Eric Danon : l’Iran ne devrait jamais posséder la bombe nucléaire
Rechercher

Eric Danon : l’Iran ne devrait jamais posséder la bombe nucléaire

A l'occasion du 14 juillet, l'émissaire français en Israël a souligné la solidité des liens bilatéraux, que les pays espèrent renforcer après les tensions de l'ère Netanyahu

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président Isaac Herzog (à gauche) et l'ambassadeur de France Eric Danon lors d'une célébration du Jour de la Bastille, à Jaffa, le 14 juillet 2021 (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
Le président Isaac Herzog (à gauche) et l'ambassadeur de France Eric Danon lors d'une célébration du Jour de la Bastille, à Jaffa, le 14 juillet 2021 (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

La France ne permettra jamais à l’Iran de posséder une arme nucléaire, a déclaré mercredi soir son ambassadeur en Israël lors d’une allocution à l’occasion de la Fête nationale française dans sa résidence officielle de Jaffa.

« Le régime des mollahs ne devrait jamais posséder la bombe nucléaire », a déclaré Eric Danon, s’exprimant en français lors de la célébration du 14 juillet, à laquelle assistaient le président Isaac Herzog et le ministre de la Justice Gideon Saar.

Au lieu d’un discours axé sur la culture et l’histoire – le programme habituel pour une telle occasion – Danon a choisi d’affirmer avec force la relation franco-israélienne et l’effort conjoint pour lutter contre les menaces de sécurité mutuelles.

« Nous avons pu parfois être en désaccord sur la méthode », a-t-il poursuivi, « mais nous sommes solidaires pour lutter simultanément contre le risque nucléaire, la menace balistique et les actions déstabilisatrices de l’Iran dans la région, et d’abord au Liban, en Syrie et en Irak. »

Les pourparlers à Vienne entre l’Iran et les puissances mondiales sur le retour de Téhéran et de Washington aux termes de l’accord nucléaire de 2015 se poursuivent, bien que les deux parties ne soient pas parvenues à s’entendre sur les questions clés.

L’accord ne traite que du programme nucléaire iranien, mais Israël et de nombreux États arabes sunnites souhaitent que tout accord futur avec l’Iran aborde également les questions soulignées par Danon, à savoir le programme de missiles de Téhéran et son utilisation de forces par procuration dans la région.

Un pompier israélien marche à côté de voitures touchées par un missile tiré depuis la bande de Gaza, dans la ville d’Ashkelon, dans le sud d’Israël, le mardi 11 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

L’ambassadeur a également pointé du doigt le Hamas pour le conflit de 11 jours à Gaza en mai, soulignant que « les plus hautes autorités françaises ont clairement identifié le Hamas comme étant responsable de la récente guerre à Gaza, comme elles ont souligné le droit d’Israël à la légitime défense dans le cadre du droit international. »

Avec le changement de gouvernement à Jérusalem en juin, la France et Israël ont tous deux exprimé leur volonté de dépasser les tensions qui étaient plus fréquentes sous le mandat de Benjamin Netanyahu.

Le ministre de la Culture Chili Tropper a rencontré son homologue française Roselyne Bachelot à Cannes la semaine dernière pour discuter de l’adhésion d’Israël au programme Europe Créative. L’accession d’Israël à l’Europe créative lui permettrait d’accéder à des millions d’euros pour des initiatives artistiques et culturelles.

Lors du voyage du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid à Bruxelles cette semaine, la France a exprimé son souhait de voir les réunions annuelles du Conseil d’association entre Israël et l’UE redémarrer pour la première fois depuis 2012.

Le ministre des affaires étrangères Yair Lapid rencontre les 26 ministres des affaires étrangères de l’UE à Bruxelles, le 12 juillet 2021. (Crédit : Union européenne)

Avec de nombreux membres éminents de la communauté franco-israélienne présents à l’événement de mercredi, Danon a également réaffirmé l’engagement de Paris à lutter contre l’antisémitisme.

Il a souligné la présence de Yonatan Halimi, dont la mère Sarah a été assassinée en 2017 par un voisin musulman qui a crié Allah pendant qu’il assassinait Halimi, s’écriant après coup : « J’ai tué le démon du quartier. » Alors que les tribunaux français ont reconnu que le crime était antisémite, deux décisions de 2019 de tribunaux inférieurs ont estimé que le tueur ne pouvait pas être jugé pour meurtre parce qu’il était psychotique au moment du meurtre – un état dont le tribunal a conclu qu’il provenait du fait qu’il était sous l’emprise de la marijuana lorsqu’il a tué Sarah Halimi.

« Il est absolument nécessaire de modifier la loi sur l’irresponsabilité pénale », a déclaré Danon au nom du président français Emmanuel Macron. « Nous avançons à grands pas, grâce au travail intensif du ministère de la Justice et des parlementaires. »

« La France et Israël n’ont pas d’autre choix que de lutter ensemble contre cette menace civilisationnelle de la haine anti-juive », a-t-il ajouté.

Des membres de la communauté juive française se rassemblent devant l’ambassade de France à Tel Aviv pour demander justice pour feu Sarah Halimi qui a été assassinée par son voisin dans son appartement à Paris, vu le 25 avril 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Danon a reconnu que la France et Israël divergent sur la question du conflit israélo-palestinien et les résolutions des Nations Unies, mais a insisté sur le fait que « la relation est saine ».

Danon a également remercié Israël pour la vaccination du personnel diplomatique français en Israël contre le virus COVID-19.

S’exprimant en anglais après l’émissaire français, M. Herzog a souligné « l’amitié de longue date entre les nations israélienne et française » et a déclaré qu’il était impatient de rencontrer son homologue français Emmanuel Macron en Israël ou en France.  »

« Si Napoléon Bonaparte avait conquis Acre en 1799, nous aurions peut-être eu un État juif bien avant 1948 », a déclaré le président, devant un public hilare.

« Vive la France ! Vive Israël ! » a-t-il conclu.

Le maire de Tel Aviv Ron Huldai reçoit un titre de chevalier de la Légion d’honneur française des mains de l’ambassadeur Eric Danon, le 14 juillet 2021 (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

M. Saar s’est également adressé à la foule, saluant les liens culturels croissants entre les deux nations.

Saar a remercié le gouvernement français pour son « soutien indéfectible à une politique de tolérance zéro pour l’antisémitisme ».

Après les discours, Danon a remis au maire de Tel Aviv, Ron Huldai, un titre de chevalier de la Légion d’honneur, l’ordre du mérite le plus élevé de France.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...