Erdan ordonne une enquête sur les enquêteurs qui ont accusé Netanyahu
Rechercher

Erdan ordonne une enquête sur les enquêteurs qui ont accusé Netanyahu

Le ministre de la Sécurité publique, dont le bureau supervise la police, écrit une lettre à Avichai Mandelblit, disant que les recommandations mettent en danger le gouvernement

Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, prend la parole lors de la conférence internationale des juristes à Jérusalem, le 5 février 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, prend la parole lors de la conférence internationale des juristes à Jérusalem, le 5 février 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan a envoyé mercredi une lettre au procureur général Avichai Mandelblit l’exhortant à enquêter sur les accusations du chef de la police Roni Alsheich selon lesquelles les agents enquêtant sur la corruption présumée du Premier ministre Benjamin Netanyahu avaient été faites.

« C’est une déclaration importante et inquiétante (faite par Alsheich) qui devrait faire perdre le sommeil à quiconque prend au sérieux la primauté du droit et l’indépendance des forces de l’ordre », a écrit Erdan, dont le ministère supervise la police.

« Je ne peux pas ignorer ces choses et passer au point suivant de l’ordre du jour ».

Dans une rare interview accordée la semaine dernière à l’émission d’enquête « Uvda » de Hadashot, Alsheich a affirmé que des « personnalités influentes » avaient engagé des enquêteurs privés pour suivre, faire pression et recueillir des informations sur les enquêteurs de police travaillant dans les affaires Netanyahu, apparemment pour les discréditer personnellement s’ils recommandaient des inculpations.

Le procureur général Avichai Mandelblit lors d’un événement à la Knesset en l’honneur de la police israélienne, le 5 janvier 2018 (Yitzhak Harari / Knesset)

Dans sa lettre de mercredi, Erdan a demandé à Mandelblit de mener l’enquête sur les revendications d’Alsheich, en disant que son ministère n’avait pas les moyens de le faire seul.

« Laisser cette question ‘en suspend’ sans que le public ne reçoive des informations sur ce qui s’est réellement passé pourrait considérablement nuire à la confiance du public dans les systèmes gouvernementaux », a conclu le ministre de la Sécurité publique.

Netanyahu a répondu en appelant à une enquête immédiate sur les recommandations « fausses et scandaleuses » d’Alsheich, et a également déclaré que les accusations jettent le doute sur l’objectivité des officiers de l’affaire, ainsi que sur la pureté de l’enquête entière le concernant.

Par ailleurs, M. Alsheich comparaîtra dimanche devant le Comité des affaires internationales et de l’environnement de la Knesset pour commenter ses propos dans l’interview « Uvda ».

L’audience avec Alsheich était initialement prévue pour mercredi, mais le député Likud Yoav Kisch, président du comité, a annoncé mardi que l’audience serait reportée après la publication des recommandations de la police visant à inculper Netanyahu pour corruption et fraude mardi soir.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors de la conférence Muni Expo 2018 au Centre des congrès de Tel Aviv le 14 février 2018. (Tomer Neuberg/Flash90)

La demande du Premier ministre pour que les accusations d’Alsheich fassent l’objet d’une « enquête immédiate, indépendante et objective » a apparemment été le déclencheur pour Kisch afin de convoquer le chef de la police.

Mardi, la police a recommandé que Netanyahu soit inculpé pour corruption, fraude et abus de confiance dans deux enquêtes criminelles le soupçonnant d’avoir accepté des cadeaux et des avantages de riches hommes d’affaires en échange de la promotion de leurs intérêts.

Netanyahu a qualifié les recommandations de la police d’infondées, jurant son innocence et disant qu’il dirigerait Israël pour les années à venir.

Les recommandations de la police vont maintenant être transmises au procureur général Avichai Mandelblit, qui devra décider s’il convient d’inculper Netanyahu pour l’une ou l’autre des accusations suggérées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...