace directe à l’idée universelle des droits de l’Homme » et il l’a accusé de stygmatiser Israël tout en ignorant des abus encore plus importants des droits de l’homme en Iran, en Syrie et ailleurs. « Cette hypocrisie ne sape pas uniquement l’idée basique de droits et standards universels, mais fait également du tort au système international dans son ensemble ».

Le mouvement de boycott met également en péril le processus de paix israélo-palestinien car il « met en place des murs au lieu de construire des ponts », a déclaré Erdan, qui est connu pour s’opposer à la solution à deux Etats.

« Cela signale à la direction palestinienne qu’il n’y a pas besoin pour eux d’engager des négociations difficiles ou de faire des compromis douloureux. Ils peuvent tout simplement attendre que le mouvement BDS force Israël à céder à leurs demandes ».

Un tel raisonnement est terriblement erroné, a fait valoir le ministre, car le mouvement BDS « n’a pas et n’influera pas les décisions d’un gouvernement israélien, de droite ou de gauche. Une solution à deux Etats ne sera possible que grâce à des négociations et des compromis des deux côtés ».

Après sa présentation, lors d’une brève session de question réponse, l’ambassadeur de l’Union européenne en Israël, Lars Faaborg-Andersen, a demandé si Israël ne gonflait pas le mouvement BDS en évoquant énormément ce sujet, d’autant plus qu’Erdan a reconnu que c’est un phénomène marginal.

« Je suis totalement d’accord avec vous que nous ne devons pas répondre à toute déclaration ou activité du BDS », a répondu Erdan.

« C’est une erreur mais comme j’ai l’habitude de dire, l’un des plus grands avantages d’Israël est que c’est une démocratie, ce qui est également l’un de nos plus grands inconvénients. Parce que tout le monde peut dire ce qu’ils veulent. Je ne peux pas les forcer à ne pas répondre ».

Lorsque les responsables israéliens ou les défenseurs pro-israéliens se prononcent contre les efforts visant à boycotter l’Etat juif, c’est une victoire pour les partisans et ceux qui financent le mouvement BDS, a-t-il ajouté.

Lars Faaborg-Andersen, l'émissaire de l'Union européenne en Israël (Crédit : capture d’écran YouTube)
Lars Faaborg-Andersen, l’émissaire de l’Union européenne en Israël (Crédit : capture d’écran YouTube)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...