Erdogan promet une aide militaire à Doha
Rechercher

Erdogan promet une aide militaire à Doha

Deuxième visite du président turc depuis le début des tensions entre Ryad et Doha ; l'émirat est accusé de financer le terrorisme et de se rapprocher de l'Iran

Tamim ben Hamad Al-Thani (d) et Recep Tayyip Erdogan, le 2 décembre 2015 à Doha, au Qatar (Crédit : Capture d’écran YouTube)
Tamim ben Hamad Al-Thani (d) et Recep Tayyip Erdogan, le 2 décembre 2015 à Doha, au Qatar (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a promis mercredi lors d’une visite au Qatar qu’Ankara continuerait à apporter une aide militaire à ce pays, alors qu’une crise diplomatique sans précédent dans le Golfe oppose Doha à Ryad depuis juin.

Il a aussi indiqué que le secteur privé turc était prêt à aider Doha dans les projets en construction dans le cadre des préparatifs pour la Coupe du monde 2022 qu’organise le Qatar, selon l’agence de presse officielle QNA.

Lors de sa visite, le président turc a eu un entretien avec l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, selon l’agence.

Il a annoncé que les deux pays avaient signé plusieurs accords dans les secteurs financier, touristique et de la recherche.

« Erdogan a souligné le soutien continu de la Turquie à l’Etat du Qatar dans différents domaines, tout spécialement industriel et militaire », selon QNA.

La Turquie a établi une base militaire au Qatar, où elle dit disposer d’installations pour quelque 3 000 hommes.

Avant de conclure sa visite au Qatar, M. Erdogan s’est rendu sur la base accompagné de hauts responsables qataris, dont le ministre de la Défense, Khaled Al-Attiyah.

Il s’agit de la deuxième visite de M. Erdogan au Qatar depuis que les tensions entre Ryad et Doha ont éclaté au grand jour il y a cinq mois.

Le 5 juin 2017, l’Arabie saoudite et plusieurs de ses alliés ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l’accusant de soutenir des groupes terroristes, ce que dément Doha, et lui reprochant de se rapprocher de son rival iranien.

Le royaume a notamment interrompu les liaisons aériennes et maritimes avec le Qatar et a fermé la seule frontière terrestre de l’émirat.

M. Erdogan visitait Doha après s’être rendu au Koweït, qui avait tenté une médiation dans cette crise.

Les relations entre le Qatar et la Turquie sont très étroites.

Cheikh Tamim avait été le premier leader étranger à téléphoner à M. Erdogan lors du coup d’Etat manqué en Turquie en juillet 2016, selon des médias publiques turcs.

Après le début de la crise avec les pays du Golfe, l’émirat gazier s’est tourné vers la Turquie et l’Iran, notamment pour importer des produits alimentaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...