Eric Zemmour renvoyé en correctionnelle pour « injure raciste »
Rechercher

Eric Zemmour renvoyé en correctionnelle pour « injure raciste »

Lors d'une émission de télévison en septembre 2018 sur C8, le polémiste avait affirmé que le prénom de la chroniqueuse Hapsatou Sy était une "insulte à la France"

Le journaliste et écrivain français Eric Zemmour au tribunal de Paris, pour son procès pour incitation à la haine raciale, le 6 novembre 2015. (Crédit : BERTRAND GUAY/AFP/Getty Images)
Le journaliste et écrivain français Eric Zemmour au tribunal de Paris, pour son procès pour incitation à la haine raciale, le 6 novembre 2015. (Crédit : BERTRAND GUAY/AFP/Getty Images)

Eric Zemmour a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris pour « injure raciste » pour avoir qualifié en 2018 le prénom de la chroniqueuse Hapsatou Sy d' »insulte à la France », a-t-on appris mercredi de source judiciaire, confirmant une information du Parisien.

Un juge d’instruction, saisi d’une plainte de Mme Sy, a ordonné lundi le renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris du polémiste de 62 ans pour « injure à caractère raciste », a précisé cette même source.

Lors de l’émission de Thierry Ardisson « Les Terriens du dimanche » en septembre 2018 sur C8, Eric Zemmour avait affirmé que le prénom de la chroniqueuse Hapsatou Sy était une « insulte à la France ».

La société de production avait coupé l’extrait au montage, mais la chroniqueuse l’avait diffusé sur les réseaux sociaux, provoquant des réactions d’indignation.

« Nous contestons » l’ordonnance de renvoi, « les propos ne sont pas publics, ce n’était pas diffusé et on envisage de faire appel », a indiqué à l’AFP Me Olivier Pardo, l’avocat de M. Zemmour.

« Les propos n’ont rien de raciste, c’est une discussion sur un point de vue qui n’était en rien attentatoire », a-t-il ajouté.

La chroniqueuse avait déposé plainte pour « injure en raison de son origine et de son appartenance (ou sa non-appartenance) à une ethnie et à une nation », un délit réprimé par la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

« Cette injure met non seulement en cause Mme Sy, mais derrière elle les millions de personnes françaises qui ont un prénom qu’Eric Zemmour n’entend pas. Lui-même a un prénom d’origine viking et je ne lui dénie pas d’appartenir à la communauté française », a réagi auprès de l’AFP son avocat, Me Antoine Vey.

« Ces injures permanentes sont graves, car elles nourrissent un climat de détestation qui n’est pas nécessaire, surtout en cette période », a-t-il ajouté.

M. Zemmour, embauché par CNews comme chroniqueur quotidien en octobre 2019, créé régulièrement la polémique pour ses déclarations, notamment sur l’immigration et l’islam.

Le 1er octobre, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « provocation à la haine raciale » et « injures publiques à caractère raciste » contre le polémiste après des propos sur les mineurs isolés sur CNews.

Dans une autre affaire, le parquet a obtenu, le 25 septembre, sa condamnation à 10 000 euros d’amende pour injure et provocation à la haine, cette fois pour une diatribe sur l’islam et l’immigration lors d’un rassemblement politique un an plus tôt diffusée sur LCI.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...